En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Quand Frêche vole au secours d'Hortefeux

Amélie Gautier par
le 19 septembre 2009 à 13h48
Temps de lecture
3min
Georges Frêche Brice Hortefeux

Image d'archives / Crédits : LCI.fr/AFP

À lire aussi
PolitiqueDans Le Parisien de samedi, le président de la région Languedoc-Roussillon (ex-PS) estime que le ministre de l'Intérieur "n'est pas raciste".

L'avis est celui d'un homme qui a, par le passé, provoqué de nombreuses polémiques pour ses écarts de langage concernant les Noirs ou les Harkis. Dans une interview au Parisien publiée samedi, le président (divers gauche) de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, vient à la rescousse du ministre de l'Intérieur avec cette phrase : "Brice Hortefeux n'est pas raciste !".
 
Il y a neuf jours, une réflexion équivoque de Brice Hortefeux sur un jeune militant UMP beur avait suscité un tollé à gauche. La phrase incriminée ? "Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes", déclare le ministre dans une vidéo, filmée durant l'université d'été de l'UMP, organisée dans les Landes, début septembre.

Où sont "les regrets de celui qui a traité les harkis de sous-hommes?"
 
Interrogé par le quotidien sur une éventuelle démission du ministre, Georges Frêche répond : "c'est ridicule". "J'ai entendu ses propos et je n'y trouve rien d'extraordinaire. Aujourd'hui, on demande à tous les hommes politiques de faire de la langue de bois sous peine d'être cloué au pilori", estime cet adepte du franc-parler habitué des écarts de langage.
 
En janvier 2007, George Frêche avait été exclu du PS après avoir jugé anormale la proportion de Noirs dans l'équipe nationale de football. Quelques mois plus tard, des propos sur les Harkis avaient de nouveau fait scandale. Mardi devant l'assemblée, Brice Hortefeux, répondant à une question d'une députée PS sur les propos controversés a d'ailleurs de nouveau fait allusion à cet épisode en demandant aux députés socialistes où étaient "les regrets de celui qui a traité les harkis de sous-hommes?". Dans Le Parisien, l'intéressé n'en pipe mots.

Commenter cet article

  • JACQUY1 : Je pense que M. Frêche sait de quoi il parle et que les propos de hortefeux ne méritent aucune attention. Néanmoins cette droite arrogante qui se croit, à l'instar de son président, tout permis ne doit pas être soutenu par une gauche qu'elle brocarde à tout va.

    Le 30/09/2009 à 12h36
  • Maya : HORTEFEUX se serait sûrement bien passé de l'"aide" de G. FRECHE qui appuie là où ça fait mal.

    Le 20/09/2009 à 11h38
  • Nabot1er : Je ne peux qu'etre d'accord avec JB de Toulouse...

    Le 20/09/2009 à 11h35
  • Pascal : Impréssionnant de voir comment les gens se délecte, et polémique sur la question ???? ne pouvez vous pas vous préoccuper de chose sérieuse et laisser ce brave homme tranquille, inch alla !

    Le 20/09/2009 à 09h45
  • DIDIER : Et oui Mr Clairevoyant de ST MALO. Lisez l'article concernant les rapports FRECHE/S.ROYAL. Je vous les copies ci après : " A son arrivée en gare de Montpellier, l'ex-candidate à la présidentielle avait été accueillie par le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, exclu du PS. Il lui a rendu un hommage appuyé: "Ségolène, la seule qui déplace les lignes au PS". Ne trouvez vous pas qu'il est difficile de s'y retrouver en politique ?

    Le 20/09/2009 à 09h08
      Nous suivre :
      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      LCI privée de passage en gratuit : "Je veux vous dire ma colère et ma tristesse"

      logAudience