En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bartolone critique encore la limitation du déficit à 3%


le 14 octobre 2012 à 21h05 , mis à jour le 14 octobre 2012 à 21h10.
Temps de lecture
3min
bartolone

Claude Bartolone / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
PolitiqueLe président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a estimé dimanche que la limitation du déficit public à 3% du PIB avait un "côté absurde". Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac a tenté de minimiser.

Le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS), a jugé dimanche que la limitation du déficit public à 3% du PIB avait un "côté absurde", déclaration qu'a aussitôt tenté de minimiser le ministre du Budget Jérôme Cahuzac.

Claude Bartolone, invité du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, a estimé que le débat sur ce sujet avait apporté "surtout la démonstration de ce côté absurde des 3% par rapport à "la situation que nous connaissons". Le président de l'Assemblée avait déjà souligné en septembre le caractère "intenable", en cas de récession, de cet objectif européen des 3% du produit intérieur brut.

"Je pense que ce qualificatif dans la bouche de Claude Bartolone, que je connais bien, veut simplement dire que ça sera très difficile", a réagi Jérôme Cahuzac, en réaffirmant que la France respecterait cet objectif en 2013.

S'exprimant sur un éventuel débat à l'échelle européenne, le ministre du Budget a dit que "la France ne demande pas à être déliée de ses engagements". "Nous ne sommes pas demandeurs. Nous faisons ce qu'il faut pour tenir la parole que la France a donné", a-t-il déclaré.

"La responsabilité des Européens"

Un débat européen que Claude Bartolone a appelé de ses voeux. "Nous devons réduire cet endettement qui est devenu insupportable (...) mais dans le même temps, je le redis, c'est de la responsabilité des Européens, et notamment de la Commission européenne, que de dire que 3% dans une période de croissance et 3% dans un moment où l'Europe est confrontée à ces difficultés économiques, ce n'est pas la même chose", a-t-il souligné.

Claude Bartolone a aussi affirmé que l'objectif des 3% "semble avoir été établi, notamment pour la France, sur un coin de table", allusion à des récits sur la manière dont ce taux, ensuite repris au niveau européen, avait été fixé par des conseillers de François Mitterrand en 1981.

Claude Bartolone a aussi regretté les votes hostiles au traité budgétaire européen qui se sont exprimés au sein du PS et de la gauche. "Nous aurions mieux fait les uns et les autres d'être rassemblés sur le traité". "Je pense que le président et la gauche paient cette division", a-t-il ajouté en évoquant les sondages défavorables à l'exécutif.

Commenter cet article

  • 421123 : Le SOUK!

    Le 16/10/2012 à 02h18
  • hanelon : Cela laisse à penser que pour certains, leurs votes ne les engagent pas. Comment avoir confiance avec eux ?

    Le 15/10/2012 à 21h58
  • jclo3 : Kossoto est tellement verolé par le socialisme qu il oublie comme son copain hollande qu il y a une crise depuis 2008! qu est ce qu ils sont ridicules

    Le 15/10/2012 à 17h38
  • jclo3 : Des charlots et des amateurs imbus de leur personne!

    Le 15/10/2012 à 17h34
  • ten75 : Cela fait peur cette discordance au PS , entre ceux pragmatique qui veulent une certaine rigueur , et ceux qui veulent laisser filer la dette , c 'est tout ou rien

    Le 15/10/2012 à 12h08
      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience