En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Révolte en Syrie

Syrie : la fin du régime approche selon Paris et Washington


le 07 août 2012 à 06h50 , mis à jour le 07 août 2012 à 07h09.
Temps de lecture
5min
bachar al-assad

Bachar Al-Assad/Image d'archives / Crédits : Reuters

À lire aussi
Moyen-orientLe régime syrien est condamné, a déclaré lundi le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius, qui souligne que Bachar al Assad "perd tous ses soutiens". Une analyse partagée par Washington.

Dans un communiqué, Laurent Fabius est catégorique : "La défection du Premier ministre syrien illustre, si elle est confirmée, la fragilisation du régime de Damas, qui a fait le choix de la violence et perd tous ses soutiens", estime le ministre des Affaire étrangères.  "La France est convaincue que le régime de Bachar al Assad est condamné et que sa fin approche", ajoute-t-il. Pour Paris, "la multiplication des défections de responsables politiques, de militaires et de diplomates de haut rang est le signe de l'affaiblissement inéluctable du clan au pouvoir en Syrie". Le pouvoir syrien a subi lundi un important revers politique avec la défection du Premier ministre, Ryad Hidjab, et celles de deux ministres et de trois généraux de l'armée qui ont rejoint l'opposition.


 
De son côté, l'Elysée a annoncé lundi soir que le chef de la diplomatie française se rendrait le 15 août en Jordanie, "ainsi que dans d'autres pays de la région". "La France intensifie ses contacts avec l'opposition syrienne et les Etats de la Ligue arabe pour préparer les conditions d'une transition rapide en Syrie", précise la présidence.

 

La France vient en aide aux réfugiés 

 

Autre annonce faite, celle de l'envoi prochain d'une équipe de médecins et chirurgiens militaires à la frontière jordano-syrienne pour venir en aide aux victimes des combats en Syrie et aux réfugiés.  "Les médecins et chirurgiens militaires, complétés de moyens civils, viendront en assistance aux victimes des combats et aux réfugiés, qui fuient en ce moment les zones de conflit en Syrie", a annoncé la présidence dans un communiqué. De source diplomatique auprès de la présidence française, on précise que cette assistance médicale "n'exclut naturellement pas les combattants". Il s'agit de "répondre à l'urgence de la situation et à l'aggravation de l'emploi de la violence par le régime de Bachar al-Assad contre son peuple, explique-t-on de même source.

 

François Hollande "a confié au ministre de la Défense et au ministre des Affaires étrangères, avec le concours du ministre de l'Intérieur, la mise sur pied de ces installations médicales d'ici la fin de la semaine", précise un communiqué de la présidence française.

 

Ce déploiement répond à "l'urgence humanitaire" alors que "la France est pleinement mobilisée aux côtés du peuple syrien et des Etats de la région", ajoute l'Elysée. Selon la présidence française, "on recense aujourd'hui plusieurs centaines de milliers de réfugiés dans les pays voisins de la Syrie dont 120.000 enregistrés par le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies auxquels s'ajoute plus d'un million de personnes déplacées dans ce pays". La présidence souligne que sa "décision vient compléter, sur le terrain, les initiatives diplomatiques que la France porte en ce moment auprès de la communauté internationale, pour que cessent les exactions du régime de Bachar el Assad".

 

Assad a perdu le contrôle selon Washington
  
"Les informations selon lesquelles plusieurs membres importants du régime Assad, dont le Premier ministre Riad Hijab, ont fait défection sont une nouvelle indication du fait qu'Assad a perdu le contrôle de la Syrie", a estimé pour sa part Tommy Vietor, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. "Il est évident que ces défections touchent à présent le plus haut niveau du gouvernement et démontrent que les Syriens pensent que les jours d'Assad sont comptés", a ajouté M. Vietor. "La façon la plus rapide de mettre un terme à ce bain de sang et aux souffrances des Syriens serait qu'Assad reconnaisse que les Syriens ne lui permettront pas de rester au pouvoir", a-t-il poursuivi.

 

Un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell, s'est également félicité de ces défections qui, a-t-il précisé, comprennent aussi celle du premier cosmonaute syrien et d'un membre haut placé des services de renseignement, preuve que "le régime s'éffrite et perd prise". "Nous encourageons d'autres personnes à les rejoindre et à rejeter les actes atroces commis par le régime Assad, en aidant à définir une nouvelle voie pour la Syrie, qui soit pacifique, démocratique, complète et juste", a-t-il insisté.  

 

La secrétaire Hillary Clinton doit se rendre en Turquie ce week-end, à l'issue de sa tournée en Afrique, où elle évoquera la situation en Syrie. Il n'est pas encore certain qu'elle y rencontrera des membres de l'opposition syrienne. "Le gouvernement turc est un allié proche. Ses membres ont un grand intérêt à voir la situation se résoudre le plus vite possible et de la manière la plus pacifique possible. Donc elle (Mme Clinton) a estimé qu'il était approprié d'aller les voir et de mener des consultations avec eux", a justifié M. Ventrell.

 

En Syrie, les violences ne connaissent pas de répit, aussi bien à Damas qu'à A Alep, où l'armée a bombardé à l'artillerie lourde plusieurs quartiers. Des bombardements ont aussi visé la province d'Idleb (nord-ouest). En raison de l'intensité des combats, les observateurs de la Misnus qui étaient stationnés à Alep ont quitté cette ville du nord du pays et ont été rapatriés au cours du week-end vers Damas, où se trouve le quartier général de la Misnus, a indiqué lundi l'ONU. 
 

Commenter cet article

  • napalm02 : On en rit encore en février 2013.

    Le 12/02/2013 à 16h47
  • ludassa : Ce qui est sure et certain, même si les jours du régime sont incertain, il n'en est pas mieux pour la politique étrangère de l'occident, qui s'est complètement brisé les os en Syrie. En effet il s'avère que la paralysie est générale. Quand Vladimir POUTINE met en garde que si la guerre civile éclate dans le pays, cela durera des années, une façon masqué, de contraindre , et pousser l'occident à demander que cela s'arrête.

    Le 08/08/2012 à 02h29
  • margaux1942 : Voilà des mois qu'on dit la même chose.... Si la fin du régime approche, c'est très lentement.... et en attendant tant pis pour tous ceux qui y laissent leur vie tous les jours...

    Le 07/08/2012 à 14h19
  • chachacon : N'allez pas nous dire que c'est grâce à FH

    Le 07/08/2012 à 10h37
  • robert2400 : Cela fait dix mille morts qu'ils nous disent cela !

    Le 07/08/2012 à 09h19
      Nous suivre :
      Foresti à la fin de son interview sur TF1 : "C'est déjà fini ? Mais ça va pas du tout !"

      Foresti à la fin de son interview sur TF1 : "C'est déjà fini ? Mais ça va pas du tout !"

      logAudience