En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Syrie : le Parlement turc donne son feu vert à l'envoi de troupes - Vidéo


le 04 octobre 2012 à 08h13 , mis à jour le 04 octobre 2012 à 14h39.
Temps de lecture
4min
À lire aussi
Moyen-orientLes bombardements de l'armée turque se sont poursuivis jeudi matin à la frontière avec la Syrie. Plusieurs soldats syriens ont été tués. Le Parlement turc a autorisé l'armée à conduire "si nécessaire" des opérations en Syrie.

Alors que la tension reste très vive autour de la frontière turco-syrienne, le Parlement turc a adopté jeudi une motion du gouvernement islamo-conservateur autorisant l'armée à conduire "si nécessaire" des opérations en Syrie. Le texte a été voté par 320 députés contre 129 (sur 550 sièges) à l'Assemblée nationale, qui s'était réunie en session spéciale à huis clos.

Parallèlement, l'armée turque a continué à bombarder dans la matinée des positions de l'armée syrienne à la frontière, en représailles à des tirs d'obus syriens qui ont tué 5 civils turcs mercredi dans un village frontalier." Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), plusieurs soldats syriens ont été tués dans ces bombardements.

La Syrie présente ses excuses

La Syrie a présenté ses excuses à la Turquie après les tirs d'obus qui ont tué 5 civils turcs dans un village frontalier du sud-est de la Turquie et a promis qu'un tel incident ne se reproduirait pas, a déclaré jeudi le vice-Premier ministre turc Besir Atalay.

Les tensions entre la Syrie et la Turquie ont connu une brusque escalade mercredi soir lorsque plusieurs obus ont frappé la localité turque d'Akçakale, située juste en face du poste-frontière syrien Tall al-Abyad, récent théâtre de combats entre les troupes fidèles au président syrien Bachar al-Assad et les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL). L'incident, le plus grave depuis la destruction d'un avion turc par la défense antiaérienne syrienne en juin, a été fermement condamné par l'Otan et les Etats-Unis qui ont affiché leur solidarité avec Ankara, pays membre de l'Alliance atlantique. La Turquie, qui appelle au départ du président syrien Bachar al-Assad, soutient les rebelles et accueille des réfugiés syriens. 

La France et l'Europe réagissent

Selon des diplomates de l'Onu, le Conseil de sécurité pense publier jeudi une déclaration non contraignante condamnant le tir de mortier de la Syrie "dans les termes les plus fermes" et exigeant la cessation des atteintes à la souveraineté territoriale de la Turquie. Le communiqué était d'abord attendu pour mercredi soir, mais la Russie a demandé un délai, apprend-on de source diplomatique. Dans sa lettre saisissant le Conseil de sécurité, la Turquie ne précise pas le type d'action qu'elle aimerait lui voir prendre.

La France s'est dit solidaire de la Turquie. "Je condamne avec la plus grande fermeté les tirs d'obus syriens contre la ville turque de Akçakale qui ont causé la mort de cinq civils", a dit jeudi le ministre français des Affaires étrangères dans un communiqué. La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, a condamné le tir de mortier syrien. "Je condamne fermement les bombardements menés hier par les forces de sécurité syriennes sur une ville de la frontière turque", dit-elle dans un communiqué. 

L'Allemande demande une réaction mesurée

De son côté, Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, a invité jeudi les autorités syriennes à reconnaître publiquement le caractère accidentel du tir de mortier, rapporte l'agence de presse RIA Novosti.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a appelé Ankara à une réaction mesurée alors que l'armée turque poursuivait jeudi ses bombardements sur la Syrie en riposte à des tirs syriens meurtriers sur son territoire. "Nous sommes aux côtés de notre allié de l'Otan, la Turquie - cela ne peut pas être remis en doute -, mais nous appelons aussi à la mesure, à une réponse raisonnable à cette situation qui se détériore ", a déclaré le ministre lors d'un point presse.

Commenter cet article

  • ouibough : L'effet boomerang!

    Le 04/10/2012 à 09h19
  • jclo3 : La turquie pays des droits de l homme....? ah bon....

    Le 04/10/2012 à 08h56
      Nous suivre :
      La blague de François Hollande sur sa visite pluvieuse à l'île de Sein

      La blague de François Hollande sur sa visite pluvieuse à l'île de Sein

      logAudience