En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

14 Juillet : encore un jour arrosé pour le "dieu de la pluie" Hollande ?

Edité par
le 13 juillet 2012 à 15h19 , mis à jour le 15 juillet 2012 à 07h30.
Temps de lecture
4min
François Hollande lors de son premier bain de foule présidentiel sur les Champs le 15 mai 2012

François Hollande lors de son premier bain de foule présidentiel sur les Champs le 15 mai 2012 / Crédits : AFP

À lire aussi
Politique"Rain Man", le "dieu de la pluie" : depuis qu'il s'est installé à l'Elysée, les sobriquets liés à la météo pleuvent sur François Hollande. Il faut dire que le ciel l'arrose généreusement à chacune de ses sorties, ou presque. Et pour le défilé du 14 Juillet, on prévoit quoi ?

Quand François Hollande faisait campagne pour la présidentielle sous le slogan "Le changement, c'est maintenant", fallait-il entendre par là le changement... climatique ? Toujours est-il que, depuis son investiture, tous les grands rendez-vous du chef de l'Etat semblent marqués par la colère des éléments. C'est généralement sous des trombes d'eau que "Rain Man", le surnom que lui ont attribué les journaux britanniques, fait ses apparitions publiques les plus médiatisées. Et le défilé du 14 Juillet ne devrait pas faire exception. Au menu, selon Météo France : un ciel gris sur la région parisienne, pour ne pas changer, et des averses "localement orageuses". De quoi ajouter peut-être quelques éclairs aux traditionnels feux d'artifice de la fête nationale...

Résumé des épisodes précédents : le 6 mai, jour du second tour de la présidentielle, c'est sous un parapluie que le futur chef de l'Etat se promène à Tulle en compagnie de Valérie Trierweiler en attendant les résultats du scrutin. Arrive le soir : le vainqueur s'apprête à prononcer son discours de victoire sur une estrade installée devant la cathédrale. Les Tullistes sont rassemblés. Le héros du jour tarde... mais la pluie est déjà là. Elle inonde le parvis de la cathédrale avant le discours tant attendu. Pour cette fois, François Hollande évite la douche de peu. Mais il n'y échappera pas neuf jours plus tard, jour de la passation de pouvoir : c'est alors sous une pluie battante que le nouveau président, juste après la passation de pouvoirs avec Nicolas Sarkozy, remonte les Champs-Elysées. Trempé jusqu'aux os, les lunettes embuées, François Hollande résiste à la fureur des éléments pour saluer la foule. Pour cette première journée de président, le ciel ne l'aura pas épargné : après avoir endossé un costume sec, il doit affronter la grêle lors de sa visite à l'institut Marie Curie. Et lorsqu'en fin d'après-midi, il s'envole pour Berlin depuis l'aéroport de Villacoublay, outre la pluie et le vent, il doit faire face à... la foudre, qui frappe son appareil après quatre minutes de vol. Sans conséquence pour sa sécurité, toutefois. Un acharnement du ciel qui fait déjà... des vagues sur Twitter : le réseau social se retrouve... inondé de commentaires sur le "bain de foule" et la "douche froide" du nouveau président.

"Une pluie bienfaisante"

François Hollande aurait pu espérer un répit après de tels débuts. Mais dès lors, les jours arrosés s'enchaînent pour ses rendez-vous les plus importants. La pluie le traque lors de tous ses déplacements, y compris à l'étranger. Il se déplace à Kaboul ? C'est sous un parapluie qu'il apparaît, le 25 mai, aux côtés de son homologue afghan Hamid Karzaï. Le 6 juin il participe à Ranville aux commémorations du débarquement de Normandie. Et bien évidemment, il pleut. Le nouveau président, qui commence à s'habituer à ces déplacements pluvieux, s'efforce de prendre la chose avec philosophie : "Le quinquennat a commencé avec la pluie, il se poursuit avec la pluie, mais c'est une pluie bienfaisante". Trois jours plus tard, retour dans son fief corrézien pour un hommage aux victimes des massacres de Tulle... sous la pluie. "De la pluie, pendant cinq ans de la pluie, rendez-vous compte", ironise-t-il. Le 8 juillet, il est à Reims pour célébrer, avec Angela Merkel, le 50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande. Cette fois, il ne pleut pas... enfin, presque. A peine un crachin. Autant dire un temps vivifiant. Presque une accalmie. Pas sur Twitter en tout cas, où les "Jeunes Sarkozystes" ont trouvé un nouveau surnom à François Hollande, rebaptisé le "dieu de la pluie".

Mais à Londres, deux jours plus tard, ce sera de nouveau de la pluie, de la vraie. "Je viens ici à Londres avec un temps tout britannique qui est celui que nous connaissons en France depuis mon élection", commente "Rain Man", qui plaisante avec la reine de ces nuages toujours amoncelés au-dessus de sa tête. Il y voit une "pluie bienfaitrice (pour) les agriculteurs français et ici en Grande-Bretagne".

Pour ce 14 juillet, après le traditionnel défilé militaire auquel il assistera sur les Champs-Elysées, le chef de l'Etat est attendu à Brest. Où Météo France prévoit, là encore, des pluies "localement orageuses". Pas de garden party prévue dans les jardins de l'Elysée : début juin, François Hollande avait annoncé qu'il n'entendait pas renouer avec ce rendez-vous traditionnel supprimé en 2010 par l'ex-président Sarkozy pour cause de crise économique. A tout prendre, c'est peut-être une chance pour les éventuels invités qui auraient pu faire le déplacement...

Commenter cet article

  • a1n2n2e3 : René Char .

    Le 15/07/2012 à 15h03
  • a1n2n2e3 : " Il faut être l'homme de la pluie et l'enfant du beau temps " .

    Le 15/07/2012 à 12h17
  • michalowice : Des commentaires niveau maternelle !! vous n'avez rien d'autre à annoncer??? toujours la même scie !!! parlez des bouchons sur les routes de France, ça va pas si mal, les Français partent , bravo Hollande !.

    Le 15/07/2012 à 01h55
  • francisk1 : Cousinhub67, vous n'aurez pas eu la chance d'avoir du talent, même la météo s'est plantée, alors vous !!!

    Le 14/07/2012 à 20h31
  • a1n2n2e3 : Offrez-lui en un !

    Le 14/07/2012 à 19h06
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience