En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

"Vatileaks" : le verdict attendu dans les heures qui viennent


le 06 octobre 2012 à 05h43
Temps de lecture
3min
"Vatileaks" : le Vatican en pleine tourmente judiciaire

C'est samedi l'ouverture du procès pour vol aggravé de Paolo Gabriele, le majordome de Benoît XVI. Il est accusé d'avoir volé des dizaines de documents confidentiels qui mettent à jour des tensions au sein de la plus haute hiérarchie de l'Eglise. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
InstitutionsPaolo Gabriele, l'ancien majordome de Benoît XVI accusé d'avoir volé et diffusé des documents confidentiels pris dans les appartements du pape, va être fixé sur son sort samedi.

Le verdict de "Vatileaks" va tomber ce samedi. Le procès de l'ex-majordome pape Benoît XVIa permis d'en savoir un peu plus sur l'affaire de divulgation de documents confidentiels qui secoue le Vatican. Paolo Gabriele, laïc très croyant de 46 ans, père de trois enfants, citoyen et résident au Vatican, était jusqu'à son arrestation un fidèle serviteur du pape, le premier et le dernier à le voir chaque jour, lui préparant ses habits de cérémonie, lui servant ses repas. Mais, pendant des mois, il a subtilisé et photocopié des dizaines de documents sur le bureau du secrétaire particulier de Benoît XVI, Mgr Georg Gänswein.  Se croyant mandaté par "l'Esprit saint", il a expliqué aux juges avoir agi pour révéler le "mal et la corruption" au sein du Vatican et parce qu'il trouvait que le pape n'était pas informé de tous les scandales. Interviewé en février dernier, encore sous le sceau de l'anonymat, sur la chaîne privée La Sette, il avait estimé qu'il y avait au Vatican "une sorte d'omerta pour ne pas faire émerger la vérité, non tant par lutte de pouvoirs, peut-être par peur".

Lors du procès, les audiences ont révélé que Paolo Gabriele avait conservé chez lui des papiers où le pape avait inscrit de sa main la mention "à détruire". Selon Stefano De Santis, l'un des membres du Corps de la gendarmerie qui a participé aux perquisitions, "ces documents étaient dissimulés au milieu de milliers d'autres papiers". Les dépositions des gendarmes pontificaux ont indiqué que le vol de certains documents codés avait compromis plusieurs opérations que comptait mener le Saint-Siège. Les témoignages ont également révélé qu'il connaissait les moyens de dissimuler des dossiers sur un ordinateur et d'utiliser un téléphone portable sans laisser de traces. D'autre part, les perquisitions menées chez l'ancien homme de confiance du pape ont montré que l'accusé était fasciné par l'occultisme et la franc-maçonnerie.

Il a déjà admis sa culpabilité

Pour sa défense, l'ex-majordome, qui s'exprimant pour la première fois depuis son arrestation en mai, a rejeté mardi l'accusation de "vol aggravé" portée contre lui mais a reconnu qu'il avait "trahi la confiance du Saint-Père", qu'il a dit aimer d'un amour "filial". L'ex-majordome dit avoir n'a pas nié avoir transmis les documents volés à l'extérieur et a dit aux enquêteurs avoir agi pour aider Benoît XVI. Il a expliqué sa conduite par la constatation de l'écart considérable existant entre les perceptions du fonctionnement de l'Eglise par les fidèles ordinaires et par ceux qui se trouvent "au sommet du pouvoir". Un certain nombre de ces documents avaient été repris par le journaliste italien Gianluigi Nuzzi, dont le livre "Sa Sainteté, Les documents secrets de Benoît XVI", sorti en mai, a fait grand bruit.

Le procès a été ajourné jusqu'à samedi, jour où le tribunal de trois juges devrait rendre son verdict.  Comme Paolo Gabriele a déjà admis sa culpabilité, il sera certainement condamné. Reste à savoir à quelle peine -quatre ans au maximum- et si le pape utilisera son droit de grâce dans la foulée. D'autres délits éventuels ayant été identifiés, de nouvelles enquêtes pourraient être lancées, avec peut-être une saisie de la justice italienne et pas seulement vaticane.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      A la découverte du Grand Trianon

      A la découverte du Grand Trianon

      logAudience