En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'ONU condamne les attentats "terroristes" d'Alep


le 05 octobre 2012 à 19h01 , mis à jour le 05 octobre 2012 à 19h20.
Temps de lecture
3min
Archives : séance du Conseil de sécurité de l'Onu

Archives : séance du Conseil de sécurité de l'Onu / Crédits : Abacapress.com

À lire aussi
Moyen-orientLe Conseil de sécurité des Nations unies a condamné vendredi les attaques qui ont fait 48 morts, en majorité des militaires du régime de Bachar al-Assad, mercredi à Alep.
Les 15 pays-membres du Conseil de sécurité de l'Onu ont condamné vendredi "dans les termes les plus fermes" les attentats à la voiture piégée qualifiés de "terroristes" qui ont fait 48 morts, mercredi à Alep, dans le nord de la Syrie. La plupart des victimes de l'attaque était des soldats de l'armée régulière du président contesté Bachar al-Assad, qui livrent une bataille cruciale les opposant les insurgés. (Lire notre article : attentats en série à Alep)

Le Conseil rappelle que ces attentats ont été revendiqués par "le groupe Jebhat al-Nusra affilié à Al-Qaïda" et adresse ses "sincères condoléances aux familles des victimes de ces actes de haine et au peuple de Syrie". La déclaration des 15 pays membres réaffirme également en termes généraux leur "condamnation du terrorisme sous toutes ses formes" ainsi que leur "détermination à (le) combattre".

Suggestion de la Russie

Selon des diplomates, la déclaration a été rédigée sur proposition de la Syrie, fidèle alliée du régime syrien, dans le cadre des tractations pour mettre au point une réaction du Conseil aux récents incidents frontaliers entre la Turquie et la Syrie. Cette concession à Moscou et à Damas avait facilité un compromis après des heures de négociations.

Jeudi soir, le Conseil de sécurité avait finalement publié, après de longues tractations entre les pays occidentaux et la Russie, une déclaration dénonçant le bombardement par la Syrie d'un village turc frontalier et appellant les deux pays voisins à la retenue.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      logAudience