En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Bayrou dans le piège d'une dangereuse triangulaire


le 15 juin 2012 à 18h11 , mis à jour le 15 juin 2012 à 18h19.
Temps de lecture
3min
François Bayrou
A lire aussi
Dossier élections législativesL'avenir de François Bayrou se joue dans ce second tour, mais le président du MoDem est mal parti dans son propre fief. Avec 23,68% des voix au premier tour, il doit disputer une triangulaire contre deux inconnus, la socialiste Nathalie Chabanne (34,90%) et l'UMP Eric Saubatte (21,72%).

François Bayrou jouera dimanche prochain son avenir politique dans des conditions particulièrement ardues, l'UMP ayant décidé de maintenir son candidat pour une triangulaire qui pourrait être fatale au dirigeant centriste et à son parti, le Mouvement Démocrate (MoDem), au second tour des élections législatives. L'UMP, réunie lundi en bureau politique extraordinaire, s'est prononcée pour le maintien de la candidature d'Eric Saubatte, troisième à l'issue du premier tour avec 21,72% dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. François Bayrou, cinquième du premier tour de l'élection présidentielle, n'est arrivé qu'en deuxième position avec 23,63%, loin derrière la socialiste Nathalie Chabanne (34,9%).
 
Un désaveu douloureux pour le Béarnais, élu depuis 1986 dans ce fief, qu'il impute à sa "transgression" du second tour de l'élection présidentielle, lorsqu'il a voté pour François Hollande. "François Bayrou est un homme de plus en plus isolé et plein de contradictions. Il a pris des décisions personnelles à contre-courant de la France et de la circonscription", a déclaré Eric Saubatte. François Bayrou, qui a décidé de faire campagne sans relâche toute la semaine sur le terrain, a de nouveau mis en garde lundi contre "une confrontation UMP-PS", qui serait selon lui "catastrophique pour le pays".

Les électeurs, a-t-il expliqué, lui ont adressé un "avertissement". Il croit encore pouvoir les convaincre. Dans un entretien au Monde, l'eurodéputé écologiste Daniel Cohn-Bendit estime que le PS a commis une faute en présentant un candidat contre François Bayrou. "C'est dommage. François Bayrou aurait mérité d'être à l'Assemblée nationale, il y aurait apporté quelque chose", dit-il, comme prédisant sa défaite. Quatorze ans après s'être emparé de l'UDF, l'échec de François Bayrou signifierait la disparition du centre indépendant en France.
 

Commenter cet article

  • bill_boquet : Bien dit !

    Le 17/06/2012 à 19h07
  • phrq : @ deleiya: il y a 15 ans, le modem n'existait pas...

    Le 16/06/2012 à 22h44
  • matger : Son avenir politique est dans le rétroviseur.Il n'a eu que ce qu'il méritait.

    Le 15/06/2012 à 23h36
  • deleiya : Quand on voit ce qu'a fait bayrou à l'entre deux tour j'ai tout de suite pardonné à morin d'avoir quitté le navire. ayant toujours voté modem depuis 15ans, il m'avait déçu alors parler de morin comme trahison, vous en pensez quoi de sa prise de position pour un centriste?

    Le 15/06/2012 à 21h23
  • urbacircus : Son gros problème c'est qu'il a préféré faire perdre Sarkozy en préférant la gauche qui a fait des alliances avec les extrêmes pour passer. C'est une faute inexcusable.

    Le 15/06/2012 à 21h23
      Nous suivre :
      Décès de Christophe de Margerie : les images et la reconstitution du crash

      Décès de Christophe de Margerie : les images et la reconstitution du crash

      logAudience