ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Syrie : Assad sous pression pour accepter un gouvernement de coalition


le 28 juin 2012 à 10h10 , mis à jour le 28 juin 2012 à 11h58.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
Moyen-orientLa Russie, tout en maintenant son soutien au président syrien, semble favorable à l'idée de Kofi Annan, le médiateur international, de mettre en place un cabinet d'union nationale, qui inclurait des partisans du régime mais aussi de l'opposition.

Sur le terrain, les violences en Syrie entre les troupes de Bachar al-Assad et la rébellion continuent et se renforcent -les ONG parlent d'au moins 150 morts mercredi.
 
En revanche, d'un point de vue diplomatique, une (petite) embellie est en vue. La solution proposée mercredi par Kofi Annan, le médiateur de l'Onu et de la Ligue arabe,  sur la création d'un gouvernement d'union nationale qui inclurait des membres du régime et de l'opposition, est en effet soutenue par la Russie et la Chine, les deux alliés du président syrien. La mise en place effective de ce cabinet de coalition, premier pas vers une transition politique, sera discutée lors de la réunion du "Groupe d'action sur la Syrie" samedi à Genève.

Le "oui, mais" de la Russie

Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a néanmoins posé des conditions. Il a ainsi redit jeudi matin que son pays ne comptait pas soutenir une solution venue de l'extérieur et que le sort de Bachar al-Assad devait être décidé par les Syriens uniquement. "Il s'agit de favoriser le dialogue et non de préjuger des résultats de ce dialogue", affirme le ministre des Affaires étrangères de Vladimir Poutine. Il a également critiqué la mise à l'écart de l'Iran dans la résolution du conflit.

Autre problème éventuel : le Conseil national syrien (CNS), la principale composition de l'opposition en exil, rejette par avance toute participation au gouvernement si Bachar al-Assad reste en place. Il exige donc que le texte de Kofi Annan parle explicitement du départ de président syrien. Ce que refuse donc la Russie.

La réunion de Genève, qui se tiendra au niveau des ministres des Affaires Etrangères, rassemblera les cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni). Des invitations ont été également adressées à la Turquie, à l'Union européenne et au secrétaire général des Nations Unies. Les chefs de la diplomatie du Qatar, du Koweït et de l'Irak, ces derniers au titre de leur rôle au sein de la Ligue arabe sont également invités.

Commenter cet article

  • lilileo : Lileo le 28/06/2012 à 12:12 L'Arabie saoudite aussi ? Comment se fait -il qu'il n'est pas fait mention dans cet article du fait que l'Arabie Saoudite refuse de se joindre à la réunion de Genève ? Et qu'est ce qu'est finalement cette opposition dont les nombreux spécialistes souvent conviés sur les plateaux des médias ou par la presse expliquent qu'elle est armée et payée par ces clans monarchiques petro dollarisés ! C'est simple et court pourtant à comprendre ! La Syrie là dedans n'est qu'un pays une fois de plus en ingérence et sous pression pour d'autres raisons que d'y instaurer la démocratie ! Il faut d'urgence arrêter pas prendre les citoyens pour des crédules, éternels beni oui oui. M. Fabius hier, à Sciences Po, ne faisait pas mystère de nos efforts français conjoints avec les USA ; Qatar ; Arabie Saoudite et autres pays "démocratiques et défenseurs reconnus des droits de l'homme y compris des femmes (sic) pour aider à l'instauration de la démocratie et des droits de l'homme et de la défense des droits des femmes en Syrie ! Qui peut se lasser berner par un tel discours ? Je n'invente rien ! Nous avons eu le texte de la conférence de notre nouveau ministre adhérant sans changer une virgule à la ligne politique de M. Sarkozy-Juppé, avec en prime l'expression du désir ardent de la France d'atteindre ses objectifs seuls louables(re sic). L'action active des monarchies pétro-dollarisés (très démocratiques ?) est très souvent rappelé pour que la France puisse atteindre de concert avec ces "démocrates incontestables ", cet objectif de "démocratisation des pays arabes : surtout Mali et Syrie. Ce fut à plusieurs reprises, exprimé y compris inscrit et souligné dans le texte de la conférence du ministre ! On nous prend, nous les citoyens - dûment invités à entendre cela et à l'avaler avec reconnaissance, pour qui ? !

    Le 28/06/2012 à 15h47
  • lilileo : L'Arabie saoudite aussi ? Non ? Comment se fait -il qu'il n'est pas fait mention dans cet article du fait que l'Arabie Saoudite refuse de se joindre à la réunion de Genève ? Et qu'est ce qu'est finalement cette opposition dont les nombreux spécialistes souvent conviés sur les plateaux des médias ou par la presse expliquent qu'elle est armée et payée par ces clans monarchiques petro dollarisés ! C'est simple et court pourtant à comprendre ! La Syrie là dedans n'est qu'un pays une fois de plus en ingérence et sous pression pour d'autres raisons que d'y instaurer la démocratie ! Il faut d'urgence arrêter pas prendre les citoyens pour des crédules, éternels beni oui oui. M. Fabius hier, à Sciences Po, ne faisait pas mystère de nos efforts français conjoints avec les USA ; Qatar ; Arabie Saoudite et autres pays "démocratiques et défenseurs reconnus des droits de l'homme y compris des femmes (sic) pour aider à l'instauration de la démocratie et des droits de l'homme et de la défense des droits des femmes en Syrie ! Qui peut se lasser berner par un tel discours ? Je n'invente rien ! Nous avons eu le texte de la conférence de notre nouveau ministre adhérant sans changer une virgule à la ligne politique de M. Sarkozy-Juppé, avec en prime l'expression du désir ardent de la France d'atteindre ses objectifs seuls louables(re sic). L'action active des monarchies pétro-dollarisés (très démocratiques ?) est très souvent rappelé pour que la France puisse atteindre de concert avec ces "démocrates incontestables ", cet objectif de "démocratisation des pays arabes : surtout Mali et Syrie. Ce fut à plusieurs reprises, exprimé y compris inscrit et souligné dans le texte de la conférence du ministre ! On nous prend, nous les citoyens - dûment invités à entendre cela et à l'avaler avec reconnaisssance !

    Le 28/06/2012 à 15h46
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience