En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Après la décision de Royal, l'appel de Dray

Edité par
le 16 septembre 2008 à 15h30
Temps de lecture
4min
Dray

Image d'archives / Crédits : Abacapress

PolitiqueInterview - "Il faut que chacun dise quel geste il est prêt à faire pour se retrouver", affirme le porte-parole du PS, confiant qu'il a "du mal à suivre Pierre Moscovici".

LCI.fr - Ségolène Royal a mis lundi entre parenthèses sa candidature à la tête du PS. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

Julien Dray : Je ne suis pas d'accord avec vous sur ces termes. Cela doit être pris pour ce que c'est : une responsable politique qui, à un moment donné, estime qu'il faut sortir d'une situation qui peut devenir une situation de crise. Et qui décide donc, avec intelligence, de mettre les questions de personnes de côté et de travailler tous ensemble. C'est un élément qui peut aider à ce que l'on ne donne pas un spectacle d'affrontement permanent, et que l'on essaye de trouver de nouvelles bases pour travailler.

LCI.fr - Trouvez-vous, comme certains, sa déclaration ambiguë ?

Où est l'ambiguïté, où est le caractère étrange ? Il faut qu'on arrête de se suspecter les uns les autres. Il faut apprendre à s'écouter et se respecter. Ségolène Royal a dit des choses importantes lundi soir, et elles doivent être prises pour ce qu'elles sont. Quand on cherche toujours midi à quatorze heures, c'est que soi-même on a une petite idée derrière la tête que l'on ne veut pas exprimer.

Ségolène Royal ne prend pas des décisions à la légère. Elle a appris de toute son expérience récente. Elle a estimé qu'il fallait dégeler une situation qui donnait progressivement le sentiment que tout était figé. Et depuis ce matin, on voit bien que sa décision permet à chacun d'engager une nouvelle réflexion.

LCI.fr - Hier sur TF1, Ségolène Royal a repris peu ou prou la même argumentation que Pierre Moscovici et les partisans de la ligne Ligne Claire (Gérard Collomb, Jean-Noël Guérini). Un rassemblement est-il en train de s'opérer autour de ces personnalités ?

Il ne faut pas monter des combinaisons qui se défont aussi vite qu'elles se font, et qui ne font qu'ajouter à la confusion générale.

Dans le moment actuel, il ne faut pas désigner telle ou telle personnalité à la vindicte populaire. Je crois qu'il faut travailler loyalement pour créer les conditions du rassemblement. C'est en tout cas comme cela que je me comporte depuis des semaines. Dans cette affaire-là, je ne cherche pas à être la vedette.

LCI.fr - Ce n'est pas ainsi qu'agit Pierre Moscovici ?

J'ai du mal à le suivre.

LCI.fr - Pourriez-vous rejoindre un rassemblement avec Ségolène Royal et la Ligne claire ?

Je ne pose pas les choses comme ça car les termes pourraient être blessants pour les uns ou pour les autres. Ma ligne de conduite n'a pas changé : on doit être tous capable de se parler et de se rassembler.

L'initiative de Ségolène Royal permet de sortir de la situation des bloc figés. Il faut que chacun maintenant donne aussi sa vérité. Il faut que chacun dise quel geste il est prêt à faire pour se retrouver.

LCI.fr - Regrettez-vous, comme elle, l'engagement ce soir de François Hollande aux côtés de Bertrand Delanoë ?

Je crois que le premier secrétaire sortant a une autorité forte et qu'il doit la mettre au service de l'unité et du rassemblement. Aujourd'hui, une nouvelle étape commence. Visiblement, des choses évoluent dans le débat interne au parti socialiste. Donc il doit donner le sentiment que chacun puisse se retrouver.

LCI.fr-  Quels signes attendez-vous ?

C'est maintenant à François Hollande d'organiser le dialogue, la discussion et de mettre en avant tout ce qui nous rassemble. C'est à lui de voir quelle est la meilleure solution pour le PS.

Commenter cet article

  • Dalumpa... : A qui le tour ? Aprés dray c'est a qui de ce faire voir ? Qu est ce que C de cette guaminerie ils ont quel age sincerement ... sayé les adherents se retire de en .. il est trop tard le train est aprti ...

    Le 16/09/2008 à 16h44
  • Luc : J'ose espérer que personne n'est dupe et ne se laissera abuser par la déclaration de Ségolène Royale. Tout le monde se rappelle qu'elle s'est clairement positionnée la première et bien avant l'heure comme candidate aussi bien à la présidence du PS qu'à la prochaine présidentielle. De plus, outre le fait qu'elle continue ainsi à prendre les français pour des abrutis de première, elle persiste sur la voie des propositions complètement démagogiques qui ne feront qu'agraver le déficit public dont nous souffrons tant. Il faut arrêter maintenant Mme Royale. Il faut écouter les français et pas seulement la petite personne agée que vous avez rencontré sur le marché ou à l'hospice : la France ne veut pas de vous !

    Le 16/09/2008 à 16h39
  • VIMAL : Royal au Frigo ? Non, au CONGELO.... notez la nouvelle bévue de Ste Marie-Ségolène en direct sur TF1 hier soir : confondre la MACIF et la CAMIF quand elle parle des licenciements à venir, c'est tout simplement grotesque et indigne à son niveau. Autant qu'elle arrête la politique...

    Le 16/09/2008 à 16h38
  • Adetournemire : C'est pas les socialistes, qui ont été le plus battus, en 2007, et qui le seraient encore en 2012. C'est les français. Quels que soient les torts du PS et de ses leaders ou outsiders, on ne peut pas dire qu'il ne propose rien: je viens de lire plus de 8 bouquins (royal, delanoe, 2 de valls, huchon, dray, etc) et si les électeurs avaient un atome de culture citoyenne, ils auraient perçu, pendant la campagne présidentielle, qu'il y avait des propositions. Encore faut-il reconnaître également que Sarkozy en a piqué quelques unes. Les seules qui ne lui valent pas que des critiques. Les français sont des ânes, bougonneurs et contradictoires. Les medias servent la soupe a Sarko en insistant sur les difficultés du PS et les ambitions de ses leaders, mais quand on voit la brochette de débiles à l'UMP et leurs ambitions de fayots hypocrites, ça laisse reveur

    Le 16/09/2008 à 16h32
  • Gerard : Apres sego c est julien il va falloir lancer les paris pour savoir quel va etre le troisieme a parler.pauvre france ils font de la peine ils ne savent a quels saints se vouer.gerard

    Le 16/09/2008 à 16h29
      Nous suivre :
      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      logAudience