En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sans-papiers : Sarkozy convoque les préfets


le 02 août 2006 à 11h36
Temps de lecture
3min
TF1/LCI Ségolène Royal

Ségolène Royal / Crédits : LCI

A lire aussi
PolitiqueLe ministre de l'Intérieur reçoit ce lundi les préfets. La réunion doit permettre de donner un premier bilan et une véritable ligne de conduite à observer dans l'épineux dossier de la régularisation des élèves clandestins et de leurs familles. 30% des demandes de régularisation devraient être satisfaites, selon Nicolas Sarkozy.

Face aux quelque 150.000 clandestins qui vivraient actuellement en France, la politique à appliquer est toujours aussi polémique. Nicolas Sarkozy réunit ce lundi place Beauvau tous les préfets sur la question de la régularisation des enfants clandestins scolarisés et de leurs familles, qui provoque manifestations et pétitions.

L'occasion de donner une ligne directrice sur la conduite à mener et de rendre public un premier bilan des régularisations et du nombre de demandes en cours à régler avant la rentrée scolaire. Le ministre de l'Intéreieur déclare, dans une interview au Figaro, que 30% des demandes de régularisation devraient être satisfaites (Lire l'article).

Mardi, le ministère de l'Intérieur évoquait le nombre de "quelques milliers" d'expulsions, alors que deux lycéens ont été renvoyés dans leur pays depuis le début de l'été car ils ne rentraient pas dans les conditions de la circulaire Sarkozy (Lire les articles sur la première expulsion le 7 juillet et la seconde le 20 juillet).

Un mois d'action

La mobilisation n'a pas faibli depuis fin juin. Le 13 juin, le ministre de l'Intérieur a en effet fait passer une circulaire conditionnant l'obtention de papiers de séjour pour les enfants sans-papiers et leurs familles censés être expulsés à la fin de l'année scolaire.

Pour rentrer dans le cadre de cette circulaire, les familles clandestines doivent habiter en France depuis au moins deux ans avec une réelle volonté de s'intégrer (maîtrise du Français, suivi éducatif...), avoir au moins un enfant né en France (ou habitant en France avant ses 13 ans), scolarisé et n'ayant pas de lien avec son pays d'origine. L'aide financière au retour volontaire a en outre été augmentée. Début juin, le ministère de l'Intérieur avait estimé à 720 familles -soit près de 2.500 personnes- comme pouvant bénéficier des régularisations.

Refusant de généraliser la démarche, Nicolas Sarkozy a répété à plusieurs reprises que les régularisations se feraient "au cas par cas" au vu de ces conditions certes assez subjectives. Ce qui a provoqué une levée de bouclier de la part notamment du Réseau éducation sans frontières (RESF) dénonçant une application inégalitaire en fonction des préfectures. Le ministre de l'Intérieur a alors nommé l'avocat Arno Klarsfeld "médiateur national" sur ce dossier délicat. Ce dernier affirme recevoir quotidiennement une trentaine de lettres de personnes n'entrant pas dans les conditions de la circulaire.

(Photo d'archive TF1-LCI : Marche parisienne contre le projet de loi Sarkozy sur l'immigration début juillet)

des Internautes " actuelle).

 Le bloc de Une est également présent dans d'autres pages du site, avec quelques variantes de présentation.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Le fou rire de Jean Dujardin et Gilles Lellouche en pleine interview

      Le fou rire de Jean Dujardin et Gilles Lellouche en pleine interview

      logAudience