ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Syrie : après le massacre de Houla, la passivité de l'Onu montrée du doigt


le 27 mai 2012 à 22h36 , mis à jour le 27 mai 2012 à 22h45.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Moyen-orientDes membres de l'opposition syrienne ont accusé dimanche la passivité des observateurs de l'Onu d'être l'une des causes du massacre de Houla, où 116 personnes sont mortes vendredi. Le Conseil de sécurité s'est réuni dans la soirée pour évoquer la situation en Syrie.

Deux jours après le drame de Houla, la polémique enfle. Des membres de l'opposition syrienne ont accusé dimanche la passivité des observateurs de l'Onu d'être l'une des causes du massacre perpétré dans la ville syrienne, où 116 personnes sont mortes vendredi, selon dés chiffres donnés par les "bérets bleus".

Face à la montée de la colère, le Conseil de sécurité des Nations unies devait se réunir dimanche soir pour s'entretenir de la situation en Syrie. Le Royaume-Uni et la France avaient proposé une déclaration condamnant le massacre de Houla (centre de la Syrie). La Russie bloque l'adoption du texte tant que le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, ne se sera pas exprimé à ce sujet devant le Conseil.
 
Quoiqu'il en soit, les tergiversations onusiennes ne risquent pas de calmer l'opposition. Celle-ci a d'ailleurs également reproché à la mission de l'Onu de ne pas avoir officiellement condamné le président Bachar al Assad, dont le régime a affirmé ne pas avoir perpétré le massacre. De fait, les autorités syriennes ont imputé dimanche la tuerie à des "terroristes", terme qu'elles utilisent habituellement pour désigner les rebelles syriens.  "La délégation d'observateurs est demeurée impuissante et n'a pas pris d'initiative pour intervenir, sauf pour compter les victimes le lendemain du massacre, comme l'Onu l'a fait à Sarajevo et Srebrenica, en Bosnie", lit-on dans un communiqué publié par le Conseil révolutionnaire de la ville de Homs, voisine de Houla, dans le centre de la Syrie. Selon Maysara al Hilaoui, l'un des premiers militants de l'opposition à s'être rendu sur les lieux, les observateurs de l'Onu qu'il a appelés, craignant "qu'un massacre soit sur le point d'être commis", sont "arrivés trop tard".
 
Les images des cadavres de jeunes gens, alignés côte à côte après le massacre, ont souligné l'échec du cessez-le-feu mis en place par l'Onu voici un mois et demi pour arrêter la violence en Syrie. Selon les militants de l'opposition présents à Homs, les violences ont commencé lorsque des forces militaires et paramilitaires fidèles au régime ont tiré à la mitrailleuse sur une manifestation d'opposants, faisant cinq morts. Des rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) ont ensuite saccagé deux barrages routiers de l'armée syrienne. Selon des habitants de Houla, des membres des "chabbiha", une milice pro-Assad, ont pénétré dans la ville où ils ont tué en représailles des hommes, des femmes et des enfants par balles et à l'arme blanche.

Commenter cet article

  • alkira200 : Dans l'émission C dans l'air de ce soir, il a été clairement dit que des 'rebelles' étrangers entraient en Syrie via la Turquie, probablement de Libye ... Autant dire que faire croire à une révolte spontannée du peuple syrien est vraiment stupide ...

    Le 28/05/2012 à 19h43
  • dom145 : Je souhaite plus que l'ex-président anormal !!!

    Le 28/05/2012 à 10h38
  • charlesentend : Que compte faire notre Président NORMAL ?

    Le 28/05/2012 à 10h05
  • anti-mafia : Qui,nous prouve la certitude des images, personne ! La vérité est facile a être détourné par les medias .Méfions nous et raisonnons par nous mêmes .

    Le 28/05/2012 à 08h00
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience