En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

L'actualité Politique

Florian Philippot: "Il faut autoriser les manifestations"

Florian Philippot: "Il faut autoriser les manifestations"

Politique

Le député européen FN est revenu sur les positions contradictoires du parti concernant les manifestations contre la loi Travail. Marion Maréchal-Le Pen prôanit l'interdiction, tandis que Florian Philippot s'y opposait. Il réfute d'éventuels tensions et la "théorie d'une répartition des rôles" pour attirer des électeurs. Le n°estime que les du FN réaffirme sa position quant aux manifestations: il faut les autoriser.

Brexit: Réunion extraordinaire du bureau politique des Républicains sous tension

Brexit: Réunion extraordinaire du bureau politique des Républicains sous tension

Politique

Le bureau politique des Républicains se réunit ce lundi pour une réunion extraordinaire. Le but: trouver une position commune et afficher une unité avant la tenue du Conseil européen. Mais si tous les membres du parti s'accordent sur la nécessité d'une nouvelle direction de l'Union européenne, ils sont divisés sur la forme et sur le calendrier. Notre journaliste Claire-Hélène Bouzgarrou fait le point.

Valéry Giscard d'Estaing sur le Brexit : "Un événement grave" mais qu'il ne faut pas "exagéré"

Valéry Giscard d'Estaing sur le Brexit : "Un événement grave" mais qu'il ne faut pas "exagérer"

Politique

Valéry Giscard d'Estaing est l'invité du 20h afin de réagir sur le Brexit. Après avoir œuvré à mettre en place l'Union Européenne, l'ancien président affirme avoir ressenti "un sentiment de surprise" à l'annonce du résultat du référendum britannique. Il ajoute pourtant : "Il ne faut pas exagérer, on en peut pas dire que les Britanniques sortent d'une Union européenne... dont ils ne faisaient pas vraiment partie !"

Brexit : tour d'horizon des réactions politiques en France

Brexit : tour d'horizon des réactions politiques en France

Politique

Ce n'est pas tant le départ du Royaume-Uni qui inquiète la classe politique française que le constat d'une Europe malade que l'on ne peut plus occulter. "Je suis furieux, affirme Daniel Cohn-Bendit, ancien député écologiste européen, parce que l'on paye les pots cassés de dirigeants de politiques européens qui n'ont pas construit l'Europe". Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, lui, affirme qu'il faut "contre une Europe populiste" opposer une "Europe populaire". Nicolas Sarkozy de son côté soulève "la question de la refondation profonde" de l'UE.

François Hollande : "Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve"

François Hollande : "Le vote des Britanniques met gravement l'Europe à l'épreuve"

Politique

Dès cet après-midi, François Hollande a convoqué un conseil des ministres extraordinaire pour évoquer la question du Brexit. Lundi, il rencontrera la chancelière allemande Angela Merkel. Le chef de l'Etat a appelé dès ce matin à "un sursaut de l'Europe" tout en indiquant que l'Europe "doit montrer dans ces circonstances sa solidité et sa force". François Hollande ajoute encore que le vote Britannique pousse à "prendre conscience lucidement des insuffisances du fonctionnement de l'Europe".

Le PS entérine le principe d'une primaire à gauche

Le PS entérine le principe d'une primaire à gauche

Politique

La décision prise en concertation avec François Hollande a pour but de faire taire les critiques, notamment celles des frondeurs. Samedi, le Conseil national du Parti socialiste a adopté à l'unanimité le principe d'une primaire à gauche. Le scrutin qui doit se dérouler les 22 et 29 janvier 2017 sera ouvert aux partis à gauche du PS. Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot n'y participeront pas. François Hollande a accepté de s'y soumettre.

2017 : Cambadélis propose une primaire à gauche, qui y participera ?

2017 : Cambadélis propose une primaire à gauche, qui y participera ?

Politique

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, propose l'organisation d'une primaire pour désigner le candidat à la présidentielle de 2017. Ce scrutin, au format proche de celle de 2011, pourrait être organisé fin janvier 2017. Le feuilleton dure depuis des mois : une cinquantaine de personnalités avait lancé il y a six mois l'idée d'une primaire de toute la gauche pour avoir un seul candidat. Jean-Luc Mélenchon a très vite dit non, tout comme Les Verts et le Parti communiste.

Cambadélis au 13 h de TF1: Hollande "peut toujours se présenter en dehors d’une primaire"

Pour Cambadélis invité du 13 h de TF1, Hollande pourrait se soumettre à une primaire

Politique

Jean-Christophe Cambadélis, était l’invité du 13h de TF1, ce samedi. Le premier secrétaire du PS, va proposer au conseil national du parti l’organisation d’une primaire pour désigner le candidat à la présidentielle de 2017. "Un acte d’unité des socialistes", a-t-il déclaré. François Hollande pourrait s’y soumettre. Le président "peut toujours se présenter en dehors d’une primaire, mais je ne le crois pas", a-t-il assuré.

Brexit : Marine Le Pen déçue par son entretien avec François Hollande

Brexit : Marine Le Pen déçue par son entretien avec François Hollande

Politique

François Hollande a invité ce samedi les chefs des principaux partis à l'Élysée afin de recueillir leur propositions sur la réaction de la France face au Brexit. À la sortie de cet entretien, Marine Le Pen s'est dite déçue. La présidente du FN, qui souhaite proposer un référendum sur la sortie de la France de l'Union européenne si elle est élue, ne s'est pas sentie écoutée par le président de la République.

HOLLANDE

Brexit : Hollande reçoit les chefs des principaux partis

Politique

Le chef de l'État recevra ce samedi après-midi tous les chefs les chefs des principaux partis, Jean-Christophe Cambadélis pour le PS Nicolas Sarkozy, pour les Républicains et encore Marine Le Pen pour le Front national. Francois Hollande recevait ce matin le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon. Celui-ci a souhaité que l'Union européenne continue d'être un partenaire solide des Nations Unies sur les questions humanitaires, la paix et la sécurité. ?

Brexit : François Hollande en première ligne

Brexit : François Hollande en première ligne

Politique

Après la décision britannique, François Hollande a convoqué un conseil des ministres extraordinaire cet après-midi. En direct de l'Elysée, notre journaliste Camille Colin explique : "On a le sentiment que François Hollande joue assez gros sur cette question du Brexit, à la fois sur le terrain national et international". Pour preuve, l'agenda personnelle du chef de l'état a été complètement bouleversé pour laisser la place nécessaire à la question...

XX PLT JAKUBYSZYN

Un référendum en France sur l'UE: une question qui finira par être posée

Politique

Selon Christophe Jakubyszyn, chef du service politique de TF1, la France ne pourra pas faire l'économie d'un débat sur son avenir dans l'Union européenne. "L'Europe n'a pas pris suffisamment en considération les peuples et a souvent pris des décisions aberrantes." Le débat va s'ouvrir entre souverainistes et partisans d'un nouveau projet européen. Les Français auront forcément leur mot à dire.

Marine Le Pen : "Le référendum, une nécessité démocratique"

Marine Le Pen : "Le référendum, une nécessité démocratique"

Politique

Sans surprise, Marine Le Pen s'est félicitée du vote britannique. Pour la présidente du FN, l'Europe sera au cœur de la prochaine présidentielle. "Le référendum est une nécessité démocratique" a-t-elle ajouté. Pour Nicolas Dupont-Aignant (Debout la France ), il est temps de reconstruire "l'Europe des Nations". Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) appelle à un changement de l'Union européenne.

sarkobrexit

Brexit : Nicolas Sarkozy souhaite l'élaboration d'un "nouveau traité européen"

Politique

"L'Europe doit se comporter comme une puissance, et pas comme un vassal". Nicolas Sarkozy a, à son tour, réagi au résultat du référendum britannique. Le chef du principal parti d'opposition demande une "réunion des chefs d'états européens afin d'élaborer un nouveau traité qui montrera au peuple de notre continent que l'Europe est décidé à reprendre son destin en main". Nicolas Sarkozy souhaiterait voir texte reposer sur "cinq piliers" : "Il faut faire respecter les frontières de l'Europe", explique notamment l'ancien président qui souhaite l'apparition d'un "Schengen II".

  1. ← Précédent
  2. 1
  3. 2
  4. 3
  5. 4
  6. 5
  7. 6
Nous suivre :

Les héros du Thalys, 10 mois plus tard

logAudience