En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Vatileaks : procès contre le majordome du pape et d'un complice


le 13 août 2012 à 13h21 , mis à jour le 13 août 2012 à 13h28.
Temps de lecture
3min
Benoît XVI

Le Pape Benoît XVI, place Saint Pierre. / Crédits : LCI

A lire aussi
EuropeUn tribunal du Vatican a annoncé lundi qu'il jugerait non seulement le majordome du pape, Paolo Gabriele, pour le scandale Vatileaks des fuites de documents confidentiels mais aussi un complice dont le nom apparaît pour la première fois, Claudio Sciarpelletti, un informaticien de la Secrétairerie d'Etat.

Paolo Gabriele sera jugé pour vol aggravé, et Claudio Sciarpelletti pour complicité, a indiqué le juge d'instruction Piero Bonnet dans un communiqué diffusé au Vatican. M Sciarpelletti est analyste et programmeur à la secrétairerie d'Etat, le gouvernement central du Vatican. Lors d'un point de presse, le porte-parole du Vatican le père Federico Lombardi a affirmé que l'informaticien n'était pas vraiment un complice et qu'il avait eu "un rôle marginal".

Paolo Gabriele, 46 ans, arrêté le 23 mai, a été assigné à son domicile au Vatican le 21 juillet après 53 jours de détention dans une cellule du palais de justice, derrière la basilique Saint-Pierre, en l'absence de prison. Jusqu'à présent, il était l'unique prévenu dans l'affaire Vatileaks, qui a vu des centaines de documents secrets transmis depuis janvier à des journalistes italiens.

Gabriele est accusé de s'être emparé sur le bureau de Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier du pape, de nombreux lettres et courriels ultra-secrets, dont certains adressés à Joseph Ratzinger, et les avoir photocopiés pour les transmettre à l'extérieur. Gabriele, marié et père de trois enfants, homme pieux et discret, qui a la nationalité vaticane, avait commencé à travailler pour lui en 2006 comme majordome. Il était chargé de préparer ses habits de cérémonie et l'accompagnait dans la papamobile. C'était "le premier et le dernier à voir le pape", selon des connaisseurs du Vatican. Benoît XVI a ressenti cette trahison avec douleur, selon son entourage.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      ZapNet - Noël : c'est quoi ces animaux aux mains d'humains ?!

      logAudience