ARCHIVES

La lettre de mission de Sarkozy à Fillon


le 31 mai 2007 à 15h54
Temps de lecture
3min
Nicolas Sarkozy et François Fillon sur le perron de l'Elysée, jeuid matin

Nicolas Sarkozy et François Fillon sur le perron de l'Elysée, jeuid matin / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
PolitiqueDans cette communication officielle adressée à son Premier ministre, le président réaffirme sa volonté de mettre en œuvre "une politique de réforme" et de "dialogue social".

Nicolas Sarkozy souhaite donner un coup de jeune à la fonction présidentielle, mais reste, sur certains aspects, hautement traditionnel, notamment dans ses communications au gouvernement. En témoigne la lettre de mission qu'il a adressée mercredi à son Premier ministre, François Fillon. Dans cette missive, il tire les leçons de ses réunions de travail de ces derniers jours, avec les organisations syndicales et patronales et réaffirme notamment sa volonté de mettre en oeuvre "une politique de changement et de réformes" en donnant "une place la plus large possible au dialogue social, comme les partenaires sociaux le souhaitent".

Le président fixe au gouvernement un calendrier d'action "à mettre en œuvre" et distingue "deux catégories" de sujets urgents. D'abord ceux du court terme : "les allègements de charges sur les heures supplémentaires, pour permettre à nos concitoyens de travailler plus pour gagner plus, et la continuité du service public dans les transports". Sur ces questions, "nos interlocuteurs nous ont dit préférer une concertation, menée par les ministres concernés", observe-t-il.

"Conférences tripartites" sur les conditions de travail

Sur les autres sujets, urgents à moyen terme, tels que l'emploi et représentativité, les partenaires sociaux, dans leur quasi totalité, "ont choisi d'engager un dialogue entre eux et je m'en félicite", ajoute-t-il. Pour Nicolas Sarkozy, les réformes à conduire dans le domaine de l'emploi "ont pour objet d'instaurer une vraie sécurisation des parcours professionnels" et doivent notamment permettre de "rendre le marché du travail plus efficient".

S'agissant des règles de représentativité et des conditions de validité des accords, il souligne que la France a besoin "d'organisations fortes et d'un dialogue social responsable". Quant aux thèmes "des conditions de travail, de l'égalité salariale et professionnelle entre les hommes et les femmes et des revenus" ils feront l'objet de "conférences tripartites organisées après l'été", rappelle enfin le chef de l'Etat.

D'après agence

Commenter cet article

  • Dudche : C'est un president qui nous donne vraiement envi de relever les manches surtout qu'il ne change en rien sa facon de presider

    Le 01/06/2007 à 11h23
  • Marceljean : On ne peut qu'être d'accord avec ce mode d'organisation fondé sur un management moderne de "projets" au plus haut niveau de l'Etat,projets issus des réformes promises par le Chef de l'Etat. Il reste à préciser les interfaces entre les différents projets pour que l'ensemble soit cohérent,les objectifs de résultat à atteindre par projet,le calendrier par projet (court terme,moyen terme,mais encore?),les enveloppes budgétaires par projet et les règles de validation des résultats,tout cela dans une société en mutation accélérée. Il serait bon d'associer l'opposition à la validation des résultats pour donner un peu plus de consistance au besoin de contre-pouvoirs. L'électorat que nous composons sera un excellent observatoire,prêt à participer à la réalisation des projets!

    Le 01/06/2007 à 11h07
  • Franckhauser : Voilà un président de la republique qui bosse il montre le bon exemple ça va peutetre donner des idées à une catégorie de la population

    Le 01/06/2007 à 10h22
  • Riquelme : Encore une fois je réponds à un internaute et j'espère que je serais publié, je vous en remercie. Je réponds à Jean paul de Valence, (26),je vous informe Monsieur que tous les présidents ont fait la même chose, donc ce n'est pas nouveau, il faut suivre un peu plus la politique Monsieur.MrSARKOZY nous a fait de Belles promesses comme tous les autres, le probleme c'est que ce sont les patrons qui ont le pouvoir dans leurs entreprises, et qu'ils feront ce qu'ils voudront et ce n'est pas Monsieur SARKOZY qui va décidé pour eux. les patrons ne vont pas embaucher pour ses beaux yeux,mais simplement si leurs carnets de commandes le permet et comme ils prétendent payer trop de charges, ils donneront, le travail en chine, pourtant qui est sous un régime Communiste, si je me trompe qu'on me le dise.Merci

    Le 01/06/2007 à 09h59
  • Nathalie : Bravo, il fait ce qu'il a dit et toute son équipe va être là pour le soutenir et aller dans ce sens. Ils sont géniaux!

    Le 01/06/2007 à 09h40
      Nous suivre :

      Une mystérieuse boule de feu embrase le ciel de Russie

      logAudience