ARCHIVES

Kouchner en visite à Beyrouth pour "la réconciliation"


le 28 juillet 2007 à 08h09
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Bernard Kouchner au Liban

Bernard Kouchner au Liban / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Moyen-orientLe chef de la diplomatie française a affirmé samedi qu'il y avait des "progrès" mais que "tout n'était pas réglé, loin de là" pour sortir le Liban de la crise.

Bernard Kouchner l'a répété : "la solution pour sortir le Liban de la crise est entre les mains des Libanais". Le chef de la diplomatie française, en visite ce week-end au Liban pour poursuivre la démarche lancée voilà deux semaines en France où une réunion avait été organisée en présence de tous les partis liobanais, a fait état samedi àde "progrès" dans sa mission destinée à sortir le Liban de la crise, mais a ajouté que "tout n'est pas réglé, loin de là". Le ministre venait de rencontrer le président du Parlement Nabih Berri, une personnalité de l'opposition chiite. "Si les Libanais ne réussissent pas ce dialogue nécessaire, malheureusement ce sera encore la guerre", a prévenu Bernard Kouchner. "Il y a peu de temps pour reprendre le dialogue. Ce voyage n'est qu'un pas dans cette direction", avait déjà déclaré le ministre vendredi, à son arrivée.

Jusqu'à dimanche, le ministre français des Affaires étrangères s'efforcera, par des entretiens avec les responsables politiques libanais, de créer les conditions d'un dialogue entre eux. Le principal clivage politique libanais passe entre le gouvernement, soutenu par les pays occidentaux, et l'opposition emmenée par le Hezbollah. Les observateurs de la politique libanaise attendent peu de résultats de ce voyage, compte tenu de la complexité de la situation et de l'influence de pays étrangers comme la Syrie, l'Iran et les Etats-Unis, sur les acteurs locaux. Selon des sources politiques, Bernard Kouchner compte rencontrer collectivement les participants à la récente réunion de Paris, et certains dirigeants à titre individuel. Toutefois, son projet de réunir les différents responsables, éventuellement à l'ambassade de France, semble hors de portée, les deux camps étant encore inconciliables.

Avec agence

Commenter cet article

  • Mirino : Malgré la popularité de l'Hezbollah aux yeux de la majorité des musulmans, aux yeux des occidentaux c'est une organisation qui a bradé sa crédibilité. Essentiellement Le Liban est un Etat multiculturel et multi-ethnique. Il faut que cette essence, l'âme du Liban, soit respectée par tous. Le Hezbollah, encouragé par La Syrie et l'Iran- ou d'utiliser le Liban pour mieux attaquer l'Israël, ou de faire en sort que le Liban devient un Etat uniquement musulman- travail contre les intérêts du pays et du monde entier.

    Le 30/07/2007 à 18h50
  • Vazaha : Seul espoir !! .. envoyer Cecilia car elle seule a les conpétences et la capacité à régler, la situation dramatique qui perdure au Liban Dans la foulée, je pense qu'il serait aussi opportun de l'envoyer en Colombienégocier,à l'instar du sort des infirmières bulgares, la libération d'Ingrid ; pour rester dans le cadre des affaires étrangères Car, mais c'est juste mon opinion, elle a aussi les aptitudes à résoudre bien des problèmes sociaux et de politique intérieure

    Le 29/07/2007 à 12h37
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience