En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Débat présidentiel : les réactions à gauche et à droite


le 02 mai 2012 à 22h53 , mis à jour le 03 mai 2012 à 13h23.
Temps de lecture
5min
Réactions à gauche et à droite suite au débat de l'entre-deux tours entre Hollande et Sarkozy.

Réactions à gauche et à droite suite au débat de l'entre-deux tours entre Hollande et Sarkozy. / Crédits : DR

A lire aussi
Dossier Election présidentielleVoici les principales réactions recueillies aux sièges du PS et de l'UMP à Paris, ainsi que dans les autres partis politiques, pendant et après le débat qui a opposé François Hollande à Nicolas Sarkozy mercredi soir.

A gauche 

Aubry salue "le cap clair" de Hollande face à Sarkozy : Martine Aubry a trouvé François Hollande"exceptionnel" face à un Nicolas Sarkozy"sur la défensive", jugeant que le débat mercredi illustrait ce que serait sa présidence : "un cap clair, des valeurs de la France retrouvées" et "des priorités claires". Au siège du PS rue de Solférino à Paris à l'issue du débat opposant François Hollande et Nicolas Sarkozy, la première secrétaire du PS a déclaré : "Je pense que François Hollande a été exceptionnel et je pense réellement que ce débat montre ce que sera sa présidence, c'est-à-dire un cap clair, des valeurs de la France retrouvées, des réponses précises, des priorités claires : une vraie présidence.""François Hollande, sur tous les sujets, a été à la hauteur de ce qu'on attend d'un président de la République française. J'ai trouvé Nicolas Sarkozy sur la défensive", a ajouté la maire de Lille. 

 

Pour Moscovici, le Chef d'Etat, c'était Hollande. Le directeur de la campagne du candidat socialiste affichait sa satisfaction à la sortie du débat. Pour lui, François Hollande s'en est bien sorti dans un "débat dense et tendu".


 

Pour Royal, "François a dominé ce débat avec force" : Ségolène Royal, ancienne candidate PS à la présidentielle de 2007 a jugé mercredi soir que François Hollande "a dominé avec force" le débat d'entre-deux-tours entre le candidat socialiste et Nicolas Sarkozy. "Des millions de Français ont pu juger par eux-mêmes ces moments de vérité. François a dominé ce débat avec force, et surtout avec authenticité et vérité", a déclaré Mme Royal, qui a suivi le débat avec les responsables du PS au siège du parti, rue de Solférino.

Aurélie Filippetti : "Hollande a dominé le débat". La députée socialiste estime que son candidat est sorti grand vainqueur de son affrontement avec Nicolas Sarkozy.


Pour Mélenchon, Hollande a "bien scotché" Sarkozy. Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) a estimé que François Hollande avait "bien scotché" Nicolas Sarkozy lors du débat d'entre-deux-tours mercredi soir, ironisant sur le président-candidat qui a, selon lui, "passé son temps à gigoter". "A mesure que le débat avançait, Hollande l'a bien scotché et l'autre a passé son temps à gigoter et se débattre et à la fin c'était pitoyable", a-t-il dit aux médias depuis son siège de campagne aux Lilas (Seine-Saint-Denis). Parlant de Nicolas Sarkozy, l'ex-candidat à la présidentielle (11,1%) a affirmé l'avoir "trouvé très mauvais et rabâchant".

Jack Lang (ancien ministre socialiste):"Francois Hollande a littéralement dominé Nicolas Sarkozy de bout en bout. Avec un talent rare, il a révélé une fois de plus sa maîtrise des dossiers, sa rigueur intellectuelle, son sens élevé de l'Etat, la puissance de ses convictions et la solidité de ses engagements. Ce soir Francois Hollande marque un nouveau point dans cette bataille présidentielle". (communiqué).

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole de François Hollande :"François Hollande droit dans ses bottes regarde son adversaire droit dans les yeux. Ce débat est vraiment très intéressant parce que c'est un concentré de ce qu'aura été cette campagne : Nicolas Sarkozy s'est refusé à rendre le moindre compte sur son bilan. Au fond, on n'attend pas nécessairement de lui qu'il présente des excuses, mais au moins des explications, et les Français n'y auront pas eu droit".

