En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Avion turc abattu : Ankara évoque une possible violation de l'espace syrien


le 23 juin 2012 à 11h45 , mis à jour le 23 juin 2012 à 12h18.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
Moyen-orientLe président turc Abdullah Gül a déclaré samedi à la télévision d'Etat qu'un contact téléphonique avait eu lieu avec la Syrie, alors qu'un avion de combat turc a été abattu la veille en Méditerranée par l'armée syrienne.

Le président turc Abdullah Gül a reconnu samedi que l'avion de chasse turc abattu la veille par la Syrie a pu violer l'espace aérien syrien, dans une note apaisante après ce grave incident qui attise les tensions entre Ankara et Damas et menace de lourdes conséquences internationales. "Quand vous pensez à la vitesse des jets lorsqu'ils volent au dessus de la mer, il est courant qu'ils passent et repassent les frontières pour un court laps de temps", a-t-il dit, cité par l'agence de presse Anatolie, ajoutant que cela ne relève pas d'une "mauvaise intention". Il a ajouté que des contacts téléphoniques avaient eu lieu avec le régime syrien après l'incident.
 
Vendredi, Ankara a attendu près de douze heures pour confirmer que l'un de ses F-4 Phantom, qui avait décollé de sa base de Malatya (sud-est), avait été abattu par la DCA syrienne, excluant la thèse d'un accident. Des recherches étaient en cours samedi en Méditerranée, au large de la province turque de Hatay (sud), pour tenter de retrouver les deux pilotes de l'appareil.   La Turquie n'a pas donné de détails sur la mission qu'effectuait le F-4, -un avion assez ancien généralement affecté par l'armée de l'air turque à des missions de reconnaissance-, à proximité de la Syrie.

La Turquie, terre d'asile pour les réfugiés syriens

Les deux pays, autrefois alliés, ont retiré leurs diplomates à Ankara et Damas. La Turquie a coupé les ponts avec le président Bachar al-Assad, en raison de la répression sanglante du mouvement de contestation anti-gouvernementale qui agite son pays voisin la Syrie. La Turquie abrite sur son sol quelque 32.000 réfugiés syriens ainsi que des soldats rebelles qui ont fui le conflit. Elle accueille aussi l'opposition politique syrienne. Autant de raisons de redouter que ce grave incident ne provoque une dangereuse escalade entre les deux pays voire au-delà, l'un allié de l'Otan et des Etats-Unis, l'autre allié de la Russie et de l'Iran.

Pour l'heure, l'Otan a annoncé qu'elle n'envisageait pas d'intervenir en Syrie. Cet incident intervient au lendemain de la publication par le New York Times d'informations sur la présence de la CIA en territoire turc, pour superviser des livraisons d'armes aux rebelles syriens, armes fournies par la Turquie et des pays arabes. Ankara a démenti cette information et toute livraison d'armes.

Commenter cet article

  • eliotnice : Mr Gul commencez par libérer le territoire de Chypre que vous "violez" depuis 1974 et reconnaissez le Génocide arménien, après vous viendrez discuter...

    Le 23/06/2012 à 12h36
      Nous suivre :
      Seule rescapée de sa famille, elle tente de se reconstruire dix ans après le tsunami

      Seule rescapée de sa famille, elle tente de se reconstruire dix ans après le tsunami

      logAudience