En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Syrie : à l'Onu, chacun accuse l'autre de l'intensification des violences


le 26 juillet 2012 à 08h35 , mis à jour le 26 juillet 2012 à 10h07.
Temps de lecture
3min
Archives : séance du Conseil de sécurité de l'Onu, avril 2012

Archives : séance du Conseil de sécurité de l'Onu, avril 2012 / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
Moyen-orientLa Russie a mis en garde les Occidentaux contre "les conséquences probablement catastrophiques" d'une approche hors cadre onusien de la crise syrienne. Sur place, Alep se prépare à une bataille décisive.

Une semaine après le troisième veto de la Russie et de la Chine contre une résolution visant le pouvoir syrien, les membres du Conseil de sécurité des Nations unies se renvoient la responsabilité de l'intensification des violences et s'affrontent sur les suites du dossier syrien. Lors d'un débat consacré à la situation au Moyen-Orient, la Russie a mis en garde mercredi soir les Occidentaux contre "les conséquences probablement catastrophiques" d'une approche hors cadre onusien de la crise syrienne. Vitali Tchourkine, le représentant permanent de Moscou à l'Onu, a réaffirmé à cette occasion que Washington et ses partenaires européens n'avaient fait qu'aggraver la situation en prenant fait et cause pour l'opposition syrienne depuis les premiers temps de la crise, il y a plus de seize mois.

A trois reprises déjà, la Russie et la Chine ont fait valoir le droit de veto que leur confère leur statut de membre permanent du Conseil de sécurité pour mettre en échec des projets de résolution qui auraient condamné la répression et menacé le régime de Bachar al Assad de sanction. "Le peuple syrien paiera le prix de cet échec", a répliqué l'ambassadeur allemand Peter Wittig en revenant sur le troisième veto, le 19 juillet dernier.
 
Alpe se prépare à une bataille décisive
 
Face à la paralysie de l'Onu, plus marquée que jamais, les Occidentaux cherchent les moyens d'agir. Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils se tourneraient avec plus de force vers le groupe des Amis du peuple syrien, coalition informelle créée au lendemain du précédent veto russo-chinois, en février. Washington fera en sorte d'accentuer la pression sur le gouvernement syrien, de soutenir l'opposition syrienne et d'apporter son aide à la préparation d'une transition démocratique conduite par les Syriens eux-mêmes. "L'impuissance où les vetos russes et chinois confinent le Conseil ne laisse pas la communauté internationale sans ressource", a souligné pour sa part l'ambassadeur de France, Gérard Araud.
 
En Syrie, l'armée et les rebelles  ont acheminé mercredi des troupes vers Alep, deuxième ville de Syrie où se joue  désormais une bataille décisive entre les opposants et le régime, qui tente parallèlement d'écraser l'une des dernières poches de résistance dans la  capitale Damas. Dans le même temps, la moitié des  300 observateurs de l'ONU ont quitté la Syrie, selon un responsable de l'ONU,  leur présence ayant échoué à mettre un terme à la spirale de violences. La répression et les combats ont fait au moins 108 morts mercredi --57  civils, 36 soldats et 15 rebelles --, selon une ONG syrienne.

Commenter cet article

  • razalo : On dirait qu'en occident, on prend directement parti pour l'asl , l'asl est composé par une grande parti de salafistes, c'est d'ailleurs pas pour rien que le quatar er l'arabie saoudite les soutiennent. Les Etats unis soutenaient aussi les talibans en afghanistan pendant la guerre froide, c'est d'ailleurs la cia qui a formés les talibans, résultats 15 ans plus tard on veut combattre le terrorisme, en combattant les talibans en afghanistan. Apparement, ça ne leur a pas servis de leçon, pour des intéret purement économique l'occident veut virer bachar du pouvoir et placer des extrémistes pour après se plaindre de leur comportement et leur faire la guerre dans l'avenir.

    Le 26/07/2012 à 17h03
  • didierbretagne : La Russie n'a pas forcément raison. L'intervention internationale avec aide aux insurgées. n'aura sans doute pas été inutile. Il ne faut pas se leurrer non plus car elle est aussi la cause de l'intensification des combats et de l'augmentation de victimes civiles. Que se passera-t-il après certainement une longue période d'incertitudes de bagarres et de chaos pour le pouvoir et encore avec de nouvelles victimes prises en otage par les uns ou des autres.Mais il faut mettre fins aux régimes totalitaires et/ou militaires en acceptant ce qu'il en résulte après. Facile à dire derrière son ordinateur lorsque l'on est pas concerné directement. L'Algérie après son indépendance, il y a 50 ans, devrait être prospère (un peu moins mais comme le qatar) et qu'en est-il aujourd'hui malgré ses richesses ? Cela donne à réfléchir.

    Le 26/07/2012 à 13h02
      Nous suivre :
      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      logAudience