En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Ségolène Royal : "Moi, je n'ai pas changé"


le 21 janvier 2007 à 14h05
Temps de lecture
4min
TF1/LCI/Canal+ - Ségolène Royal invitée de l'émission Dimanche+ sur Canal+, le 21 janvier 2007

Ségolène Royal invitée de l'émission Dimanche+ sur Canal+, le 21 janvier 2007 / Crédits : TF1/LCI/Canal+

A lire aussi
Politique"Si on change tous les 100 jours, qu'est-ce que cela peut donner?", a ironisé dimanche la candidate sur Canal+, en réaction aux propos de Sarkozy.

Réponse de la bergère au berger. Invitée de l'émission Dimanche+, sur Canal+, Ségolène Royal a réagi à la formule de Nicolas Sarkozy, qui a répété, lors de son discours d'investiture, qu'il avait "changé" : "Si on change tous les 100 jours, qu'est-ce que cela peut donner?, a ironisé la candidate PS. Moi, je n'ai pas changé. Les valeurs qui m'inspirent sont les mêmes." Elle a cité des "valeurs familiales, éducatives, de lutte contre la précarité", des "valeurs structurantes", a-t-elle dit.

Revenant sur les dissensions au sein du Parti socialiste, la députée des Deux-Sèvres a déclaré qu'elle avait la "chance", grâce au Premier secrétaire François Hollande"qui a maintenu l'unité", de pouvoir s'appuyer sur un parti "en ordre de marche".

"Il est temps que tous les socialistes qui n'ont pas voté pour moi dans la campagne interne se rassemblent derrière moi, a-t-elle ajouté. Tout le monde doit m'aider à porter la parole des Français." La candidate PS a poursuivi : "Vous verrez que les socialistes ne regretteront pas de m'avoir écoutée. Qu'ils fassent ce que je leur demande et je les conduirai à la victoire, non pas ma victoire à moi, mais pour un pays qui a un désir d'avenir." Elle a également dit vouloir proposer un "pacte" aux Français "qui met tout le monde dans la dynamique". "La République aidera tout le monde", a-t-elle assuré.

"Propos inacceptables et humiliants"

Après la polémique autour du paiement de l'ISF, la présidente de la région Poitou-Charentes a raconté qu'elle était partie "sans rien". "J'ai eu plus de chance que d'autres", a-t-elle souligné, "grâce à l'école et aux diplômes". "Je paie l'impôt de solidarité et c'est normal", a conclu Ségolène Royal. Elle a précisé qu'elle avait eu recours à un "expert indépendant" pour l'évaluation de son patrimoine et s'est demandé si tous les autres candidats avaient eu ce "scrupule".

Interrogée sur le "deux poids deux mesures" entre la "punition" d'Arnaud Montebourg pour ses propos sur François Hollande et le traitement du cas Georges Frêche, la candidate PS a exprimé son souhait que celui-ci soit exclu du parti, "parce que je pense que ses propos sont inacceptables et humiliants pour ceux qui les ont subis". "Je désapprouve que George Frêche n'ait pas été suspendu plus tôt, mais la procédure suit son cours", a déclaré Ségolène Royal.

La Commission nationale des conflits du PS doit se réunir le 27 janvier sur le cas de Georges Frêche, après les déclarations qui lui sont imputées sur une trop forte proportion de joueurs noirs dans l'équipe de France de football.


La campagne de Royal? "Du Jospin 2002, sans Jospin", pour Xavier Bertrand

Xavier Bertrand, un des deux porte-parole de Nicolas Sarkozy, a estimé dimanche sur Radio J que la campagne de la socialiste Ségolène Royal ressemblait à "du Jospin 2002, sans Jospin". "Au moment où Nicolas Sarkozy ouvre sa campagne, on a le sentiment que Ségolène Royal la referme", a estimé le ministre de la Santé. Evoquant le voyage de la candidate à Lille vendredi, il a observé : "On a vu Martine Aubry à nouveau, Bertrand Delanoë, Dominique Strauss-Kahn... Ca commence à ressembler beaucoup à la campagne de Lionel Jospin en 2002, mais dès le début", a estimé le porte-parole. "Il n'y a pas de projet de société présenté par Mme Royal", a-t-il encore souligné. Pour lui, il y a "un trouble inquiétant" dans la campagne de la candidate du PS. Mais, a-t-il observé, "une campagne, c'est long, c'est difficile, il y a encore plus de cent jours. Il faut bien se garder de tirer des pronostics en la matière".

Commenter cet article

  • Aaa : Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas

    Le 21/01/2007 à 14h49
  • Bernard : Les socialistes qui n'ont pas voté pour vous ne se rassembleront pas derrière vous Nous n'aimons pas le racolage.

    Le 21/01/2007 à 14h47
  • Sylvain : Bravo Mme Royal! Vous incarnez la gauche moderne et vous allez gagner! Nous attendons votre projet présidentiel avec impatience et il ne fait aucun doute qu'il vous permettra de diriger le pays avec honnêteté et sens du devoir et de la parole!

    Le 21/01/2007 à 14h45
  • Marcel : Moi non plus je n'ai pas changé au régional j'ai voté contre Me Royal et au présidentielle je ferais de méme et pourtant on ma toujours dit qu'il n'y avait que les imbéciles qui ne changeaient pas d'avis

    Le 21/01/2007 à 14h45
  • Jean-Pierre : "Moi je n'ai pas changé" dit-elle... c'est bien dommage !!!

    Le 21/01/2007 à 14h44
      Nous suivre :
      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      Extrait SEPT à HUIT : 3000 euros la nuit pour marcher dans les pas polynésiens de Marlon Brando

      logAudience