En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Etat palestinien : Abbas lâche du lest face au blocage

Edité par
le 08 juin 2012 à 18h05 , mis à jour le 08 juin 2012 à 18h21.
Temps de lecture
3min
Mahmoud Abbas et François Hollande, à l'Elysée, le 8/6/12

Mahmoud Abbas et François Hollande, à l'Elysée, le 8/6/12 / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
Moyen-orientEn visite à Paris, où il a rencontré François Hollande à l'Elysée, le président palestinien a annoncé qu'il était finalement prêt à accepter un simple statut d'Etat non-membre à l'Onu. En septembre dernier, il avait demandé une reconnaissance pleine et entière de la Palestine.

En septembre dernier, Mahmoud Abbas, face au blocage du processus de paix avec Israël, avait demandé l'adhésion de la Palestine comme membre à part entière de l'Onu. Pour être validée, la procédure devait obtenir l'aval du Conseil de sécurité.

Or le président palestinien n'a jamais obtenu le nombre de voix nécessaires (9 sur 15). Et surtout, Barack Obama a toujours indiqué qu'il opposerait son veto si les Palestiniens arrivaient à leurs fins.

Assemblée générale déjà acquise
 
Neuf mois plus tard, la situation est au point mort. Face à ce blocage, Mahmoud Abbas a finalement décidé de jeter l'éponge pour utiliser la "procédure bis" : il est désormais prêt à se contenter d'un simple statut d'Etat observateur non-membre, à l'instar du Vatican aujourd'hui ou de la Suisse jusqu'en 2002.

Même s'il donne moins de droits et moins de poids diplomatique, ce statut n'exige pas l'aval du Conseil de sécurité, mais simplement la majorité des 2/3 à l'Assemblée générale (soit 126 pays), déjà acquise aux Palestiniens. "Nous choisirons cette voie si toutes les autres tentatives de négociations avec Israël ne réussissent pas", a expliqué le président palestinien vendredi après-midi à l'issue de sa rencontre avec François Hollande à l'Elysée.

Hollande veut "être utile"

De son côté, le chef de l'Etat a souligné que la France cherchait avant tout à "être utile" pour relancer le processus de paix. "Aujourd'hui, nous devons tout faire pour reconnaître l'Etat palestinien à travers un processus de négociations. Ce qu'attendent les Palestiniens, ce n'est pas une proclamation, c'est qu'il puisse y avoir, au terme d'un processus de négociations avec les Israéliens et un accord de paix, la reconnaissance de l'Etat palestinien. Nous n'avons pas d'autre démarche que de faciliter cette négociation  (...), nous pensons que c'est d'abord et surtout au travers de la négociation que nous devons aboutir au résultat qui est attendu", a lancé le chef de l'Etat.

Commenter cet article

  • caloma1 : Oh !!! il faut prendre son temps quand on rédige quelque chose relisez vous avant de poster

    Le 08/06/2012 à 23h13
  • mberle : Cher amis( es) de la modeartion ( vous voyez j'y mets les formes) .. auriez vous l'amabilite de bien vouloir editer le second commentaire que je vous ais envoye .. le premier inacheve ayant ete poste par erreur... Un grand Merci d'avance MB

    Le 08/06/2012 à 23h09
  • mberle : Pour ma part je pense que l'etat palestinien ne verra le jour que dans tres lomgtemps.. et ce pour la raison que la plus part des Etats des Pays du Moyen Orient n'en veule pas .. parrceque un Etat Palestinien .. apportrait la Paix a Israel .. et que la plus part des paus du Moyen Orient .. refise l'existence de L'etat d'Israel.. ce pourq

    Le 08/06/2012 à 22h13
  • esparta : De toute façon çe n'est pas ña gloire d0etre memebre de l'ONU ils sont tellement nul!!

    Le 08/06/2012 à 20h41
  • caloma1 : Je suis pour faire le n?ud de cravata pendant 5 ans à notre président Hollande

    Le 08/06/2012 à 20h26
      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      logAudience