En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : UE

UE : Merkel jette un pavé dans la mare


le 07 juin 2012 à 10h40 , mis à jour le 07 juin 2012 à 18h08.
Temps de lecture
3min
Angela Merkel interrogée par la chaîne ARD, 7/6/12

Angela Merkel interrogée par la chaîne ARD, 7/6/12 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
InstitutionsDans une interview télévisée, la chancelière allemande propose de travailler à une "union politique et budgétaire". Quitte à laisser de côté les pays réticents...

"Nous avons besoin de plus d'Europe (...) d'une union budgétaire (...) et nous avons besoin avant tout d'une union politique. Nous devons, pas à pas, abandonner des compétences à l'Europe. Mais nous ne devons pas rester immobiles parce que l'un ou l'autre (pays) ne veut pas encore suivre".

Dans une interview diffusée jeudi matin par la chaîne ARD, Angela Merkel a relancé l'idée d'une Union européenne à deux vitesses afin de permettre aux pays qui le souhaitent de converger sur le plan politique, et donc économique.

La chancelière a notamment  évoqué la libre de circulation au sein de l'Europe, réglée par les accords de Schengen, et l'existence même de la zone euro comme exemples de domaines où l'UE avance d'ores et déjà en rangs dispersés. Dans le même temps, "nous devons être ouverts, donner la possibilité à tout le monde de participer", a-t-elle précisé.

Minimisation du sommet de fin juin
 
Angela Merkel a également tenté de tempérer les attentes autour du sommet européen fin juin, estimant qu'il n'allait pas régler d'un coup tous les problèmes de la zone euro.

Elle a ainsi de nouveau expliqué sa stratégie de croissance pour l'Europe. "La consolidation budgétaire et la croissance sont les deux faces d'une seule et même médaille", a-t-elle dit, soulignant que la croissance devait venir d'une compétitivité renforcée dans les différents pays de l'Union européenne.

Lors d'une conférence de presse tenue dans l'après-midi avec David Cameron, le Premier ministre britannique, elle a ajouté que le pacte budgétaire européen était "une condition nécessaire mais pas suffisante" au rétablissement de la zone euro.

Commenter cet article

  • mike_liberty : La je vous suis je trouve facile les critique des pays du nord qui vive sous la sécurité de la dissuasion nucléaire américaine et française et qui critique les comptes de ces derniers. Il faudra bien un jour que cela change.

    Le 14/06/2012 à 14h04
  • mike_liberty : Faut débat en ce qui me concerne. Personne ne sais, jusqu'à récemment intéressé a la dette car cela ne plait pas au électeur qui veulent dépenser plus sans payer plus d'impôts. Je crois que les vrais fautifs sont les électeurs... tous cela dépasse le clivage gauche droite.

    Le 14/06/2012 à 14h02
  • 421123 : High costs...

    Le 10/06/2012 à 03h42
  • zen1494 : Pangloff, en France, Madame Merkel aurait subi le même sort que Monsieur Sarkozy, les français n'étaient pas prêts à faire les sacrifices qu'ont fait les allemands. C'est regrettable mais c'est comme ça.

    Le 08/06/2012 à 09h34
  • 421123 : Quel groupe va choisir notre Président éclairé?

    Le 08/06/2012 à 02h33
      Nous suivre :
      Un koala est ramené à la vie... grâce à du bouche-à-bouche

      Un koala est ramené à la vie... grâce à du bouche-à-bouche

      logAudience