En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Retraites : quand Bayrou conseille Sarkozy

Edité par
le 31 octobre 2010 à 12h09
Temps de lecture
3min
François Bayrou MoDem

François Bayrou/Image d'archives / Crédits : ABACA

À lire aussi
PolitiqueLe président du MoDem s'est livré à une petite leçon dimanche sur la meilleure méthode pour réformer les retraites : une séquence de discussions, suivie de choix soumis aux Français par référendum. Mais en ayant choisi l'affrontement, les syndicats et le pouvoir sont sortis "perdant-perdant".

 

Que va-t-il advenir du mouvement de contestation de la réforme des retraites ? Et de la réforme elle-même ? Interrogé dimanche sur ce thème, alors que l'essence revient dans les stations-service et que le retour à la normale se profile dans la plupart des secteurs, François Bayrou a déclaré sans ambiguïté lors du "Grand Rendez-vous" Europe1/Le Parisien : "La loi sera promulguée : maintenant qu'elle est votée, il serait inimaginable que la promulgation n'intervienne pas". Un coup à gauche sur l'opposition et les syndicats, qui réclament précisément que cette loi ne soit pas promulguée.

Pour autant, le président du MoDem se garde bien d'approuver le gouvernement. Car selon lui, "la méthode de réforme devrait être différente de ce que nous avons vécu. Elle devrait être : premièrement, j'organise au vu et au su des Français (...) une solide séquence de discussions dans laquelle chacun amène ses questions et ses réponses" sans limite dans le temps. "Après ça, le gouvernement fait ses choix, il les expose au pays. Ces choix sont examinés devant le Parlement et, après, si c'est une grande question qui engage le destin du pays, c'est le peuple qui tranche". La question soumise par référendum est alors "le projet de loi qui a été voté par les députés et les sénateurs".

Borloo à Matignon ? Pas assez "solide"

Après la réforme des retraites, la France est, selon lui, "dans une situation où on dit tous : perdant-perdant", autant du côté des syndicats que du pouvoir, qui "a ruiné la perspective du dialogue social". "La France n'a pas avancé pendant ces semaines. Elle a reculé (...) Aujourd'hui la démocratie sociale est dévaluée", a déploré le député. "Je ne crois pas du tout que les syndicats reviendront aisément à la table des négociations parce que d'une certaine manière on a claqué sur leurs doigts la porte qu'ils essayaient d'ouvrir", a également jugé l'ancien candidat à la présidentielle.

L'exécutif, épuisé par ce conflit tout comme les syndicats, peut-il rebondir ? Remanier est-il une solution ? Et si oui, qui mettre à Matignon ? Interrogé sur ce thème, le dirigeant centriste a déploré le bruit médiatique entourant ce futur remaniement, refusant dans un premier temps de l'évoquer. "Cela fait des mois que le pouvoir a jeté dans le jeu une peau de banane sur laquelle tout le monde glisse qui est le remaniement : qui va en être, qui ne va pas en être ? On parle de ça au lieu de parler des vrais sujets", a-t-il déploré. Interrogé sur l'éventuelle nomination de Jean-Louis Borloo à Matignon, en remplacement de François Fillon, il a répondu, sans citer nommément le ministre de l'Ecologie, que "la fonction de Premier ministre exige(ait) une solidité, une stabilité". Ce sont "à mon sens les deux éléments principaux de ce que doit être l'homme ou la femme qui exerce ces fonctions", a-t-il ajouté.

Jean-Louis Borloo serait dépourvu de ces qualités ? "J'ai répondu à votre question", a dit François Bayrou aux journalistes qui voulaient lui faire préciser ses propos. Il a en revanche adressé un semblant de satisfecit à François Fillon. "Je trouve que la politique qu'il a suivie sur beaucoup de sujets n'est pas la bonne mais que lui est honorable dans sa fonction", a dit le président du MoDem.

Commenter cet article

  • goleador56 : Mais monsieur bayrou, on est passé a autre chose. Les français ont bien compris la reforme des retraite !!

    Le 06/11/2010 à 13h29
  • raghnard : Si on demande à un gamin s'il veut des bonbons, il répondra OUI même si cela lui fait du mal. Allons Monsieur BAYROU réfléchissez avant de faire ce genre de proposition.

    Le 02/11/2010 à 11h38
  • goleador56 : Vouloir fait la loi dans la rue n'est pas democratique !

    Le 01/11/2010 à 15h31
  • gda39 : Faire un référendum sue les retraites cela équivaut à demander à un aveugle s'il veut voir clair ! On connaît la réponse avant de poser la question ! Le problème c'est que cela ne lui redonnera pas la vue ! !

    Le 31/10/2010 à 22h25
  • stefan7575 : Avec 3% des voix, ca veut donner des leçons à 54% de Français! sacrez Bayrou....

    Le 31/10/2010 à 22h10
      Nous suivre :
      Contre la désertification, des commerces en trompe l’œil dans un petit village

      Contre la désertification, des commerces en trompe l’œil dans un petit village

      logAudience