En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le Hezbollah crée un coup de tonnerre politique au Liban

Edité par
le 12 janvier 2011 à 16h57
Temps de lecture
3min
Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'adressant à ses partisans par un message vidéo (juin 2010)

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'adressant à ses partisans par un message vidéo (juin 2010) / Crédits : www.abacapress.com

À lire aussi
Moyen-orientLe mouvement chiite, pointé du doigt dans l'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri, a démissionné du gouvernement d'union nationale. Sa décision pourrait mettre le feu aux poudres.

  Le fragile gouvernement d'union nationale libanais n'existe plus. Le Hezbollah, qui disposait, avec ses alliés, de dix ministres dans l'équipe dirigée par Saad Hariri, a en effet mis ce mercredi sa menace de claquer la porte à exécution. Dans la foulée, un onzième ministre, considéré comme neutre, a également donné sa démission, faisant s'écrouler le gouvernement selon les termes de la Constitution.

Le président Michel Sleimane va devoir maintenant constituer une nouvelle équipe dirigeante en se basant sur le rapport de forces, morcelé, au Parlement. S'il échoue, le pays pourrait retourner aux urnes.

En attendant le TSL
 
La raison de la décision radicale du Hezbollah : le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé par l'Onu d'enquêter sur l'attentat commis contre Rafic Hariri en 2005, devrait mettre en accusation plusieurs de ses hauts dirigeants dans son rapport final. Ce dernier est attendu sous peu. Or le mouvement chiite réfute toute implication. Il affirme notamment que le TSL est "à la solde d'Israël et des Etats-Unis" (l'annonce des démissions est intervenue au moment même où Saad Hariri était d'ailleurs reçu par Barack Obama à la Maison-Blanche) et qu'il s'est basé sur de "faux témoins". Jeudi, Saad Hariri doit rencontrer à Paris le président Nicolas Sarkozy qui "a réaffirmé son soutien aux autorités et institutions libanaises", lors d'un entretien téléphonique avec le président syrien Bachar al-Assad. Ce dernier avait mis en garde en décembre contre un acte d'accusation du TSL basé sur "un simple soupçon ou sur une ingérence politique".

Le mouvement chiite exigeait donc que Saad Hariri, fils de Rafic Hariri et soutenu par les Occidentaux, désavoue les conclusions du TSL pour poursuivre l'unité nationale. Or le Premier ministre n'a pas cédé. La médiation menée par la Syrie, alliée du Hezbollah, et l'Arabie saoudite, proche de Saad Hariri, n'a rien donné non plus.

Le précédent de 2006

L'impasse actuelle rappelle celle de 2006, lorsque les six ministres du Hezbollah et de leurs alliés avaient déjà claqué la porte du gouvernement, alors dirigé par Fouad Siniora, un proche de Saad Hariri, sur fond de crise sur le partage du pouvoir et des divergences concernant l'établissement de ce qui allait devenir le TSL.
 
Cette démission avait provoqué une crise de près de deux ans et mis le pays au bord d'une nouvelle guerre civile en mai 2008, avec des affrontements meurtriers (une centaine de morts) entre les deux camps. Un compromis avait finalement abouti à la formation de ce gouvernement d'union nationale.

Commenter cet article

  • thierry : Je vais moi mene regulierement au liban. car mon amie est libanaise et je peux vous dire que ce pay qui est magnifique et n'a vraiment pas besoin de ces crises politiques.

    Le 25/01/2011 à 13h15
  • john-luck : Mon meilleur ami est Libanais, ce sont des gens absolument extraordinaires, j'espère qu'un jour ce petit pays en surface mais grand par son âme verra enfin la paix et la joie revenir dans ses villes et ses campagnes car depuis trop longtemps il souffre de guerres et de violences...

    Le 13/01/2011 à 17h07
  • jaker3000 : Pourtant Monsieur Aoun est chrétien ! Il faut bien comprendre de quoi il s'agit avant de dire n'importe quoi.

    Le 12/01/2011 à 23h52
  • pagan29200 : Comme s'l en était besoin, ... un aveu de culpabilité, mais, non assumé.

    Le 12/01/2011 à 22h59
  • rose-marie54 : Le Liban va devenir un état chiite et l'avenir des chrétiens sera problèmatique

    Le 12/01/2011 à 22h28
      Nous suivre :
      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      Hollande sur le vol AH5017 : sa déclaration TV en intégralité

      logAudience