En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Un islamiste modéré s'installe à la présidence turque


le 28 août 2007 à 15h43
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Abdullah Gül

Abdullah Gül / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Moyen-orientSans surprise, et malgré les réticences du camp laïque et de l'armée, Abdullah Gül a été élu président par le Parlement à majorité islamiste.

LCI picto cliquez écoutez
Critiques de l'armée :
l'analyse du correspondant de LCI en Turquie
 

Pour la première fois depuis la création de la Turquie moderne et laïque par Ataturk en 1923, un islamiste, certes modéré, a été élu mardi à la présidence du pays. Comme prévu puisque sa formation, le Parti de la justice et du développement (AKP), est représentée en force au Parlement, Abdullah Gül a en obtenu la majorité des voix (339 sur 550) lors du troisième tour de scrutin -les deux premiers tours, qui se jouaient à la majorité des deux tiers, n'avaient fait que retarder l'échéance.  
 
La première tentative d'élection de Abdullah Gül, qui était auparavant le ministre des Affaires étrangères, avait été contrecarrée par l'opposition laïque en avril. Appuyée par l'armée, elle soupçonne en effet les islamistes au pouvoir de remettre en cause la séparation de l'Etat et de la religion. La  crise politique qui avait suivi a débouché sur des élections législatives, remportées haut la main par le parti islamiste du Premier ministre, Recep Erdogan. La polémique sur l'accession de Abdullah Gül à la présidence avait repris de sa vigueur la semaine dernière puisque sa femme, qui porte le voile, a fait savoir qu'elle n'avait pas l'intention de le retirer malgré son nouveau statut.
 
De son côté, l'AKP nie vouloir démanteler le système laïque et Abdullah Gül a régulièrement affirmé son engagement à protéger la séparation entre l'Etat et la religion. Il a aussi promis qu'il serait le président impartial de tous les Turcs.

Commenter cet article

  • Michel : Les européens devraient sur le plan politique se méfier de la Turquie, les accepter dans l'Union ferait le jeu des américains... Piège.

    Le 28/08/2007 à 17h03
  • Bidou : Nul ne doit critiquer le choix des citoyens turcs. Nul ne doit critiquer, non plus, le choix des européens d'intégrer ou pas la Turquie à l'Europe. On prend des décisions avec les informations dont on dispose au moment voulu.

    Le 28/08/2007 à 17h02
  • Français : Monsieur Sarkozy, maintenant que Gül est installé en tant que président, il faut tout faire pour que la Turquie ne rejoigne l'Europe. C'est une de vos promesses lors de votre campagne, tenez-là et ne l'oubliez pas !

    Le 28/08/2007 à 16h55
  • Jean-pierre : La turquie montre son vrai visage. Les campagnes de séduction en Europe ne peuvent cacher que depuis des décénies l'islamisme financé par des puissances étrangères y est en nette progression. Attatürk se retourne dans sa tombe.

    Le 28/08/2007 à 16h54
  • Michel : La Turquie vient de signer son solde de tout compte avec l'Union européenne en choisissant une majorité islamique. Seule l'armée turque, sera l'intervenante principale pour maintenir la laÎcité. A suivre de près. A Pascal de Caen, votre remarque sur le président turque par rapport à Mr sarkosy est affligeante.

    Le 28/08/2007 à 16h53
      Nous suivre :
      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      logAudience