ARCHIVES

George Lucas est-il un envoyé de "l'empire du mal" ?


le 28 mai 2012 à 17h20 , mis à jour le 29 mai 2012 à 15h48.
Temps de lecture
4min
george_lucas_people_haut.jpg

george_lucas_people_haut.jpg /

À lire aussi
PeopleC'est ce que certains de ses richissimes voisins pensent du réalisateur, qui voulait implanter un studio de tournage sur les terrains de son ranch. Ayant changé de projet, devant la perspective d'un interminable conflit de voisinage, il se retrouve accusé... de fomenter la "lutte des classes".

Etre réalisateur, riche, célèbre, et avoir son nom attaché à une saga cinématographique culte, ne garantit en rien contre les conflits de voisinage. George Lucas en fait depuis longtemps l'amère expérience. Le père de La guerre des étoiles est, depuis des années, englué dans un interminable bras de fer à propos d'un projet de construction de studio de tournage et de post-production. Il comptait l'installer sur les terrains de son ranch. Mais ses voisins du très huppé comté de Marin, au nord de San Francisco, se sont montrés d'emblée très hostiles au projet. Le producteur et réalisateur a eu beau plaider pour son projet, assurant qu'il créerait des emplois, bienvenus en cette période de crise, et n'aurait aucun impact significatif sur l'environnement et la tranquillité de la région, rien n'y a fait. Il a fini par jeter l'éponge le mois dernier, lorsqu'il est devenu clair que le voisinage allait faire traîner le projet indéfiniment. Au cours de l'aventure, il a eu droit à quelques noms d'oiseau qu'il n'oubliera pas de sitôt. Comme lorsqu'il s'est retrouvé accusé d'avoir créé un "empire du mal" - en référence à sa société de tournage...

Fin de l'histoire ? Pas du tout. Car les voisins revêches sont repartis tout récemment à l'assaut lorsqu'ils ont appris que George Lucas avait décidé de confier ses terrains à des promoteurs pour y construire des logements sociaux. Carolyn Lenert, responsable de l'association de résidents de San Rafael, a ainsi déclaré que le cinéaste voulait déclencher une "lutte des classes". "Il est regrettable que des personnes puissent considérer le logement social comme une sorte de lutte des classes, car ces logements sont pour les pompiers, la police et les professeurs", a réagi Miles Perkins, porte-parole de Lucasfilm, la société de production de George Lucas.

Un lourd passif

Mais pourquoi tant de haine ? Il y a en fait un lourd passif entre le cinéaste et ses riches voisins. Un passif de près de 35 ans... L'histoire commence en 1978, lorsque le cinéaste, six Oscars en poche pour sa Guerre des étoiles, achète un terrain de 1000 hectares dans la Lucas Valley - baptisée d'après le nom d'un fermier du XIXe siècle - pour y construire son ranch SkyWalker. Au fil du temps, sa société s'étend, en prenant garde de rester discrète, à l'abri des regards et sans créer de nuisances pour le voisinage. Mais les relations commencent à se tendre quand le cinéaste planifie la construction du Grady Ranch, constitué notamment d'un plateau de tournage, d'un studio de son et d'un parking souterrain. Si les multiples recours administratifs de ses voisins ont fini par avoir raison de la patience du cinéaste, le bras de fer autour de ce studio aura tout de même duré... 25 ans.

On comprend dès lors que le simple abandon du projet n'allait pas, comme par magie, détendre l'atmosphère. George Lucas l'a d'ailleurs reconnu dans une lettre ouverte : "le niveau d'amertume et de colère exprimé par les habitants de la Lucas Valley montre que même en y consacrant encore du temps, nous ne serons jamais capables d'avoir une relation constructive avec nos voisins". Et, en évoquant les suites de son projet de studio, il a ajouté : "Nous avons plusieurs propositions pour construire un studio dans des municipalités qui ne nous considèrent pas comme 'l'empire du mal', et si nous voulons tenir notre calendrier, nous devons saisir ces opportunités". L'Association des propriétaires de la Lucas Valley, à la pointe de la rébellion contre George Lucas, s'est contentée de juger sur son site internet que les propos du père de La guerre des étoiles étaient "regrettables", et qu'elle n'avait jamais réussi à avoir la moindre discussion autour du projet avec le cinéaste ou son équipe.

Commenter cet article

  • fab_44 : Excellente !

    Le 29/05/2012 à 09h28
  • fantomarchand : En somme ses voisins de la lucas valley veulent lui dire : " VA DEHORS !"

    Le 29/05/2012 à 07h13
      Nous suivre :

      Une mystérieuse boule de feu embrase le ciel de Russie

      logAudience