En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Syrie : pilonnage et combats à Alep avant une offensive de l'armée d'Assad


le 26 juillet 2012 à 22h22 , mis à jour le 26 juillet 2012 à 22h25.
Temps de lecture
3min
Un rebelle dans la ville d'Alep, le 24 juillet 2012

Un rebelle dans la ville d'Alep, le 24 juillet 2012 / Crédits : AFP

À lire aussi
Moyen-orientLes forces régulières, appuyées par l'artillerie lourde, livraient jeudi bataille aux rebelles dans plusieurs quartiers d'Alep, avant une offensive majeure attendue pour reprendre cette ville devenue un enjeu crucial du conflit en Syrie.

Alors que les violences ont fait encore plus de 120 morts à travers le pays, les troupes du régime de Bachar al-Assad, qui ont reconquis la plupart des quartiers de Damas, étaient engagées dans des affrontements avec les insurgés regroupés dans le quartier Hajar al-Aswad, selon des militants.

"Soulèvement des deux capitales, la guerre de libération continue" sera le slogan des manifestations vendredi à l'appel des militants anti-régime qui ne semblent pas découragés par les violences ayant fait plus de 19.000 morts depuis le début de la révolte en mars 2011 selon une ONG syrienne.

A Alep, deuxième ville du pays à 355 km au nord de Damas, l'armée a bombardé en soirée le quartier Salaheddine tenu par les rebelles, ainsi que d'autres secteurs de la cité, en proie également à des combats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plusieurs explosions ont été entendues.

A Salaheddine, des centaines de rebelles se préparent à une offensive majeure de l'armée contre la ville après l'ouverture le 27 juillet d'un nouveau front à Alep. Un photographe de l'AFP a vu des barricades de sacs de sable, un autobus disposé en travers d'une rue pour la bloquer et des centres de soins installés dans les sous-sols des écoles et des mosquées. Plusieurs hélicoptères tournaient au-dessus des habitations et mitraillaient le sol. Les habitants du quartier, eux, fuyaient en masse - les femmes et les enfants surtout, le plus souvent à bord de camionnettes.

Au moins 121 morts

En attendant l'assaut, les rebelles, armés de fusils d'assaut Kalachnikov, de fusils mitrailleurs, de roquettes et de bombes artisanales lançaient de petites offensives contre des postes de police et des renseignements. L'espoir, estiment-ils, réside dans la solidarité des autres combattants qui viendraient renforcer les défenses de Salaheddine ou ralentiraient l'arrivée de l'armée avec des sabotages et des escarmouches.

Le porte-parole de l'Armée syrienne libre (ASL, formée de déserteurs) à Alep, Abdel Jabbar al-Okaidi, a fait état de l'arrivée de 100 chars et de nombreux véhicules militaires en renfort à Alep. "Nous nous attendons à tout moment à une offensive majeure". Le journal proche du régime, Al-Watan, a parlé de "la Mère de toutes les batailles".

Si Alep tombe, "le régime est fini et les deux adversaires le savent", a estimé Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH.

Les violences - pilonnage, opérations de l'armée et combats entre soldats et rebelles - ont touché d'autres villes, notamment Deraa (sud) bombardée par des hélicoptères, et Damas et sa région, selon l'OSDH qui recense au moins 121 morts - 64 civils, 32 soldats et 25 insurgés.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Teddy Riner : "Cette médaille est pour mon fils et pour ma femme"

      Teddy Riner : "Cette médaille est pour mon fils et pour ma femme"

      logAudience