En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Jean-Paul Belmondo dans "L'homme de Rio" : "J'ai failli perdre la vie dans ce film"

Edité par
le 03 janvier 2016 à 13h00 , mis à jour le 03 janvier 2016 à 14h18.
Temps de lecture
3min
Le 13 heures du 14 avril 2015 : OFF TEASER BELMONDO - 28.22
A lire aussi
People GRANDS REPORTAGES. Après avoir sillonné les routes de France et d'Italie, Paul Belmondo emmène son père Jean-Paul Belmondo à Rio ou le personnage du célèbre film L'Homme de Rio est né. Retour sur les lieux du tournage du film 50 ans après.

"Il a transformé l'histoire du cinéma" affirme Claude Lelouch, réalisateur français. C'est au Brésil, et plus particulièrement à Rio que se sont tournées les scènes du long-métrage L'Homme de Rio. Paul Belmondo, qui retrace la vie de son père, veut en connaitre plus sur ce film qui a rendu son père cascadeur. C'est en 1961 que Jean-Paul Belmondo incarne à l'écran Adrien Dufourquet, un soldat de deuxième division. Mais lorsque qu'il s'agit de cascades, l'acteur n'a pas hésité à se mettre en danger : "j'étais pendu dans le vide et Gil Delamare, m'a sauvé la vie. Un câble a lâché et Delamare m'a dit de rester calme et m'a guidé" raconte Jean-Paul Belmondo.


C'est avec humour que la légende du cinéma se souvient de cette anecdote :"il n'y avait pas de filets de sécurité" rigole-t-il. Mais bien entendu, les proches de Jean-Paul savaient que l'acteur avait eu très peur et aurait pu perdre la vie. Mais ces péripéties n'ont pas arrêté le père de Paul Belmondo pour autant. Bagarres, cascades de voitures, Jean-Paul faisait tout lui-même. Toujours avec humour, l'acteur raconte que dans une autre cascade, il s'est cassé la jambe : "dans cette voiture américaine qui roulait à 80 ou 100 km/h, j'ai sauté et je me suis mis la jambe en l'air." Ces histoires de tournage que Jean-Paul raconte avec le sourire mais qui auraient pu lui coûter la vie, font qu'aujourd'hui le héros du cinéma est puissant aux yeux des autres et unique en son genre.

Jean-Paul Belmondo dans le 20H d'Audrey Crespo-Mara : "A 100 ans, je serai parfait."

Commenter cet article

  • van_dermol : C'est deuxième classe... le rédacteur de l'article est sans doute un gros fan de football...

    Le 03/01/2016 à 19h30
  • yorko69 : Un soldat de deuxième division, est-il écrit dans l'article. ça veut dire quoi ?

    Le 03/01/2016 à 19h06
  • vinebaut : Un reportage exceptionnel avec un Bébel étonnament requinqué !! Quelle énergie a ce bonhomme ...

    Le 03/01/2016 à 16h47

      Hommage à la reine du tricot, les 5 fondamentaux du style Rykiel

      logAudience