En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Syrie : l'ONU a senti la "chair brûlée" sur les lieux du massacre d'Al-Koubeir


le 09 juin 2012 à 07h50 , mis à jour le 09 juin 2012 à 12h59.
Temps de lecture
3min
Les observateurs de l'ONU ont senti une "forte odeur de chair brûlée" et vu des traces de sang vendredi sur les lieux du massacre d'Al-Koubeir en Syrie

Les observateurs de l'ONU ont senti une "forte odeur de chair brûlée" et vu des traces de sang vendredi sur les lieux du massacre d'Al-Koubeir en Syrie /

A lire aussi
Moyen-orientMercredi, 55 personnes dont des femmes et des enfants ont été tuées à Al-Koubeir, un hameau de la province de Hama, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

De forts indices, mais pas de corps. Les observateurs de l'ONU ont senti une "forte odeur de chair brûlée" et vu des traces de sang vendredi sur les lieux  du massacre d'Al-Koubeir en Syrie, où l'escalade de la violence a poussé les Occidentaux à oeuvrer pour des sanctions aux Nations unies contre le régime de  Bachar al-Assad.

Dans un communiqué vendredi soir, le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky a  rapporté que les observateurs ont vu des traces de véhicules blindés et des  maisons fortement endommagées par des tirs de roquettes, de grenades et d'autres armes. "Les circonstances entourant cette attaque sont toujours peu claires.  L'identité et le nombre de personnes tuées ne sont toujours pas confirmées. Les observateurs continuent à travailler pour vérifier certains faits", a souligné  M. Nesirky.
 
Mercredi, 55 personnes dont des femmes et des enfants ont été tuées à  Al-Koubeir, un hameau de la province de Hama (centre), selon l'Observatoire  syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui, avec l'opposition syrienne, a imputé  ce massacre aux "chabbihas", les milices pro-régime. Mais les autorités de Damas ont démenti qu'un tel massacre ait eu lieu,  affirmant qu'il y avait seulement neuf victimes, tuées par des "groupes  terroristes", appellation officielle pour désigner rebelles et opposants.
 
Assad a "perdu toute légitimité"
 
Dans la nuit de vendredi à samedi, au moins 12 personnes, dont huit femmes,  ont été tuées par des tirs de l'armée qui ont visé un quartier résidentiel de  Deraa (sud), selon l'OSDH. Auparavant, les opérations de répression et les combats entre soldats et  rebelles qui se sont intensifiés dans la capitale, avaient fait 26 morts  vendredi à travers le pays, en majorité des civils, selon l'OSDH. Dans le même temps, des milliers de Syriens ont manifesté à travers le pays  contre M. Assad, tout en exprimant leur exaspération à l'égard de la communauté  internationale, impuissante à faire cesser les violences qui ensanglantent le  pays depuis le début de la révolte en mars 2011.

Le patron de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé que M. Assad  avait "perdu toute légitimité" et déploré que des armes lourdes, des balles  perforantes et des drones aient été utilisés contre les observateurs depuis le  début de leur mission à la mi-avril. Avant Al-Koubeir, 108 personnes avaient été massacrées le 25 mai à Houla  (centre). Les autorités avaient aussi nié toute implication mais un responsable  de l'ONU avait dit que des soupçons pesaient sur les partisans du régime. Face à l'escalade, Washington, Paris et Londres préparent un projet de  résolution au Conseil de sécurité incluant une menace de sanctions contre le  régime, selon des diplomates. Mais cette résolution risque fortement d'être  bloquée comme dans le passé par Pékin et Moscou, alliés de M. Assad. Samedi et dimanche, le Conseil national syrien (CNS) doit se réunir à  Istanbul pour se doter d'un nouveau président qui succèdera à Burhan Ghalioun  avec pour mission d'apporter plus d'unité et d'efficacité à cette grande coalition de l'opposition.

Commenter cet article

  • alkira200 : @juigne 11 : vous êtes aveugle! pendant des décennies, les USA et l'OTAN se sont arrangés avec des régimes dictatoriaux comme en Libye , Syrie, auparavant l'Irak! Ils les ont laissé faire ! Maintenant ils ont changé leurs plans, c'est tout !

    Le 10/06/2012 à 23h30
  • juigne11 : C'est indigne de s'attaquer à des enfants. Toutes les guerres sont injustes, mais qu'est-ce qu'ils ont à voir des enfants, c'est de la barbarie

    Le 09/06/2012 à 12h53
  • mataf7475 : Plus que la diplomatie, il y a la politique et l'économie. avec la Russie et la Chine en face, tout le monde baisse le pantalon.Nous ne pourron hélas rien y faire.

    Le 09/06/2012 à 11h56
  • noirette1376 : Je suis aussi d'accord pour dire que le conflit Syrien devrait-être géré par la ligue arabe, pas très efficace sur son territoire. Mais à l'instar de la ligue Arable, l'ONU ne l'est guère plus, voir impuissant. C'est regrettable, de confits de conflits, cette organisation démontre dans les faits, qu'elle ne sert plus à grand chose, si ce n'est faire de grande déclarations diplomatiques. La diplomatie n'est pas une chose facile certes, mais elle a son temps, ensuite, il faut passer à la vitesse supérieure, surtout quand un régime massacre son propre peuple.

    Le 09/06/2012 à 11h35
  • julie : OSDH observatoire syrien des droits de l'homme, il faut lire...

    Le 09/06/2012 à 11h30
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience