En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Crise financière

Les indignés défilent dans le monde entier, des violences à Rome

Edité par
le 15 octobre 2011 à 17h47 , mis à jour le 15 octobre 2011 à 22h40.
Temps de lecture
4min
italie

Une voiture incendiée en marge du défilé des indignés, samedi 15 octobre 2011 à Rome (Italie). / Crédits : LCI

À lire aussi
EuropeAlors que partout dans le monde, les indignés se sont mobilisés pacifiquement pour dénoncer le poids de la banque et du monde de la finance, à Rome, des incidents violents ont éclaté en marge de la manifestation. 70 personnes ont été blessées, dont 3 grièvement.

  
La manifestation devait rester pacifique, comme partout ailleurs dans le monde où les indignés ont défilé samedi pour dénoncer le poids de la banque et du monde de la finance en pleine crise économique. Mais à Rome, la police a dû intervenir et charger une fraction de manifestants dans le centre de la capitale italienne où des incidents violents ont éclaté en marge de la manifestation des "indignés". Une annexe du ministère de la Défense a été incendiée. Soixante-dix personnes ont été blessées, dont trois grièvement, lors des violences qui ont opposé éléments incontrôlés et forces de l'ordre, a rapporté dans la soirée l'agence de presse italienne Ansa.
 
Les forces de l'ordre ont lancé l'assaut en milieu de journée alors que des centaines de manifestants, masqués de foulards noirs, lançaient fumigènes, coktails molotov et bouteilles contre les forces de l'ordre, tandis que des dizaines de milliers de personnes continuaient à manifester pacifiquement dans le cadre de la journée mondiale contre la précarité et la finance. Ces éléments incontrôlés ont fini par mettre le feu à une annexe du ministère de la Défense. Une centaine d'inconnus cagoulés de noir ont mis le feu également à deux voitures.

Le parlement portugais encerclé
 
Ailleurs dans le monde, d'autres manifestations d'indignés se sont déroulées, sans heurts, dans plusieurs dizaines de villes. Les "indignés" ont manifesté contre la précarité liée à la crise et le pouvoir de la finance, pour la première journée planétaire de ce mouvement né en Espagne au printemps. A Madrid justement, des dizaines de milliers d'"indignés", sont revenus à la Puerta del Sol , où était né leur mouvement en mai avant de se propager à travers le monde. A Paris, plusieurs centaines d'"indignés" se sont rejoint place de l'hôtel de ville pour une assemblée populaire répondant à un appel international sous le mot d'ordre "Tous ensemble pour un changement mondial !".

Au Portugal, pays en proie à une sévère crise de la detten, environ 40.000 personnes ont manifesté contre le système financier, deux jours après l'annonce par le gouvernement de centre droite de nouvelles mesures d'austérité. A Lisbonne, plus de 20.000 manifestants partis de la place Marques de Pombal ont encerclé le palais Sao Bento qui abrite l'Assemblée nationale aux cris de "Cette dette n'est pas la nôtre" ou "FMI, dehors". Vingt mille autre personnes ont défilé à Porto, la deuxième ville du pays.

Julian Assange défile à Londres

A Francfort, Plus de cinq mille "indignés" ont défilé devant la Banque centrale européenne à Francfort (ouest de l'Allemagne), symbole d'un système financier jugé "irresponsable" et incapable de juguler la crise.  Jeunes, retraités, familles avec enfants dans les poussettes, à pied ou à vélo, ils ont répondu bien plus nombreux que prévu à l'appel d'Attac ou de "Occupy Frankfurt", le pendant allemand des militants qui campent devant Wall Street à New York depuis un mois. A Londres, quelque 800 "indignés" rassemblées dans la City, coeur financier de Londres, ont reçu le renfort inopiné du fondateur de Wikileaks Julian Assange, mais sont restés fermement contenus par la police à distance de la bourse de Londres.

A Melbourne, en Australie, où a été donné le coup d'envoi de cette journée de mobilisation mondiale, un millier de personnes se sont réunies sur une place du centre-ville. "Les gens veulent une démocratie véritable, ils ne veulent pas que les grandes entreprises influencent leurs représentants politiques. Ils veulent que ces derniers soient comptables de leurs actes. Ils veulent être bien représentés", a dit Nick Carson, porte-parole de OccupyMelbourne.org.

Commenter cet article

  • robrom75 : Tous les politiques doivent reflechir car ça ressemble beaucoup à un nouveau '68. La droite doit tirer des leçons de cette indignation et elle a encore le temps de trouver une juste solution aux problemes. La gauche quant à elle devrait apaiser les esprits au lieu d'attaquer avec violence le systeme en place.

    Le 16/10/2011 à 08h38
  • terry_dallas_tx : Vous ne semblez pas comprendre la contradiction fondamentale dans l'idee que qui que ce soit doivent se soumettre aux marches, dans la mesure ou un marche n'est constitue que d'acheteurs et vendeurs volontaires et participants de leur plein gres ou justement personne n'est oblige de faire quoi que ce soit. Le concept du marche est exactement l'oppose de la soumission. Si les Etats emetteurs de dette ne sont pas capable de trouver preneurs selon leurs conditions, libre a eux d'ameliorer leur gestion et de financer leurs programmes sociaux sans avoir recours a la dette.

    Le 16/10/2011 à 06h49
  • 1337sysop1337 : Kosotto1 : Vous avez raison, par ailleurs si nos politiciens se soumettent, peut-on encore parler de démocratie ? Puisque au final ce qu'on nous propose quel que soit le parti c'est cette soumission.

    Le 16/10/2011 à 04h11
  • 1peu2rififi : Tous les leaders politiques de n'importe quel parti ne sont que des vitrines derriere lesquels se cachent de grosses puissances financieres se gavant sur notre dos et rigolent de nous voir s'entretuer pour des ideaux dont elles se moquent eperdument,un jour il faudrai casser ces vitrines pour avoir la paix.

    Le 16/10/2011 à 03h42
  • terry_dallas_tx : Kosotto1: que d'ignorance dans votre commentaire. "Satisfaire les marches" et "ameliorations des conditions de vie des peuples" sont les memes choses, que vous soyez capable de le comprendre ou pas. Quand a "soumettre les marches", voila bien un discours fasciste. Un "marche" n'est que le collectif des individus qui le composent. En ce qui concerne le marche des obligations souveraines (e.g. la dette de la France), le marche ces temps-ci est le gouvernement Chinois, alors bonne chance pour aller les soumettre. Vous semblez denoncer le capitalisme comme ce "systeme qui n'amene que le malheur et desolation aux peuples", mais je vous mets au defi de trouver un systeme ou les gens ont un niveau de vie plus eleve. "Ces dettes" dans les pays en difficulte ont pour la plupart ete accumulees pour financer des programmes sociaux. A qui sont-elles donc ? Avez-vous jamais entendu parler de la fable de la cigale et la fourmi ? Ces revoltes des indignes, c'est la revolte de la cigale qui d'une maniere egoiste rejette la responsabilite de ses problemes sur la fourmi.

    Le 16/10/2011 à 03h31
      Nous suivre :
      Michel Platini relève le Ice Bucket challenge !

      Michel Platini relève le Ice Bucket challenge !

      logAudience