ARCHIVES

Yémen : le président Saleh sur le départ, l'immunité en poche


le 23 novembre 2011 à 08h05 , mis à jour le 23 novembre 2011 à 17h57.
Temps de lecture
3min
Ali Abdallah Saleh

Ali Abdallah Saleh, mai 2011 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Moyen-orientLe président yéménite se trouve mercredi à Ryad pour y parapher le plan de transition déjà signé par l'opposition. Depuis dix mois, le mouvement de contestation réclamait qu'il cède le pouvoir.

Lui ne tombera pas, mais a plutôt accepté de partir. Le président yéménite Ali Abdallah Saleh est arrivé mercredi de façon inopinée à Ryad pour signer un accord prévoyant  son départ, réclamé depuis dix mois par un mouvement de contestation. L'émissaire de l'ONU au Yémen a confirmé que la cérémonie de signature de l'accord "aura lieu aujourd'hui à Ryad", précisant  que Président Saleh signera ce plan, déjà paraphé par l'opposition. Les deux parties signeront ensuite son mécanisme d'application.

Ce plan proposé par le Conseil de coopération du Golfe (CCG) dont l'Arabie saoudite est le chef de file prévoit le départ de Président Saleh du pouvoir en échange de l'immunité pour lui-même et ses proches. Il doit remettre le pouvoir pour une période intérimaire à son vice-président, Abd Rabbo Mansour Hadi, un homme de consensus. Mais selon des sources politiques, il demeurera président à titre honorifique pendant une période de 90 jours, à l'issue de laquelle M. Hadi sera  élu président pour une période intérimaire de deux ans.
 
Ban Ki-moon le remercie
 
Le président yéménite, au pouvoir depuis 33 ans et dont les manifestants réclament depuis janvier le départ, avait refusé jusqu'à présent de signer le plan de sortie de crise, se rétractant à la dernière minute à plusieurs  reprises. M. Benomar a supervisé d'intenses tractations au cours des derniers jours à  Sanaa pour convaincre le chef de l'Etat de signer cet accord et ses modalités d'application. Le secrétaire général du parti présidentiel, Sultan al-Barakani, avait déclaré mardi soir que les dernières touches étaient mises "au mécanisme d'application et sur un document lié aux garanties" d'immunité pour Président Saleh et  ses proches. Le fils et les neveux du président commandent les principaux organes de sécurité dans le pays. Le Conseil de sécurité de l'ONU avait reporté d'une semaine une réunion qu'il devait tenir lundi pour discuter du refus de Président Saleh de signer le plan  de sortie de crise, dans l'espoir d'une percée. 

L'agence officielle yéménite SABA a annoncé que le président Saleh avait reçu un appel mardi soir du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui l'a "remercié pour avoir répondu positivement aux efforts de l'ONU et à la résolution 2014". Les quinze pays membres du Conseil de sécurité ont adopté à l'unanimité le  21 octobre la résolution 2014 condamnant les attaques menées contre les manifestants par les forces gouvernementales et apportant leur soutien au plan du CCG. La répression des manifestants qui réclament la démission du président Saleh et les affrontements entre troupes rivales ont fait des centaines de  morts depuis janvier au Yémen.

Après avoir signé l'accord, le président Saleh se rendra à New York pour des soins médicaux, a dit Ban Ki Moon mercredi.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      The Voice Italie : Soeur Cristina gagne sa battle !

      logAudience