En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

8h pour trouver la fillette de la tuerie : Valls justifie, Guéant attaque


le 07 septembre 2012 à 11h17 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 14h26.
Temps de lecture
3min
Haute-Savoie : Valls et Guéant réagissent à la durée d'intervention
A lire aussi
PolitiqueLe ministre de l'Intérieur a défendu vendredi les gendarmes qui enquêtent sur la tuerie de Chevaline, jugeant qu'ils n'avaient commis "aucune faute" en ne remarquant pas une fille de 4 ans vivante, au milieu des morts. C'est la conséquence d'un "excès de centralisation" du dispositif, selon son prédécesseur.

"Je ne participerai pas à ce type de polémique inutile et injustifiée", a déclaré Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur a défendu vendredi au micro de RTL les gendarmes qui enquêtent sur la tuerie de Haute-Savoie, jugeant qu'ils n'avaient commis "aucune faute" en ne remarquant pas pendant huit heures une fillette de 4 ans vivante, au milieu des morts.
 
"Les gendarmes, les enquêteurs, les techniciens, les médecins ont accompli un travail de très grande qualité et je leur fais confiance pour poursuivre leur travail", a-t-il dit. "Toutes les pistes sont examinées, il faut être prudent, discret", a affirmé Manuel Valls, qui a dénoncé "un acte d'une très grand violence, barbare", notamment contre "une fillette frappée sans doute pour tuer".
 
Guéant : "un excès de centralisation"

"Comme l'a souhaité le président de la République, il faut agir pour arrêter le plus vite possible le ou les auteurs de ce crime", a-t-il dit. Le délai de huit heures entre la découverte de la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie) -quatre morts et une petite fille grièvement blessée- et celle de la fillette de quatre ans, physiquement indemne et prostrée dans la voiture, a suscité jeudi un début de polémique.
 
Les enquêteurs l'ont expliqué par le "gel" nécessaire de la scène de crime: "On avait pour consigne de ne pas entrer dans le véhicule pour ne pas modifier le positionnement des corps", a expliqué à l'AFP le lieutenant-colonel Benoît Vinnemann, qui commande la section de recherches de la gendarmerie de Chambéry.

Pour l'ex ministre de l'Intérieur, ce n'est pas la raison. Claude Guéant, interrogé vendredi matin sur LCI, y a vu une conséquence d'un "excès de centralisation" du dispositif d'enquête scientifique. "C'est vrai que la gendarmerie nationale a de formidables moyens et de formidables militaires de police scientifique, mais ce sont des dispositifs très centralisés qui, par conséquent, mettent du temps à arriver sur la scène du crime", a-t-il dit.

Commenter cet article

  • rose-marie54 : @j.bon : Faux,c'était l'epoque de la gauche une et individible.

    Le 09/09/2012 à 00h27
  • loucky68 : On va encore en discuter 50 ans...c'est arrivé une fois, faut pas que ca ce reproduise...point barre .

    Le 08/09/2012 à 12h18
  • nomelocreo : Avez-vous déjà utilisé une caméra thermique? Quelle précision peut-elle avoir à partir d'un hélicoptère survolant un véhicule contenant plusieurs corps enchevêtrés, notamment celui de la petite fille qui se trouvait blottie sous la jupe de sa mère? Quelle température avaient les autres corps quelques heures après le drame dans une voiture en été? Moi je n'en sais rien et je me garderais bien de critiquer...

    Le 08/09/2012 à 10h47
  • j.bon : Mais organisation datant du temps de guéant

    Le 08/09/2012 à 08h58
  • lap89 : A breiz25,vousavez raison.

    Le 08/09/2012 à 08h22
      Nous suivre :
      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      Un Américain bat le record d'altitude en ballon

      logAudience