En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Vatileaks : Gabriele se dit "innocent" du vol, coupable vis-à-vis du pape


le 02 octobre 2012 à 15h08 , mis à jour le 02 octobre 2012 à 16h47.
Temps de lecture
3min
"Vatileaks" : le Vatican en pleine tourmente judiciaire

C'est samedi l'ouverture du procès pour vol aggravé de Paolo Gabriele, le majordome de Benoît XVI. Il est accusé d'avoir volé des dizaines de documents confidentiels qui mettent à jour des tensions au sein de la plus haute hiérarchie de l'Eglise. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
EuropeLe Vatican a aussi décidé d'ouvrir une enquête sur les conditions de détention du majordome du pape, contestées par ce dernier lors de son audition par les juges au deuxième jour du procès Vatileaks.

L'ancien majordome du pape, poursuivi pour "vol aggravé", s'est déclaré mardi "innocent" de ce délit, mais "coupable" vis-à-vis de Benoît XVI, au cours de la deuxième audience du retentissant procès Vatileaks, ont constaté les journalistes. Paolo Gabriele est jugé pour avoir diffusé des documents confidentiels subtilisés dans les appartements privés du pape.

"Pour ce qui concerne le vol aggravé, je me déclare innocent. Je me sens coupable d'avoir trahi la confiance qu'avait placée en moi le Saint-Père que j'aime comme un fils", a déclaré devant ses juges Paolo Gabriele. Ce dernier a également affirmé avoir agi seul, "sans complice", mais a reconnu avoir de nombreux "contacts" au Vatican, où il sentait un "mécontentement vaste et diffus".

"Je ne suis pas le seul"

"Depuis 1997, tous me connaissaient au Vatican, me faisaient confiance", a-t-il ajouté. Interrogé sur le nombre de personnes avec lesquelles il s'entretenait, Gabriele a répondu "un nombre énorme", mentionnant parmi ses contacts des cardinaux. "Je ne suis pas le seul au cours des années à avoir fourni des informations confidentielles à la presse", a-t-il aussi ajouté. 

Il a précisé qu'il n'avait pas eu de complices directs mais qu'il avait été influencé par certaines personnes et par le sentiment de malaise général qui régnait, selon lui, au Vatican. Pour lui, Benoît XVI n'était pas tenu au courant de choses dont il aurait dû être informé. Gabriele a précisé qu'il n'avait pas reçu d'argent en échange des documents. "C'était une condition essentielle", a-t-il insisté.

Le majordome dénonce des "pressions psychologiques"

Par ailleurs, le Vatican a décidé d'ouvrir une enquête sur les conditions de détention du majordome du pape, contestées par ce dernier lors de son audition par les juges au deuxième jour du procès Vatileaks. 

Prenant pour la première fois la parole au deuxième jour d'audience, Paolo Gabriele, s'est plaint d'avoir notamment subi des "pressions psychologiques" lors de sa détention après son arrestation le 23 mai. Il a affirmé avoir été détenu pendant quinze jours dans une cellule où il ne pouvait même pas étendre les bras et où la lumière était allumée 24 heures sur 24 (Lire noter article : Vatileaks : le secrétaire du pape va témoigner).

La gendarmerie vaticane a démenti que les conditions de détention de Paolo Gabriele aient été difficiles, tout en reconnaissant quelques problèmes au début de son incarcération. "La cellule répond aux normes de détention prévues également dans d'autres pays", a assuré la gendarmerie. Elle a cependant confirmé implicitement que la pièce présentait des problèmes car Gabriele "a été transféré dans une nouvelle cellule une vingtaine de jours après son arrestation, une fois finis les travaux de restructuration" dans cette dernière.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Ce pompier a monté 700 marches en 5 minutes et 15 secondes

      Ce pompier a monté 700 marches en 5 minutes et 15 secondes

      logAudience