En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Copé demandera au bureau politique de l'UMP l'exclusion de Chassain


le 13 juin 2012 à 11h50 , mis à jour le 13 juin 2012 à 12h59.
Temps de lecture
3min
Jean-François Copé

Jean-François Copé lors du bureau politique de l'UMP du 10 mai 2012. / Crédits : LCI

À lire aussi
Dossier élections législativesJean-François Copé a annoncé mercredi qu'il demanderait au bureau politique de l'UMP, la semaine prochaine, l'exclusion du candidat UMP Roland Chassain en raison de son désistement en faveur du Front national dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône.

Jean-François Copé a annoncé mercredi qu'il demanderait au bureau politique de l'UMP, la semaine prochaine, l'exclusion du candidat UMP Roland Chassain en raison de son désistement en faveur du FN dans la 16e circonscription des Bouches-du-Rhône, geste qu'il a de nouveau condamné. "Il y a un bureau politique. Ce sera évoqué là (...) On en parlera mercredi prochain. Moi je défendrai tout à fait cette idée, clairement, d'exclusion" de Roland Chassain, a déclaré le secrétaire général de l'UMP lors de sa conférence de presse hebdomadaire. "Moi j'ai condamné son attitude dès lundi à la suite du bureau politique extraordinaire de l'UMP" sur la stratégie en vue du second tour. "Je la condamne clairement, sans aucune hésitation d'aucune sorte", a souligné M. Copé.

Son rival pour le leadership à l'UMP, l'ex-Premier ministre François Fillon, juge lui aussi mercredi dans Ouest France que M. Chassain "doit être exclu" du parti. "Nous avons défini une ligne politique, les choses sont claires", a ajouté M. Copé. L'UMP a opté pour le ni-ni (ni Front national, ni Front républicain en faveur de la gauche) en cas de duel FN/gauche au second tour des législatives et demandé à tous ses candidats pouvant se maintenir de le faire.

"La ligne politique que nous avons définie est appliquée" et "l'ensemble des responsables" de l'UMP "en ont apporté la démonstration", a-t-il encore fait valoir Interrogé sur les propos du Premier ministre Jean-Marc Ayrault accusant l'UMP de "préparer une alliance stratégique avec le FN", M. Copé a répondu qu'il n'avait "absolument aucune leçon à recevoir de (sa) part dans le domaine de la morale politique ni d'ailleurs dans le domaine de la morale tout court". "Nous, nous avons fait le choix de ne faire aucune alliance avec les extrêmes alors que le PS vit depuis des années dans le partage des voix et des places avec l'extrême gauche. Il fait avec le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon ce que nous ne faisons pas avec le Front national", a lâché le député de Seine-et-Marne. "Je dis à Jean-Marc Ayrault que c'est révolu cette période durant laquelle on vivait dans un magistère du politiquement correct qui faisait croire que l'extrême gauche, ce n'était pas la même chose que l'extrême droite", a-t-il encore affirmé.

"Roland Chassain est devenu la vedette mondiale"
 
Interrogé également sur d'autres connivences locales UMP/FN, M. Copé a assuré que "les cas seront regardés", "à la loupe". Le numéro un de l'UMP a jugé "délirant" que cette campagne de second tour se focalise sur "à droite, Roland Chassain et, à gauche, le tweet de la Première dame" Valérie Trierweiler en soutien à l'opposant de Ségolène Royal à La Rochelle. "Roland Chassain est devenu la vedette mondiale du débat depuis lundi. Vous avez essayé de vous acharner sur Etienne Mourrut", député UMP du Gard qui a hésité à se retirer au profit du FN. "

Pas de chance, il est devenu un mauvais client pour vous puisqu'il s'est conformé à la ligne de notre parti", a-t-il encore ironisé. M. Copé a "un rêve", à savoir que "les journalistes posent les mêmes questions", qui lui sont posées "dix fois de suite", "avec le même niveau d'insistance, au Parti socialiste qui s'allie avec la gauche", en déplorant qu'en France, "on est toujours beaucoup plus exigeant à l'égard de la droite qu'à l'égard de la gauche".


Dimanche soir, Roland Chassain avait hésité à se maintenir (lire ici)

Le site de jean-François Copé

Commenter cet article

  • shooby02470 : C'est pas plus mal, comme ça au moins le PS pourra vraiment agir

    Le 14/06/2012 à 10h21
  • shooby02470 : Vous semblez croire qu'il s'agit d'une élection NATIONALE, mais c'est une élection LOCALE ! Ceci dit, c'est vrai que les dissident UMP ont fait croire que les législatives étaient le 3e tour des Présidentielles après le 6 mai donc l'erreur était inévitable !

    Le 14/06/2012 à 10h19
  • modigliani11 : Je vote UMP mais je ne suis pas d'accord avec Copé certains FN se sont désistés pour l'UMP et je trouverais normal que certains de l'UMP se désistent pour le FN, le principal s'est que la gauche n'ait pas la majorité, c'est très important qu'ils ne passent pas certaines lois, les 2 partis y gagneront en député, il faut réfléchir si on veut donner les pleins pouvoir ou pas à la gauche.

    Le 14/06/2012 à 09h27
  • popa11 : Pourquoi cette exclusion, quand on voit un ex-premier ministre soutenir une candidate UMP prônant les thèses du front national...? Il y a quelque chose qui m'échappe, pas vous...? Alors pourquoi ne pas les exclure tous les deux aussi.... ?

    Le 14/06/2012 à 08h02
  • apps-50000eur : Ils ont tellement noirci Le Pen depuis 30 ans, pour des rancoeurs strictement personnelles, qu'il leur est impossible de revenir en arrière et de reconnaître qu'il avait raison sur bien des points.

    Le 14/06/2012 à 07h20
      Nous suivre :
      EXTRAIT Sept à Huit : Le mari d'une meurtrière raconte comment une vie peut basculer

      EXTRAIT Sept à Huit : Le mari d'une meurtrière raconte comment une vie peut basculer

      logAudience