En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Sérieux", "audacieux" : le pape François raconté par ses proches

Edité par avec
le 14 mars 2013 à 12h50 , mis à jour le 14 mars 2013 à 13h16.
Temps de lecture
3min
Le Pape François, alors Cardinal Jorge Mario Bergoglio lors d'un service à la Cathédrale de Buenos Aires, le 24 mars 2005.

Le Pape François, alors Cardinal Jorge Mario Bergoglio lors d'un service à la Cathédrale de Buenos Aires, le 24 mars 2005. / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
InstitutionsPour ses anciens amis comme ses proches collaborateurs, le nouveau pape est décrit comme un homme "studieux", "simple" et "audacieux". Portrait de Jorge Mario Bergoglio, le pape François, vu par ceux qui le connaissent.

Un homme à la vie "normale." "Buenos Aires est son berceau. Il prend le métro, il aime voyager avec les gens, il a rarement utilisé une voiture avec chauffeur. En tant que cardinal, il a continué de vivre la vie normale d'un prêtre. C'est un homme irréprochable". selon Guillermo Marco, son plus proche collaborateur dans la capitale argentine.

Du foot... puis des études. Osvaldo Dapueto, 68 ans, a usé ses chaussures sur le même terrain que le jeune Bergoglio devenu pape. "Quand Jorge était enfant, il jouait au foot avec nous sur la place Herminia Brumana, mais ensuite quand il est entré au séminaire, il étudiait tout le temps, il passait le samedi, nous voyait jouer, nous saluait puis repartait", relate celui dont le père dentiste soignait toute la famille Bergoglio.

"Jorge était très studieux, quand il est entré au séminaire, il ne passait plus qu'en coup de vent", se remémore Rafael Musolino, un de ses amis d'enfance, qui vivait dans le même immeuble, au 531 de la rue Membrillar.

"Il fumait trop." Le Père Gabriel, prêtre de la paroisse de San José de Flores, explique que lorsque Jorge était au séminaire, il fumait beaucoup, "c'est ce qui lui a coûté un poumon".

"C'est un sain!" Soeur Marta a connu le pape François lorsqu'il est venu préparer sa première communion au convent des Filles de Notre Dame de la Miséricorde. "Quand Sœur Dolores est décédée, la Sœur qui l'avait préparé à sa première communion, il est resté toute la nuit à prier pour elle dans la chapelle. C'est homme est un sain !" assuret-t-elle.

Un homme, à l'image de Jean Paull II

"C'est un homme audacieux", précise son ancien porte-parole, Gustavo Boquin.

"Il a les pieds sur terre." Pour Eduardo Garcia, évêque auxiliaire de Buenos Aires, "c'est un homme simple, qui a une grande compassion pour les plus nécessiteux [...] un homme très sérieux, avec un grand sens moral, mais il a les pieds sur terre".

"Conservateur... et proressiste". Sergio Rubin, qui a signé Le Jésuite, livre d'entretien avec Bergoglio, le décrit à l'image de Jean Paul II "conservateur au niveau de la doctrine, progressiste en matière sociale". Marqué par la crise économique argentine de 2001, il est selon lui "un critique sévère du FMI et du néolibéralisme". Francesca Ambrogetti, qui a également participé à la rédaction de ce livre croit savoir pour sa part qu'il a le "tempérament d'un modéré".

Un sens de l'humanité. Le Père Horacio Brito, recteur de Lourdes, était l'un des camarades de classe du pape François à l'Université de Théologie de Buenos Aires. Interrogé sur RTL il explique: "il était tel que je l'ai reconnu [...] au balcon de la place Saint Pierre, un homme très simple, très intelligent, très spirituel qui est marqué par la prière. Ce qui m'a toujours frappé, c'est son sens de l'humanité. Il est très proche de tout ce qui est humain, surtout côté fragilité et souffrance."

A lire aussi : PORTRAIT. François, premier pape sud-américain

A lire aussi : François, nouveau pape : le bon choix ? Qu'en pensez-vous ? 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      logAudience