ARCHIVES

Norvège : Marine Le Pen pas "en désaccord" avec son père


le 05 août 2011 à 10h24 , mis à jour le 05 août 2011 à 15h18.
Temps de lecture
4min
Marine Le Pen

Marine Le Pen / Crédits : LCI

À lire aussi
PolitiqueLa présidente du Front national a déclaré vendredi qu'elle n'était pas "en désaccord" avec les propos de son père, qui avait estimé que la "naïveté" du gouvernement norvégien sur l'immigration était "plus grave" que les massacres qui ont fait 77 morts le 22 juillet.

"Si j'avais été en désaccord ou si ses propos m'étaient apparus choquants, je l'aurais dit", a affirmé Marine Le Pen sur Europe 1 vendredi matin. Pour elle, Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du FN, "s'est posé la question, et c'est une vraie question, sur le choix de société".

En évoquant la tuerie d'Oslo, M. Le Pen avait fustigé la "naïveté" du gouvernement norvégien face au "danger" du "terrorisme" et de "l'immigration massive, qui est la cause principale, semble-t-il, dans l'esprit de ce fou meurtrier". Il avait aussi jugé "plus grave" cette "naïveté" que la tuerie elle-même, qualifiée d'"accident", alors qu'une semaine plus tôt, le parti d'extrême droite avait officiellement condamné le carnage.

Le silence de Marine Le Pen dénoncé

 "La vraie question c'est : notre société doit-elle avoir une police, des armées (...), doit-elle tenir compte (...) de la violence qui nous frappe, des risques terroristes (...), qu'ils émanent d'un fou, comme c'est le cas en Norvège avec ce dramatique assassinat collectif, ou qu'ils soient plus organisés par un certain nombre de réseaux qui aujourd'hui font trembler le monde ?", s'est pour sa part interrogée Marine Le Pen.

"Si sur l'île d'Oleron il y avait eu massacre comme il y a eu en Norvège et que la police avait mis une heure et demie à intervenir, ne croyez-vous pas qu'il y aurait eu des voix dans la classe politique française pour (...) critiquer l'absence de rapidité d'intervention ?", a-t-elle demandé, jugeant que son père s'était "contenté de faire cela".

Les déclarations de Jean-Marie Le Pen avaient suscité une forte polémique. La majorité et le PS avaient condamné le "silence" de la présidente du FN, qui avait dénoncé une "récupération politicienne" de la gauche, sans se prononcer sur le fond des propos. Droite et gauche y avaient vu la preuve que le parti d'extrême droite n'a pas évolué.

Marine Le Pen a de nouveau dénoncé une "polémique tout à fait artificielle", accusant la gauche de l'"instrumentaliser" parce qu'elle n'a "plus rien à proposer". (écoutez un extrait ci-contre)

 

 

 

Pour la gauche, c'est la preuve que le FN "n'a pas changé"

Le Parti socialiste a jugé que Marine Le Pe "en cautionnant les propos de son père" sur les massacres "au lieu de les condamner", "justifie le pire", montrant que "le parti n'a pas changé". "C'est toujours Jean-Marie Le Pen, président d'honneur, qui en définit la ligne idéologique, haineuse et nauséabonde", écrit Harlem Désir, premier secrétaire par intérim. Le PCF estime lui que "les masques sont tombés sur l'opération de ripolinage du Front national. La fille ne vaut pas mieux que le père", a dit son porte-parole Olivier Dartigolles dans un communiqué. "C'est pourtant au nom d'une idéologie raciste et xénophobe dont le FN se fait le champion que des gens ont été assassinés", dénonce le PC. "Les propos tenus par Marine Le Penont au moins le mérite de lever toute équivoque quant à la position de la présidente du Front national à l'égard de Jean-Marie Le Pen, président d'honneur et figure tutélaire du mouvement d'extrême droite", estime de son côté SOS Racisme. "Mme Le Pen montre le vrai visage du Front national: le visage d'un parti qui, malgré tous les ripolinages cosmétiques, reste le parti de la haine tenace et de l'indécence épaisse", ajoute SOS Racisme.

Commenter cet article

  • nezdegoret : Mais oui c'est ça !et le jour ou ils mettront le feu chez vous la vous rigolerez jaune

    Le 10/08/2011 à 21h40
  • coco242724 : Tel père, telle fille ... là, c'est flagrant !!

    Le 06/08/2011 à 08h32
  • l.wallonie : Pas plus que de dire que la France est un pays qui a globalement une mentalité d'arriérés rétrogrades sur une foule de sujets...

    Le 05/08/2011 à 21h37
  • bm06 : Votre domicile est aussi un accueil?

    Le 05/08/2011 à 21h01
  • erleg71 : Faux. Tout comme au Royaume-Uni, en Irlande et en Australie, une partie de la police (environ 10 % des effectifs) est bel et bien armée : la différence avec ce qui se passe en France (ou aux Etats-Unis), c'est que ces policiers sont extrêmement qualifiés et surentrainés, d'où l'absence quasi totale de bavures et une dissuasion autrement plus forte. Au Royaume-Uni, lorsque la police armée intervient, tout le monde rase les murs.

    Le 05/08/2011 à 20h17
      Nous suivre :

      Les mots tendres de Chelsea Clinton pour sa maman

      logAudience