En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Obama se penche sur le Proche-Orient

Edité par
le 05 mai 2009 à 11h24
Temps de lecture
4min
[Expiré] obama conférence de presse

Crédits : Reuters

A lire aussi
Moyen-orientLe président américain a entamé ses consultations sur le dossier israélo-palestinien en recevant Shimon Peres, son homologue israélien, à la Maison-Blanche.

Le 21 janvier, au lendemain de son investiture, le premier coup de fil de Barack Obama à un dirigeant étranger avait été pour Mahmoud Abbas, son homologue palestinien. Il avait alors assuré vouloir "oeuvrer avec lui en tant que partenaire pour instaurer une paix durable dans la région".  Il avait également souligné "qu'il déploierait tous les efforts possibles pour y parvenir le plus rapidement possible" et que son "administration allait travailler avec le président Abbas pour bâtir les institutions palestiniennes". Dans la foulée, il avait notamment appelé Ehud Olmert, alors Premier ministre israélien.
 
Depuis, le dossier a été essentiellement géré par George Mitchell. L'émissaire du président américain pour le Proche-Orient a rencontré les principaux protagonistes, dont Benjamin Netanyahu, le nouveau Premier ministre israélien, à la ligne très dure sur la question des négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne. Le message a été assez clair : pas de paix durable sans création d'un Etat palestinien, ce que rejette le nouveau chef de gouvernement israélien.

Netanyahu prêt "à négocier tout de suite"
 
Ce mardi, le locataire de la Maison-Blanche s'est chargé lui-même du sujet en recevant Shimon Peres. Même si le président israélien a des pouvoirs limités par rapport au Premier ministre, il garde une capacité d'influence non négligeable. C'est d'ailleurs la première fois qu'un président israélien précède un Premier ministre nouvellement élu dans un voyage à Washington - Benjamin Netanyahu devrait faire le déplacement autour du 18 mai, tout comme Mahmoud Abbas, le président palestinien.
 
A l'occasion de cette rencontre, Shimon Peres a notamment été interrogé sur l'absence de prise de position du nouveau gouvernement israélien, jusqu'à présent, sur une solution à deux Etats, prônée par Washington et la communauté internationale. Ce à quoi le président israélien a rétorqué en rappelant que Benjamin Netanyahu avait approuvé les engagements de la "feuille de route" soutenue par les Etats-Unis. Le prix Nobel de la paix a aussi noté que le nouveau Premier ministre israélien s'était dit prêt "à négocier tout de suite, mais qu'il n'avait pas l'intention de gouverner le peuple palestinien".

Concernant un autre point sensible, l'Iran, Shimon Peres a estimé que les efforts de dialogue de Washington avec Téhéran seraient "la meilleure" des choses s'ils aboutissaient, en dépit de la méfiance de l'Etat hébreu vis-à-vis de cette approche. Des propos atténués par rapport à ceux qu'il avait prononcés lundi soir devant l'Aipac (American Israel Public Affairs Comittee), un puissant groupe de pression pro-israélien : il avait alors plaidé pour la fermeté face à l'Iran.

Le ministre israélien des Affaires étrangères à Paris

Avigdor Lieberman, le chef du parti d'extrême-droite Israel Beiteinou (Israel est notre maison) et chef de la diplomatie, effectue cette semaine une tournée européenne. Après l'Italie lundi où il a stigmatisé l'Iran et éludé la question de l'Etat palestinien, il a été reçu par Bernard Kouchner, son homologue français, avant de rencontrer Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée. Le chef de la diplomatie française a appelé à l'occasion de cette première rencontre son homologue israélien à reprendre  d'urgence le processus de paix avec les Palestiniens. "Bernard Kouchner a rappelé les attentes de la  France, s'agissant en particulier de la création d'un Etat palestinien viable coexistant dans la paix et la sécurité avec Israël", a déclaré dans un communiqué son porte-parole, Eric Chevallier. Avigdor Lieberman se rendra ensuite en République tchèque, qui assure la présidence tournante de l'UE, et en Allemagne.

Commenter cet article

  • Franck : Attention de ne pas tomber !!!!

    Le 05/05/2009 à 12h32
      Nous suivre :
      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      logAudience