En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Que peut la FAO contre la faim du monde ?


le 03 juin 2008 à 09h56
Temps de lecture
3min
Les représentants de la FAO en sommet contre la crise alimentaire mondiale (3 juin 2008)

Les représentants de la FAO en sommet contre la crise alimentaire mondiale (3 juin 2008) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
InstitutionsLe sommet sur la crise alimentaire se tient jusqu'à jeudi à Rome. Objectif : un "plan d'action" pour lutter contre la flambée des prix des denrées de base.

"Le caractère dramatique de la crise ne peut échapper à personne, ainsi que ses conséquences pour les pays pauvres". En ouvrant mardi le sommet de la FAO sur la crise alimentaire mondiale, le président de la République italienne, Giorgio Napolitano, l'a placé d'emblée sous le signe des troubles frappant les plus démunis des Etats, qui connaissent déjà des "émeutes de la faim". La conférence, qui rassemble pour trois jours à Rome une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, avait été programmée dès l'année dernière par son président, Jacques Diouf, avant que les prix ne s'envolent et que la crise n'ait son ampleur actuelle. La flambée des prix des matières premières agricoles est liée à plusieurs facteurs, dont les mauvaises récoltes, une baisse des réserves et une demande en hausse. Et désormais, la FAO s'attend à ce que les prix restent élevés au moins dix ans.

Cette crise, de nombreux facteurs l'aggravent : spéculation sur les produits de base, politiques de certains Etats - même les biocarburants, un temps considérés comme une solution crédible face à la baisse des réserves mondiales de pétrole, sont en ligne de mire. Accusée d'inefficacité face au problème de la faim dans le monde, notamment par des Etats comme le Sénégal, la FAO espère redorer son blason à l'occasion de ce sommet en permettant d'obtenir une plus grande solidarité entre Etats. Montant à la tribune, après le discours du président italien, devant les représentants de la plupart des 193 pays membres de l'agence internationale pour l'alimentation et l'agriculture, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a demandé aux participants du sommet de "ne pas être tentés par les politiques alimentaires qui appauvrissent les voisins". Et il a appelé "à un plus grand degré de consensus international sur les biocarburants".

Deux initiatives franco-égyptiennes

De ce sommet doit normalement sortir un "plan d'action" énonçant des principes pour lutter contre la flambée des prix. Plusieurs types d'initiatives issues d'Etats membres ou de discussions bilatérales sont déjà annoncées. Nicolas Sarkozy et son homologue égyptien Hosni Moubarak devraient notamment proposer la création d'un Groupe international sur la sécurité alimentaire mondiale. Cette nouvelle entité rassemblerait grandes institutions internationales (agences de l'Onu, Banque mondiale, FMI, banques régionales, etc), Etats, entreprises, ONG, scientifiques, institutions de financement du développement et investisseurs institutionnels. Deuxième initiative franco-égyptienne : la mise en place d'un Groupe international de scientifiques spécialistes de la sécurité alimentaire, sur le modèle du Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Il aurait pour mission de préciser le diagnostic en matière de sécurité alimentaire, d'analyser l'évolution possible par produit et par région et de proposer des scénarios.

La conférence de la FAO doit aussi donner le coup d'envoi d'une série de consultations sur la pauvreté, la faim dans le monde et le développement prévues dans les prochains mois, notamment un sommet du G8, une réunion de l'Assemblée générale de l'Onu et des pourparlers sur de nouvelles règles applicables au commerce.

D'après agence

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      logAudience