En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Coco Chanel, espionne nazie?

Edité par
le 16 août 2011 à 11h54 , mis à jour le 16 août 2011 à 16h03.
Temps de lecture
3min
Coco Chanel

Coco Chanel (photo non datée) / Crédits : Abacapress.com

A lire aussi
PeopleL'auteur d'un livre, paru ce mardi aux Etats-Unis, affirme qu'en 1940, à l'âge de 57 ans, la couturière française aurait été recrutée par l'Abwehr, les services de renseignements de l'état-major allemand, en tant qu'agent du régime nazi.

Coco Chanel a-t-elle pratiqué l'espionnage? C'est du moins ce qu'affirme l'auteur d'un livre paru ce mardi, aux Etats-Unis. D'après le journaliste américain Hal Vaughan, la célèbre couturière française aurait été une espionne nazie durant la seconde guerre mondiale. L'auteur de cette nouvelle biographie, installé en France, affirme s'être appuyé sur de très nombreuses archives françaises, anglaises, allemandes et américaines pour écrire son ouvrage.
 
Dans Sleeping with the enemy, Coco Chanel's secret war (Au lit avec l'ennemi, la guerre secrète de Coco Chanel), il affirme qu'en 1940, à 57 ans, Coco Chanel, est recrutée par l'Abwehr, les services de renseignements de l'état-major allemand. Elle devient alors l'agent F-7124, nom de code Westminster, du nom de son ancien amant et ami, le duc de Westminster.
 
Un neveu emprisonné
 
Pour l'Abwehr, elle se serait rendue en mission en Espagne, en août 1941, avec un  autre agent, le baron Louis de Vaufreland, chargé de recruter de nouveaux agents. Elle espérait, précise l'ouvrage, obtenir en échange la libération d'un neveu emprisonné dans un camp allemand, André. Elle est alors amoureuse d'un officier allemand et agent nazi, le  baron Hans Gunther von Dincklage, dit "Spatz", avec lequel elle entretiendra une très longue liaison.
 
C'est lui qui lui aurait fait rencontrer de Vaufreland, ancien agent de la Gestapo au Maroc. Et c'est encore "Spatz" qui lui aurait permis, durant ces années d'occupation, de vivre au 7e étage du Ritz à Paris, hôtel de luxe fréquenté notamment par Hermann Goering et Joseph Goebbels. "Spatz", affirme l'ouvrage de Vaughan, avait rencontré Adolf Hitler et Goebbels à Berlin, lors d'un voyage où de Vaufreland l'accompagnait, quelques mois plus tôt. Chanel se rendra encore à Madrid en 1944, où elle aurait reçu d'importantes sommes d'argent d'un officier de la Gestapo.
 
Dénégation de Coco Chanel
 
L'auteur raconte aussi comment Coco Chanel a cherché par ses contacts avec les nazis à prendre le contrôle du parfum Chanel, dont elle ne possédait qu'une petite part, le reste appartenant aux frères Wertheimer. Et comment, à la libération, la grande dame de la couture (1883-1971) est brièvement arrêtée. Quelques heures plus tard, elle sera libérée sur intervention de son ami Winston Churchill.
 
Coco Chanel a toujours nié avoir collaboré avec les nazis.

Commenter cet article

  • corto1964 : Bon maintenant c'est Coco Chanel qui est antisémite!!! Ils vont vouloir des $$$, a qui le prochain? aux yeux de ses gens la, tous les français le sont.... Pathétique

    Le 17/08/2011 à 15h37
  • alain-paris : Mais s'il revenait des troubles, les mails (histoire de faire moderne) de dénonciation anonymes venant de bons français, afflueraient chez le successuer de la Kommandantur

    Le 17/08/2011 à 12h44
  • jghttc1 : Visiblement en temps de guerre et pour réussir, il faut être opportuniste et"jouer" dans les deux camps. Mlle Chanel aurait été agent Allemand tout en entretenant de bonnes relations avec le Duc de Westminster et Winston Churchill, c'est dire...

    Le 17/08/2011 à 09h41
  • 123pimpon : Un chiffre à méditer,prés de trois millions de lettres de dénonciations écrites et envoyées aux allemands durant l'occupation ....Et tout celà entre français pas de quoi étre fier.............

    Le 16/08/2011 à 17h18
  • goji3701 : Impossible, De Gaulle a dit que toute la France avait été résistante...

    Le 16/08/2011 à 17h04
      Nous suivre :
      Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

      Valérie Trierweiler : "Ce n'est pas une vengeance, ce n'est pas une revanche"

      logAudience