En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sarkozy "veut changer l'Europe"


le 05 mai 2009 à 20h01
Temps de lecture
3min
Nicolas Sarkozy lors de son discours sur l'Europe à Nîmes (5 mai 2009)

Nicolas Sarkozy lors de son discours sur l'Europe à Nîmes (5 mai 2009) / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
PolitiqueLe chef de l'Etat a critiqué depuis Nîmes la concurrence déloyale, l'entrée de la Turquie dans l'UE et le manque de vision politique des dirigeants européens.

Pendant 45 minutes, Nicolas Sarkozy a vanté son bilan à la tête de la présidence européenne et décrit l'Europe qu'il ne voulait pas. Il s'en est pris vigoureusement à "la concurrence déloyale" et a réaffirmé son opposition à l'entrée de la Turquie dans l'UE. Dans un discours sur l'Union européenne prononcé au cours d'une "réunion républicaine", le chef de l'Etat a déclaré qu'à la question "qu'est-ce que l'Europe peut faire", il fallait substituer "qu'est ce que l'Europe veut faire".

Or "pour que l'Europe veuille, il faut qu'elle cesse de se diluer dans un élargissement sans fin. Il faut que l'Europe ait des frontières". "Il y a des pays comme la Turquie qui partagent avec l'Europe une part de destinée commune, qui ont vocation à construire avec l'Europe une relation privilégiée, qui ont vocation à être associés le plus étroitement possible à l'Europe mais qui n'ont pas vocation à devenir membre de l'Union européenne", a-t-il assuré.  "Nous serions mieux inspirés d'engager dès maintenant avec la Turquie", un "grand pays, une grande civilisation", des "négociations pour créer un espace économique et de sécurité commun", a poursuivi le président.
 
"Bâtir une vraie politique de l'énergie"

Rappelant sa volonté de "moraliser le capitalisme", le président a souhaité que "l'Europe se dote d'un comité des régulateurs bancaires avec de vrais pouvoirs de sanction". . "Je veux que l'Europe soit exemplaire sur la régulation financière, sur la réglementation des fonds spéculatifs, sur les paradis fiscaux, sur les rémunérations des dirigeants et des opérateurs financiers, sur le partage de la valeur, parce que si sur ces sujets l'Europe n'est pas capable de donner l'exemple, si elle n'est pas capable de s'exprimer d'une seule voix et d'une voix forte dans les négociations internationales, alors à quoi sert-elle ?," a lancé le chef de l'Etat.

Par ailleurs, Nicolas Sarkozy a souhaité la création d'une "centrale européenne d'achat du gaz, pour que l'Europe ait une vraie force de négociation face à ses fournisseurs", après plusieurs crises dues à des interruptions de livraisons de gaz russe. "L'Europe doit se battre pour bâtir une vraie politique de l'énergie, qui ne soit pas seulement une politique de la concurrence. Je veux porter l'idée d'une centrale européenne d'achat du gaz pour que l'Europe ait une vraie force de négociation face à ses fournisseurs", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un discours sur l'Europe, prononcé à Nîmes. "C'est comme cela que l'Europe peut être véritablement utile. C'est à cela que l'Europe doit servir," a-t-il ajouté.
 

 

Commenter cet article

  • Danton : Moi avant toutes choses je suis citoyen Francais et je dis non a l'europe du fric a ceux qui veulent faire rentrer la Turquie dans l'europe Que nous a apporté l'europe sinon des impots supplémentaires et la décentralisation des plus grosses societés Francaises et plus tard ils s'implanterons en Turquie la bas la main d'?uvre est gratuite et les Francais on les mettras a la ramasse et les actionnaires pourront dire tout va tres bien madame la marquise Les Francais ont dit non a la constitution europeenne et aucun politique ne s'aviserait a redemander l'avis des citoyens Francais concernant l'europe Et que penser de ceux qui font fabriquer en Chine et qui revendent tout ca sur le marché europeen et l'on essaye de nous faire croire que cela aurait eté pire si 'U E n'avait pas existée on a fait l'europe du fric des paradis fiscaux a coté de chez nous et regardez ou nous en sommes actuellement SANS COMMENTAIRES

    Le 07/05/2009 à 23h19
  • Keke2ponto : Je voudrais répondre a cux qui disent que qd on est riche on peut "idolatrer" Nicolas SARKOZY... D'abord, je soutiens Nicolas SARKOZY... et maintenant mon racotage de vie...j'ai 18ans,je suis lycéen...pas de revenu...mais je continu, mon père est ouvrier et gagne 900? par mois...ma mère, femme de ménage, n'est pas à temps plein et touche entre 300 et 500? par mois...vous l'avez compri je suis loin d'ête riche !!!

    Le 06/05/2009 à 19h37
  • Grobaleise : Je viens de lire tous vos commentaires...Pour parler de l'Europe faut travailler en Europe...La france devient la risée de l'Europe car nous sommes percus comme des "faineants fouteur de grêves"...Voila l'image de la France aujourd'hui...Le problème en France c'est que l'opposition est ridicule or c'est dans le debat et l'opposition que se construise les grandes idées de ce monde...A l'époque ou la France était un grand pays il y avait en face denos dirigeants de grands opposants, avec des idées et du charisme...Aujourd'hui qu'elle est l'opposition de N.S???...S.R une femme avec un égo surdimensionné(Elle rappelle qq'un)...M.A manque de poigne...O.B agite un pétard mouillé...D.S au FMI expatrié Le seul opposant à N.S c'est lui meme...Pour le pouvoir d'achat , je vous garantie qu'en France ce n'est pas si mal...Voyez en Europe et vous verrez qu'à toutes proportions la France n'est pas mal placée

    Le 06/05/2009 à 17h55
  • Dada : Les donneurs de lecon ferait mieux de se taire quand on a le pognon je comprend aisement qu onpeut idolatrer nicolas il est vrai que la bourgeoisie et les monarques n ont pas a se plaidre pour le reste les gens du peuple ramassent les miettes parlons plutot du deficit et la dette de la france qui s accroit depuis son arrivee et la ce n est pas la gauche qui dirige

    Le 06/05/2009 à 17h37
  • Stam : Il a raison Sarko. Après la faillite du système socialiste dans le monde et notamment en Europe de l'est, il est tant maintenant de penser à une Europe unie, une Europe politique ou le citoyen européen en serait le centre, une Europe capable de réguler les excès de tous poils sur la finance, sur l'approvisionnement en énergie, une Europe capable de s'opposer aux idéaux des grandes puissances économiques : USA, Chine, Russie... Quelle stature ce Sarko !

    Le 06/05/2009 à 17h09
      Nous suivre :
      Le "Black Friday", c'est Noël avant l'heure

      Le "Black Friday", c'est Noël avant l'heure

      logAudience