En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Désir engrange des soutiens, Cambadélis "confiant"


le 07 septembre 2012 à 16h46 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 17h56.
Temps de lecture
3min
Harlem Desir, en janvier 2012.

Harlem Desir, en janvier 2012. / Crédits : AFP/F.PERRY

A lire aussi
PolitiqueDeux jours après le ministre de l'Education Vincent Peillon, deux autres ministres du gouvernement de Jean-Marc Ayrault ont apporté vendredi leur soutien à Harlem Désir pour la succession de Martine Aubry.

A cinq jours d'une réunion clé au PS sur la succession de Martine Aubry, les prétendants Jean-Christophe Cambadélis et Harlem Désir fourbissent leurs armes et recensent leurs soutiens, notamment parmi les membres du gouvernement, où les prises de position se multiplient. La première secrétaire, qui doit passer la main au prochain Congrès de Toulouse fin octobre, dira dans les prochains jours qui, des deux, a sa préférence pour lui succéder. La date butoir est mardi à minuit, veille de la la réunion du Conseil national (Parlement du parti). Le premier signataire de la motion de "rassemblement" préparée par Mme Aubry avec le Premier ministre sera l'un des deux.

"Les consultations se poursuivent et devraient aboutir en début de semaine en tout état de cause", a indiqué vendredi à l'AFP l'entourage de la numéro un du PS. Harlem Désir a publié, dans une tribune au Monde daté de samedi, son projet pour le parti. Soutien de l'action gouvernementale, proposition et innovation dans un monde touché par la crise et enfin rénovation et ouverture aux Français, telles sont les principales "exigences" qu'il fixe au PS, qui doit aussi être mobilisé en faveur de l'Europe. Deux jours avant, son rival pour la tête de la maison Solférino, M. Cambadélis avait lui posé "cinq exigences" pour le parti, dans une tribune au même quotidien.

Le poids des hollandais
 
Intox ou pas ? Vendredi sur Radio Classique et Public Sénat, M. Cambadélis a affiché une certaine "confiance" alors qu'on lui demandait si les jeux étaient faits en sa faveur. Il a égratigné au passage Manuel Valls, qui venait de prendre parti pour son concurrent, jugeant que le locataire de la place Beauvau devrait "se concentrer sur son activité ministérielle plutôt que donner l'impression de s'intéresser principalement au Parti socialiste". Malgré tout, son rival semblait engranger les soutiens vendredi : après Vincent Peillon (Education) mardi, Manuel Valls (Intérieur) et Delphine Batho (Ecologie) ont salué en "Harlem" un homme "capable de mener le Parti socialiste dans la continuité mais aussi dans la rénovation" et ayant "toutes les capacités d'un leader ou d'un rassembleur". A contrario Alain Vidalies, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, s'est prononcé mercredi pour M. Cambadélis.
 
Pressé sur le sujet, Michel Sapin (Travail) a refusé de se prononcer pour l'un ou pour l'autre: "Les deux pour moi ont autant de qualité l'un que l'autre", a-t-il dit.  Selon un responsable socialiste, plusieurs "hollandais" qui se réunissent régulièrement, penchent pour Harlem Désir et tentent de faire remonter sa cote.  Cette offensive portera-t-elle ses fruits ? Ce qui est sûr c'est que "ça discute, ça téléphone, ça se parle", commente un autre responsable. "Un coup on me dit +c'est Camba, c'est sûr+. Un coup on me dit +c'est Harlem c'est certain+. Tous deux ont pris le parti d'avoir l'air détendu, tous les deux font de l'intox".

Par ailleurs, les critiques sur le mode de désignation du premier secrétaire, modifié en 2010, se sont poursuivies: le sénateur Gaëtan Gorce, qui avait déposé en juillet une "contribution" en vue de déposer une motion, voit dans ce processus un "verrouillage derrière lequel se cachent des coteries". Le Conseil national du 12 septembre prendra acte des motions devant être soumises ensuite au vote des militants en octobre.  Celui qui n'aura pas été retenu pour être le premier signataire de la motion de "rassemblement" Aubry-Ayrault ne pourra pas se présenter devant le suffrage des militants en octobre.
 

Commenter cet article

  • ilesmarquises : Aucune comparaison, Désir n'arrive pas à la cheville d'Obama.

    Le 09/09/2012 à 21h05
  • bill_boquet : S'il succède à Martine Aubry, Harlem Désir sera notre premier président coloré, comme Obama l'a été aux USA.

    Le 09/09/2012 à 17h41
  • zen1494 : Cambadélis est il irréprochable ?

    Le 09/09/2012 à 10h47
  • jdeval : Mesdames, Messieurs, je vous présente Harlem Désir, l'élite des élites du PS, c'est l'avenir !

    Le 08/09/2012 à 22h06
  • buessi119 : Un bon air...vrai. mais ...salaires fictifs (décembre 1998). A la tête du PS? oh oui, tiens...le contenu ira bien avec le contenant.

    Le 08/09/2012 à 21h25
      Nous suivre :
      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      Star Wars VII "The Force Awakens" pourrait ressembler à ça

      logAudience