Benoît Hamon, porte-parole du PS :"Nicolas Sarkozy est hésitant. Il avait un scénario au départ. Son scénario tombe à l'eau, parce qu'il a en face de lui quelqu'un qui a de l'autorité sur les dossiers, qui a de l'autorité sur le débat. Sarkozy est ramené à la réalité de son bilan. Il a voulu chercher à y échapper pendant la campagne, a voulu y échapper pendant le débat. Pour l'instant, c'est bien, c'est bien il faut que ca continue comme cela".

"On a découvert un homme d'Etat" en Hollande, selon Manuel Valls.  Le directeur de la communication de François Hollande, a jugé mercredi qu'on avait "découvert un homme d'Etat" dans le candidat socialiste dans le débat qui a opposé ce dernier à Nicolas Sarkozy. "On a découvert un homme d'Etat face à un Nicolas Sarkozy qui n'a que son bilan, incapable de formuler une proposition pour l'avenir", a déclaré M. Valls, en arrivant dans un café parisien où s'étaient réunis les partisans de François Hollande pour suivre le débat.

Harlem Désir (numéro deux du PS): "Hollande a remporté la bataille de la crédibilité et de l'espoir. Il était fort face à un Nicolas Sarkozy dans les cordes, acculé, sur la défensive. Il était dans le débat, Sarkozy était comme d'habitude dans le pugilat, pas au niveau d'un président". (à l'AFP)

Elisabeth Guigou (ancienne ministre PS): "François Hollande a vraiment dominé le débat. Grave, déterminé, précis dans ses propos, et rassurant. Nicolas Sarkozy a été très vite énervé s'emmêlant dans ses explications et anxiogène". (à l'AFP)

A droite

Copé: le débat a éclairé "la force d'un projet" face à "l'hésitation" : Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a jugé mercredi soir, depuis le siège de l'UMP rue de Vaugirard à Paris (XVe), que le débat avait "éclairé la force du projet" de Nicolas Sarkozy face "à un François Hollande en retrait et en hésitation". "Ce débat a permis à notre candidat d'atteindre tous les objectifs. C'était le moment de confrontation qui devait montrer de manière éclairante d'un côté la force d'un projet, celui de Nicolas Sarkozy, la détermination, la solidité d'un homme, et face à cela un François Hollande en retrait, en hésitaiton, en hyper agressivité sur la totalité des thèmes", a-t-il déclaré devant des militants exaltés. 

Nathalie Kosciuzko-Morizet. La porte-parole de Nicolas Sarkozy est revenue mercredi soir sur LCI szur le débat présidentiel. Un débat où elle a trouvé François Hollande "arrogant et agressif". Tout le contraire de Nicolas Sarkozy donc, qu'elle a trouvé "authentique et sincère". "C'est un débat dans lequel chacun s'est révélé comme il est", a-t-elle également déclaré sur BFMTV : "Nicolas Sarkozy précis (...) authentique, sincère. François Hollande très général sur les déclarations mais fuyant sur le fond", "a montré qu'en plus de l'incompétence (...) il lui manquait le tempérament sans parler de la courtoisie".

 

Xavier Bertrand (ministre UMP du travail): "Après le débat de ce soir, les Français peuvent juger, face aux imprécisions, a l'arrogance et a l'agressivité du candidat socialiste, de la solidité, de la force de l'expérience et du sérieux des propositions de Nicolas Sarkozy nécessaires au redressement de notre pays. Le 6 mai, ils voteront pour Nicolas Sarkozy!" (sur sa page Facebook) 

Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice:"Le favori des sondages s'est assez vite transformé en challenger du débat. Il y a une leçon à en tirer! Francois Hollande a été en défensive totale et mis face à ses contradictions. Il a eu beaucoup de mal à expliquer pourquoi il est pour aujourd'hui et a voté contre hier. Sa stratégie est restée l'esquive". "Nicolas Sarkozy a montré sa cohérence, son courage et sa part de vérité face à tant de mauvaise foi, de contradictions et de mensonges". (communiqué) 

Bernard Debré, député UMP de Paris : "On n'a rien compris des propos de François Hollande sur l'électricité. Il est en nette infériorité par rapport à Nicolas Sarkozy. Cela fait presque une heure que le débat a commencé et le candidat socialiste est très inférieur à la qualité et la précision de Nicolas Sarkozy. C'est un combat (...) qui pourrait finir par KO pour Hollande. Tous ceux qui n'ont pas voté François Hollande ou Nicolas Sarkozy vont se déterminer plus facilement à l'issue de ce débat. Il n'y a pas photo".

Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe de l'UMP:"Il (Hollande) a l'air d'être absent du débat. Sur les centres de rétention Nicolas Sarkozy l'a enfoncé. François Hollande est très agressif, Nicolas Sarkozy est calme, il n'interrompt pas M. Hollande qui se contredit sur l'immigration légale et quand il signe un accord avec EELV il s'en détache ensuite. Il dit tout et son contraire, par exemple il confond dette et déficit, c'est compliqué pour quelqu'un issu de la Cour des comptes" (à la presse).

Jeannette Bougrab (secrétariat d'Etat à la Jeunesse): "Nicolas Sarkozy par sa compétence, son volontarisme, et sa connaissance des dossiers a mis en exergue l'inexpérience gouvernementale de François Hollande, et l'imprécision de ses propositions tant sur l'économie, le nucléaire, ou l'immigration. (..) Le candidat socialiste a pour seul bilan d'avoir coulé son département pour des décennies et d'avoir laissé prospérer les dérives troubles au sein du Parti Socialiste". (communiqué)

Franck Riester, secrétaire national de l'UMP chargé de la communication: "On voit à quel point François Hollande est dans l'ambiguité (...) Sur la burqa il n'a pas voté le texte de loi mais il dit ensuite qu'il appliquera la loi. Il est incapable de citer un exemple de réduction des dépenses publiques. Ce débat met en évidence ses points faibles. Nicolas Sarkozy maîtrise ses dossiers. Le débat était très tendu au départ. Plus le débat avance, plus on entre dans les dossiers et plus on voit que Nicolas Sarkozy prend le dessus".

Au FN

Marine Le Pen a confié avoir eu "du mal à ne pas s'endormir"

Florian Philippot (ancien directeur de campagne de Marine Le Pen): "J'ai eu le sentiment que ce débat était assez ennuyeux parce que c'est le résultat naturel quand on oppose deux jumeaux idéologiques (..) Autant Sarkozy avait été assez bon en 2007 autant j'ai trouvé que là sur la forme il était assez fébrile et souvent sur la défensive et donc parfois agressif cette fois-ci, parce qu'il était gêné par son bilan (..) Face à lui un représentant de la gauche dont on sait qu'il n'y pas grand-chose à attendre parce que on a vu la gauche à l'oeuvre". (sur BFM-TV)

 

Commenter cet article

  • furax53 : "Il y a des gens qui parlent, qui parlent... jusqu'à ce qu'ils aient trouvé quelque chose à dire." Sacha Guitry

    Le 03/05/2012 à 16h03
  • melema11 : Et bien nous n'avons pas regardé le même débat

    Le 03/05/2012 à 14h12
  • pierrefa : Les blablas des elephants du PS. Sans grand interet. Soit ils sont aveugle, soit ils n'ont pas regarde le meme debat que moi. Sarkozy a ete nettement meilleur que Hollande. Il connait ses dossiers, c'est un battant et il a une vision pour la France. Celle de Hollande ne depasse pas les 3 a 6 mois. Un peu juste pour etre President. Pas de reaction de Eva Joly et des verts? Mais il est vrai qu'ils ont du manger leur accord PS/ Verts pendant le debat.

    Le 03/05/2012 à 13h40
  • yoi : Cetait un d�t interessant.

    Le 03/05/2012 à 08h58
  • yoi : Cetait un d�t interessant.

    Le 03/05/2012 à 08h58
      Nous suivre :
      Chine : un automobiliste sauvé des eaux par un tractopelle

      Chine : un automobiliste sauvé des eaux par un tractopelle

      logAudience