En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Cent jours de Hollande : "bien mais peut mieux faire"


le 14 août 2012 à 09h56 , mis à jour le 14 août 2012 à 10h31.
Temps de lecture
3min
Cent jours de Hollande : "bien mais peut mieux faire"
A lire aussi
PolitiqueA l'heure du bilan des cent jours, les Français gratifient François Hollande d'un "bien mais peut mieux faire", selon les éditorialistes qui estiment que le président doit fixer un cap clair sans se soucier de "l'agitation médiatique" de "Sarkozy et son boys-band".

Cent jours. Cela fait désormais cent jours que François Hollande est à l'Elysée. A l'heure du bilan, le président élu le 6 mai dernier doit faire face aux critiques acerbes de l'UMP, notamment sur la Syrie. Les Français sont plus indulgents avec leur président qu'ils gratifient d'un "bien mais peut mieux faire".

 

Le Figaro reprend un refrain de l'UMP, souhaitant que François Hollande "sorte du flou pour parler clair". Pour Pierre Fréhel (Le Républicain Lorrain), "il serait temps" de "fixer clairement les contours" d'une "politique ambitieuse" alors que le nouveau président a jusqu'ici "cheminé entre les gouttes". "L'opinion balance entre la satisfaction d'avoir mis un terme à la présidence égomaniaque de Nicolas Sarkozy, avec son cortège de privilèges dévolus aux plus riches, et le désappointement de voir que le nouveau pouvoir reste à mi-gué", analyse pour sa part Patrick Apel-Muller dans l'Humanité, martelant que "c'est à bâbord qu'il faut se diriger et non à tribord." "L'UMP se lamente-t-elle que soient détricotées des lois antisociales imposées ces cinq dernières années ?", poursuit l'éditorialiste du quotidien communiste : "Il faut lui donner plus encore de raisons de s'affliger!"

 

"Les Français ne sont pas dupes"

 

De nombreux éditorialistes raillent de concert la récente offensive de "Nicolas Sarkozy et son boys-band", tel Jacques Guyon. Face "à la Grèce et son nouveau déficit record de 7,5% malgré une cure d'austérité sans précédent administrée par un Premier ministre de droite, ou encore le régime amaigrissant mené en vain en Italie par un chef de gouvernement biberonné à l'orthodoxie libérale"..."si pour sauver le bateau de la tempête, la seule solution préconisée (par l'UMP ndrl) est de noyer tous les passagers"... "pas sûr que les Français... en soient déjà à regretter d'avoir élu un... ‘capitaine de pédalo'", ironise l'éditorialiste de la Charente Libre.

 

A propos de la politique syrienne de la France, Jean-Claude Souléry (La Dépêche du Midi) s'insurge contre l'"étonnante leçon d'ardeur... administrée depuis leurs lieux de villégiatures par la cohorte des opposants bronzés" qui "ne bronchèrent pas" lorsqu'ils "étaient encore au pouvoir, voilà un an" et que "Bachar al-Assad avait déjà entrepris d'assassiner une partie de son peuple". Pour Daniel Ruiz (La Montagne), la droite "s'enferre dans une critique infondée de l'attitude de la France en Syrie" mais "le chef de l'État ne se soucie pas que l'ancienne majorité confonde agitation médiatique et action" et "s'est fixé un calendrier dont il ne sortira pas".

 

"Les Français ne sont pas dupes", conclut Xavier Antoyé (Le Progrès). "Ils créditent notre président d'un ‘bien mais peut mieux faire'. Il reste un peu plus de 1700 jours pour cela."

Commenter cet article

  • coer63 : Je ne savais pas que les éditorialistes étaient représentatifs du peuple français. M Holland et son gouvernent n'ont rien fait....

    Le 17/08/2012 à 02h06
  • shooby02470 : Nous avons déjà eu cette conversation là, cher antisarko. Si vous n'avez pas retenu ce que j'avais dis à l'époque, ce n'est pas de ma faute. Mais pourquoi ne l'avez-vous pas retenu ?

    Le 16/08/2012 à 13h05
  • shooby02470 : Bizarre deleiya, vous ne tolérez pas qu'on puisse dire "droite bling bling", par contre vous ne dites rien contre d'autres poncifs comme associer la gauche aux fainéants ou le fameux "gauche caviar", qui est tout aussi méprisant, et qui est la raison pour laquelle j'ai rajouté cela ! Comme expliquer cela ? Par contre pour le reste je vois que nous partageons un point commun : nous avons compris qu'aucun des deux parti n'était irréprochable et qu'il fallait mieux faire une synthèse de ce qu'ils avaient de mieux à proposer. Je suis par nature plus de gauche que de droite (ayant travaillé dans ma vie dans le social, je me refuse à ne voir que le côté capitaliste de la société), mais je sais très bien que notre gauche n'est pas parfaite, tout comme la droite d'ailleurs. Ils ont pourtant fait de bonnes choses (RSA, auto entreprises, ?) mais ils sont trop libéraux, et le libéralisme ça laisse trop de gens sur le carreau. Bref, il faut un juste milieu, un "capitalisme social" ... mais on fait comment ?

    Le 16/08/2012 à 13h04
  • michalowice : Avec sarko, alias drimup, je trouve que shooby est très bien enraciné, il a fait ses preuves et je le félicite !!

    Le 16/08/2012 à 12h46
  • michalowice : Bravo pour ces textes bien rédigés !!!

    Le 16/08/2012 à 12h42
      Nous suivre :
      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      La vidéo que Gilles Bouleau n’aurait jamais voulu revoir

      logAudience