ARCHIVES

L'annonce imminente

Edité par
le 23 juin 2009 à 17h46
Temps de lecture
5min
Frédéric Mitterrand aux côtés de Nicolas Sarkozy et Christine Albanel

Frédéric Mitterrand aux côtés de Nicolas Sarkozy et Christine Albanel /

À lire aussi
PolitiqueFrédéric Mitterrand a déjà annoncé sa nomination à la Culture. Pour le reste, les pronostics vont bon train sur ce remainement ministériel imminent.

Derniers pourparlers avant remaniement. Le Premier ministre a été reçu mardi en fin d'après-midi, pour la seconde fois de la journée, à l'Elysée, après avoir consacré sa journée à des consultations pour remanier son équipe gouvernementale. Si Nicolas Sarkozy a annoncé lundi que le remaniement aurait lieu mercredi, il se pourrait même que la composition du nouveau gouvernement Fillon soit finalement connue dès ce mardi soir.

L'idée dominante est celle d'un remaniement "a minima", à la satisfaction de François Fillon. Selon un haut responsable de la majorité, Nicolas Sarkozy se sent renforcé par le succès de l'UMP aux européennes et ne voit dès lors pas l'intérêt de procéder à un chamboulement à mi-mandat. Seule certitude : il devra remplacer deux de ses trois ministres élus à Strasbourg qu'il souhaite voir partir au Parlement, Rachida Dati (Justice) et  Michel Barnier (Agriculture). S'en suivrait un jeu de chaises musicales : arrivant à la Justice, Eric Woerth laisserait le budget à Luc Chatel, l'actuel secrétaire d'Etat à l'Industrie dont on ignore s'il resterait porte-parole. Celui-ci a d'ailleurs été reçu mardi matin par le Premier ministre.

Mitterrand a déjà fait son pot de départ à Rome 

Si Luc Chatel s'est refusé à tout commentaire en sortant de Matignon, tout comme Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux Collectivités locales, le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, le ministre de l'Education Xavier Darcos, Michel Mercier, sénateur du Rhône et président du groupe centriste de la Haute Assemblée, l'ancien ministre de la Justice Dominique Perben et Henri de Raincourt, chef de file des sénateurs UMP, également reçus, un autre n'a pas voulu attendre mercredi matin. Frédéric Mitterrand a lui-même annoncé mardi sa nomination surprise au ministère de la Culture où les noms se sont succédés pour prendre la suite de Christine Albanel, fragilisée par les déboires de la loi Hadopi. L'Elysée s'est refusé à tout commentaire, mais un conseiller de Matignon a évoqué "un choix intelligent". Et Christine Albanel a confirmé mardi après-midi sur Public Sénat qu'elle quittait la rue de Valois: "J'ai porté avec beaucoup de fierté cette fonction. On a fait un certain nombre de choses, on avait encore des projets...et voilà, et puis c'est tout."

Après Christophe Girard, adjoint de Delanoë à Paris, et Yamina Benguigui, c'est donc désormais Frédéric Mitterrand qui semble tenir la corde. Alors que le site du Point a annoncé qu'il avait déjà fait son pot d'adieu lundi soir à la Villa Médicis à Rome, le neveu de l'ancien président socialiste François Mitterrand a même affirmé, sur France 2, qu'il s'agissait "d'une tâche exaltante et d'un honneur". Et a qualifié ses adieux à la Villa Medicis d'"émouvants".

Mais alors est-il toujours de gauche ? "Je leur laisse le soin de répondre à la question", a répondu Frédéric Mitterrand, ajoutant : "François Mitterrand quand il ne voulait pas répondre ne répondait pas. Je suis pareil (...) "Nicolas Sarkozy a bien été ministre au temps de Mitterrand". Et alors qu'on lui demandait si François Mitterrand approuverait son choix, il a répondu : "Certainement, vous savez, lui, il ne se prêtait pas au droit d'inventaire". Lionel Jospin avait revendiqué le "droit d'inventaire" pour se démarquer de l'action de François Mitterrand.

Darcos et Borloo ne bougeraient finalement pas

Quant à l'Agriculture, elle reviendrait à Michel Mercier, sénateur centriste et trésorier du MoDem. Il est toutefois en concurrence avec Luc Chatel et Henri de Raincourt. Répondant au souhait présidentiel de poursuivre l'ouverture, l'arrivée de Michel Mercier, ami de François Bayrou, s'ajouterait à celle du radical de gauche Paul Giaccobi, président du conseil général de Haute-Corse, à un poste non encore déterminé, selon des sources au gouvernement et à l'UMP. Du coup, Xavier Darcos (Education), qui briguait la Place Vendôme, resterait finalement à son poste.

Quant à Jean-Louis Borloo (Ecologie), à qui des sources à l'UMP prêtaient le désir d'aller à la Justice, il dément formellement, insistant sur deux grands  rendez-vous qui lui tiennent à cœur : le Grenelle de la mer début juillet et le sommet mondial de Copenhague sur le climat à la fin de l'année. Quant au député-maire de Nice Christian Estrosi, dont le nom est plusieurs fois revenu pour s'occuper de "sécurité publique", il a affirmé que rien ne lui a été proposé justifiant sa présence à Matignon par sa proposition de loi sur les bandes.

Karoutchi et Boutin ne sauteraient pas

Longtemps donnés partants, Roger Karoutchi (Relations avec le Parlement) et Christine Boutin (Logement), qui bataillent en coulisse pour leur maintien, pourraient finalement rester, peut-être à des postes différents. "Christine Boutin a fait une grosse campagne en interne pour se rendre indispensable et son parachutage à la tête du conseil général des Yvelines a  échoué", observe ce conseiller. Quant à Roger Karoutchi, "en faire la seule  sortie du gouvernement serait humiliant pour lui, sauf à l'accompagner de celle de quelques secrétaires d'Etat, comme Christian Blanc, qui a terminé sa mission sur le Grand Paris", avance un autre.

Mais si Roger Karoutchi devait finalement partir, le nom qui revient le plus  souvent pour le remplacer est celui du député UMP Patrick Ollier, compagnon de Michèle Alliot-Marie (Intérieur). Autre nouveauté, Dominique Perben pourrait entrer au gouvernement pour piloter  la réforme des collectivités locales, selon plusieurs responsables de la majorité.

Commenter cet article

  • Le bedouin : Il faut que ca aille plus mal plus vite on s'en sortira

    Le 23/06/2009 à 21h25
  • Papy mousot : Morano se retrouve secretaire d'etat pourtant elle en avait du cirage et boutin qu'on a renvoyé a Lourdes apres l'avoir remercié elle doit l'avoir mauvaise elle qui nous faisait des discours de 5 heures contre la contraception le crucifix dans la main droite et goupillon dans la main Gauche

    Le 23/06/2009 à 21h22
  • Bruno : Le quelle ressemble le plus, a l'autre?

    Le 23/06/2009 à 20h45
  • M Berle : C'est un exelent choix possible .. Frederick Mitterrand est un homme de grand talent . producteur, ecrivain, realisateur , l'exigence de qualite a toujours etait le but de son travail .

    Le 23/06/2009 à 19h54
  • Stefran17 : Bravo encore au Président pour son courage et félicitations à Monsieur Frédéric Mitterrand pour sa nomination méritée. Je tiens également à féliciter Poe de Paris pour son commentaire : il nous prouve que dès que l'on veut faire quelque chose en France pour améliorer la vie des Français, les grincheux (minoritaires) se réveillent et montrent leur mécontentement. Si vous avez des choses à régler avec votre entreprise, cher(e) Poe, ayez le courage d'aller voir votre employeur mais ne mélangez pas remaniement ministeriel et vos problèmes persos...suis MDR comme disent les jeunes. Monsieur le Président continuez, la France est avec vous.

    Le 23/06/2009 à 19h49
      Nous suivre :

      Lance Armstrong se reconvertit en mécano

      logAudience