ARCHIVES

Délocalisations : Montebourg pour revoir le code des marchés publics


le 27 juillet 2012 à 18h08 , mis à jour le 27 juillet 2012 à 18h16.
Temps de lecture
3min
Montebourg, l'homme convoité

Au lendemain du 1er tour de la primaire PS, tous les yeux sont tournés vers Arnaud Montebourg. Arrivé en troisième position, François Hollande et Martine Aubry devront compter avec lui et son thème de la démondialisation. / Crédits : LCI

À lire aussi
PolitiqueLe ministre du Redressement productif a annoncé qu'il recevra prochainement le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon pour "étudier les évolutions du code des marchés publics" afin de prendre en compte les problèmes de délocalisation.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a annoncé vendredi qu'il recevra prochainement le président de la région Ile-de-France Jean-Paul Huchon pour "étudier les évolutions du code des marchés publics" afin de prendre en compte les problèmes de délocalisation. Le ministre veut étudier avec M. Huchon "les évolutions du code des marchés publics nécessaires pour mieux prendre en compte les conditions de localisation de l'emploi et de haute exigence sociale dans la commande publique".  Cette annonce fait suite à la polémique déclenchée par la délocalisation annoncée au Maroc des centres d'appels du Syndicat des transports parisiens (Stif), présidé par M. Huchon. La région Ile-de-France, dirigée par la gauche, a décidé d'attribuer ce marché à un prestataire installé au Maroc, un choix qui menace 80 emplois en France. La décision du conseil d'administration du Stif, a été prise le 11 juillet par l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, présidée par Jean-Paul Huchon.
 
Le Stif "n'a eu d'autre choix", a écrit le même jour M. Huchon à M. Montebourg, pour justifier sa décision: le code des marchés publics, issu de directives européennes, ne permettant "pas de favoriser l'exécution de prestations sur le territoire national, voire européen". M. Montebourg "salue d'autre part la volonté du président de la Région Ile-de-France +d'étudier toutes les voies légales possibles+" pour faire face à
cette situation.
 
Le président François Hollande, interpellé vendredi sur cette situation lors d'une visite chez le sous-traitant automobile Valeo, dans les Yvelines, a exhorté les responsables publics à "faire prévaloir", autant qu'il est possible au regard des règles existantes, "le travail en France". Il a toutefois reconnu que, s'agissant de ce marché, les règles avaient été "respectées". Une source gouvernementale a fait valoir auprès de l'AFP que M. Huchon aurait pu à l'origine faire en sorte d'étayer son appel d'offres afin que l'emploi soit préservé en France, et non pas retenir que le seul critère du "moins-disant".
 

Commenter cet article

  • peteburns : Ministre du redressement (contre) productif...

    Le 02/08/2012 à 12h46
  • jeffrueil : @Franky : Déjà il faudrait que 50 français bossent autant que 50 chinois .. Alors que 50 français bossent comme 1000 chinois c'est dans les phantasmes socialistes

    Le 29/07/2012 à 18h10
  • franky37 : Une atteinte au mondialisme effréné, beaucoup ne sont pas contre ! Si Huchon prenait une entreprise française, cela ferait quelques chômeurs de moins à indemniser, lesquels paieraient des taxes. Combien de salariés marocains paient des impôts en France ?

    Le 29/07/2012 à 16h47
  • franky37 : Et alors, ça vous dérange que 50 français trouvent du travail au détriment de 1000 chinois ? Si oui, déménagez dans ce pays.

    Le 29/07/2012 à 16h38
  • titigb : J'en connait un qui avait une super idee sur les marches publics, Buy European Act et aussi sur le pouvoir d'achat (heures supp. defiscalisees), la competitivite des entreprises et le soutien au secteur automobile (prime a la casse) etc ... Et je ne vous parle meme pas de l'image de la France a l'etranger aupres des citoyens ordinaires. En plus, il ne changeait pas d'opinion comme de petite amie, ne perdait pas sont temps en bisous, tir a l'arc et autres activites ludiques. Seulement voila, il fallait mouiller le maillot et ca 52 pour cent des francais etait contre. L'avenir est rose (socialiste) et vu la conjoncture ce n'est pas de bonne augure. Alors Mesdames et Messieurs accrochez vos ceintures nous approchons 5 annees de turbulence.

    Le 29/07/2012 à 09h56
      Nous suivre :

      Zapnet : la glace plus forte que le pont ?

      logAudience