En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les régionales en Aquitaine

Edité par
le 25 février 2010 à 13h14
Temps de lecture
4min
Zoom sur Bordeaux

Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
PolitiqueDécouvrez les enjeux du scrutin.
  • - Nombre d'habitants : 3 200 000, 6e région de France
  • - Capitale régionale : Bordeaux
  • - Cinq départements : Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques

  
Les enjeux du scrutin

L'Aquitaine étant désormais ancrée à gauche - quatre départements sur cinq sont tenus par le PS - le combat s'annonce très difficile pour la majorité présidentielle. Bien qu'ayant peu d'espoir de conquête, la droite espère malgré tout gagner des points dans une région qui avait voté à 51,6 % pour Ségolène Royal en 2007.
 
Tête de liste UMP, le ministre du travail Xavier Darcos va affronter pour la deuxième fois Alain Rousset, le président socialiste sortant qui brigue un troisième mandat. Aquitain d'origine, ancien sénateur de Dordogne, Xavier Darcos a perdu la mairie de Périgueux aux dernières municipales. Le premier ministre François Fillon ainsi qu'Alain Juppé, le maire UMP de Bordeaux, sont venus le soutenir lors du lancement de sa campagne. La présence de Frédéric Nihous en troisième position sur la liste de la majorité dans les Pyrénées-Atlantiques est un ralliement de poids. Son parti, Chasse Pêche Nature Traditions (CPNT), avait obtenu son meilleur score dans cette région en 2004.
 
A la tête du Conseil régional depuis 1998, le socialiste Alain Rousset part favori. Connaissant parfaitement les dossiers économiques, il met en avant son bilan : désendettement, investissement dans les nouvelles technologies, développement du TER. Et c'est en tant que  président de l'Association des régions de France (ARF), qu'il interpelle la majorité gouvernementale sur les déficits publics et la réforme territoriale qu'il qualifie d' "entreprise de déstabilisation des collectivités locales, particulièrement des régions".
 
Ce sont les Verts qui pourraient jouer les arbitres. Après avoir tenté d'imposer Marie Bové, finalement tête de liste en Gironde, c'est la conseillère régionale sortante Monique de Marco qui emmène la liste d'Europe Ecologie. Malgré un désaccord de fond sur le dossier sensible du projet de ligne à grande vitesse (LGV), elle devrait faire liste commune avec le PS au second tour.
 
 Pour contrebalancer ces accords de fusion, le MoDem a désigné comme chef de file le très emblématique député Jean Lassalle. Sur sa liste figure en position éligible Arnaud Derumaux, le président de l'Alliance Centriste en Gironde.  
 
Une inconnue de taille est le score du Front National, très implanté dans le Lot-et-Garonne où Jean-Marie Le Pen était arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle de 2002.
 
Une partie du NPA est alliée au Front de gauche dans une liste unitaire conduite par Gérard Boulanger.
 
Atouts et faiblesses

Première région agricole de France, l'Aquitaine a de nombreux atouts. "Capitale mondiale du vin", son patrimoine viticole est une vitrine pour le monde entier. La forêt des Landes, la plus grande d'Europe occidentale, couvre 44 % du territoire. La filière du pin landais, véritable " or vert ", ne cesse de se diversifier, notamment sur le marché porteur de l'éco-construction.

L'industrie est également présente dans le secteur aéronautique où des entreprises comme Dassault, Safran et Thalès sont source d'emplois. Très attractive sur le plan touristique avec des  stations balnéaires réputées comme Biarritz ou Arcachon, son atout majeur est la ville de Bordeaux, classée au patrimoine de l'Unesco depuis 2007.
 
Son point faible est le retard pris en matière d'infrastructures, que dénonce la majorité dans sa campagne. Une autoroute, reliant Langon à Pau, est actuellement en construction et un grand projet ferroviaire a été lancé afin de désenclaver la région et la rapprocher de l'Espagne à l'horizon 2020. C'est sur ce fameux  dossier de ligne à grande vitesse  (LGV) que s'affrontent les candidats. Fervent défenseur du projet, le président PS de la région doit affronter les écologistes qui le qualifient " d'inutile, ruineux et destructeur ", mais également des personnalités UMP ou du MoDem comme Jean Lassalle.

La mobilisation anti-LGV, fortement représentée en Pays basque a listé ses revendications dans un texte  la " Charte d'Hendaye ", afin d'interpeller la Commission européenne et le Parlement européen. Le sujet sera crucial pour les tractations d'entre deux tours

 

Listes et résultats des régionales en Aquitaine

Commenter cet article

  • busard33 : La politique régionale du PS depuis deux mandats menée par le PT Rousset a oublié les ruraux et n'a aucune visibilité en termes de développement économique, d'environnement. Le mélange rose/ vert à la région Aquitaine nous laisse tous marron !

    Le 26/02/2010 à 09h04
      Nous suivre :
      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      Quand Juppé se moque gentiment de Valls : "Tout va bien, ça vous surprend M. le Premier ministre ?"

      logAudience