En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Huis clos sur la retraite: après twitter, la dispute dans les couloirs


le 21 juillet 2010 à 22h35 , mis à jour le 21 juillet 2010 à 22h35.
Temps de lecture
3min
Pierre Méhaignerie

Pierre Méhaignerie / Crédits : Abacapress

À lire aussi
PolitiqueBrisant le huis clos de la commission examinant en ce moment la réforme des retraites, l'UMP Pierre Méhaignerie et le PS Marisol Touraine se sont expliqués sans fard dans les couloirs de l'Assemblée.

En deux jours d'examen à huis clos de la réforme des retraites devant la commission des Affaires sociales, on aura eu les messages par twitter et points presse de députés PS, cette fois, c'est l'explication en live, hors les murs. Pierre Méhaignerie (UMP) et Marisol Touraine (PS) se sont expliqués sans fard dans les couloirs de l'Assemblée sur les points sensibles de la réforme des retraites, à commencer par la convergence des systèmes public et privé, brisant ainsi le huis clos de la commission. "Tu essaies de cultiver la polémique en disant ‘on n'est pas écouté' et ‘on attaque les fonctionnaires'", a lancé M. Méhaignerie, président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée. "Je ne donnerai pas de nom de certains parlementaires, que tu connais très bien, et qui ont tenu des propos sur les fonctionnaires et qui les tiennent régulièrement dans chaque réunion", lui a répondu la députée PS Marisol Touraine.
 
Des élus PS avaient dénoncé dans l'après-midi "l'hystérie anti-fonctionnaires" de certains élus de la majorité lors de l'examen de cette réforme dans le huis clos exigé par M. Méhaignerie. Le député PS Pierre-Alain Muet s'est alors joint à la discussion, offrant aux journalistes, qui contestent ce huis clos, un condensé des échanges en commission: "Le problème de votre réforme, c'est qu'elle n'est pas financée. Vous liquidez le Fonds de réserve des retraites (FRR)... Belle réforme ! 15 milliards de déficit en 2018... C'est se moquer du monde". Réponse de M. Méhaignerie : "En 2018, tu ne sais pas ce que sera la croissance, la productivité des entreprises... Vous, vous proposez 30 milliards de prélèvements sur les entreprises..."
 
De façon plus conventionnelle, le secrétaire d'Etat à la Fonction publique, George Tron, a expliqué à la presse que le gouvernement entendait faire ce qui est prévu dans le texte pour les fonctionnaires, sans aller au-delà (alignement du taux de cotisation retraite des fonctionnaires sur celui du privé...) comme le réclament fortement certains députés UMP. "Je trouve qu'il y a un bon climat...", a déclaré pour sa part le ministre du Travail, Eric Woerth, réfutant l'absence de débat.

Commenter cet article

  • baal_ : Etant donné le sujet hautement sensible de la réforme, je trouve que ça se passe pas mal. Bien entendu y a les gros boulets à qui on a pas bien expliqué le concept de huis clos. A leur age, avec leur paye et leur mission (nous représenter, quand même, ça implique un minimum d'estime de soit et des autres), c'est navrant de voir qu'ils sont incapable de suivre des consignes si simples. Sinon, comme d'hab, on va taxer les entreprises. Elles fermes les unes après les autres. Mais bon, réduire les dépenses, du style faire payer 1? sur une consultation, c'est limite un acte de barbarie ... Quand on sera tous au chômage on aura plus besoin de partir à la retraite, que ce soit à 25 ou 105 ans.

    Le 22/07/2010 à 12h31
      Nous suivre :
      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      Ice Bucket Challenge : Obama et Poutine ont refusé, voici le 1er président à relever le défi

      logAudience