En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

A partir de mardi, la campagne ne fera plus le même bruit

Edité par
le 14 mars 2012 à 19h28 , mis à jour le 06 avril 2012 à 16h07.
Temps de lecture
5min
Le temps de parole est fondé sur la règle de l'égalité à la radio et à la télé à partir du lundi 20 mars 2012.

Le temps de parole est fondé sur la règle de l'égalité à la radio et à la télé à partir du lundi 20 mars 2012. / Crédits : TF1 News/J. HERTELEER

A lire aussi
Dossier Election présidentielleMardi 20 mars, les radios et les télés devront consacrer autant de temps à chacun des candidats à la présidentielle. Qui ? Comment ? Pourquoi ? TF1 News vous dit tout.

Nouvelle période


La campagne présidentielle connaît son grand chambardement médiatique mardi 20 mars. A compter de ce jour, qui correspond au lendemain de la publication de la liste officielle des candidats par le Conseil constitutionnel, l'équité des temps de parole est remplacée par l'égalité. Doit être accordé à chaque candidat, quel que soit son poids dans l'opinion le même temps à la radio et à la télévision : Nicolas Sarkozy et Philippe Poutou valent donc autant. Le temps de parole est décompté de toute déclaration d'un candidat ou de ses soutiens. Le temps d'antenne est l'ensemble du temps consacré à un candidat ou à ses soutiens sous forme de documentaires, commentaires, analyses ou présentation de sondage quand celui-ci est "manifestement favorable" au candidat. Un inconnu qui exprime un avis positif sur un candidat est aussi décompté du temps d'antenne du candidat. Dans cette période, c'est l'équité du temps de parole qui a prévalu, calculée sur le poids du candidat dans les sondages.

 

Le principe d'"équité" était en vigueur pour les temps de parole et d'antenne depuis le 1er janvier. Chaque "candidat" - il devait avoir reçu des soutiens publics pour être considéré comme tel - devait recevoir une couverture médiatique équivalente à sa représentativité.

 

La campagne officielle, du 9 avril au 4 mai, est marquée par de nouveaux bouleversements. Les médias doivent non seulement appliquer l'égalité du temps de parole et de temps d'antenne, mais aussi programmer les interventions des candidats "dans des conditions comparables". Autrement dit, si François Hollande est reçu dans un journal de 20h sur une grande chaîne, Nicolas Dupont-Aignan devra l'être aussi.


 

Le CSA fixe et contrôle  

 

Le décompte du temps de parole politique, en vigueur toute l'année avec l'obligation des "trois tiers" (un tiers à la majorité, un tiers au gouvernement et un tiers à l'opposition), a été mis en place par le Conseil d'administration de l'ORTF en 1969. Une autorité indépendante a pris le relais en 1982, baptisée, en 1986, Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA). Comme à chaque présidentielle depuis 1988, c'est lui qui édicte les règles médiatiques à respecter pour satisfaire au pluralisme politique. Chaque fois, elle donne à l'avance les dates d'entrée en vigueur de l'équité et de l'égalité. Ces dates varient : en 2006, les décomptes avaient démarré le 1er décembre, soit un mois plus tôt que pour l'élection présente, parce que les candidats s'étaient déclarés plus rapidement.

 

C'est également cette autorité administrative indépendante qui contrôle le bon respect des règles. Les grandes chaînes, celles qui représentent plus de 70% d'audience ensemble, "déclarent" leurs décomptes au CSA, qui les comparent avec ses propres mesures. Les autres médias sont contrôlés de façon inopinée. Si un manquement est avéré, le CSA adresse une lettre de mise en garde, puis met en demeure avant de sanctionner. La sanction va d'une lecture d'un communiqué à l'antenne à une suspension d'audience ou à une amende. En période électorale, jamais aucune sanction n'a jusqu'à présent été prononcée. 


 

Les médias concernés

 

Ont l'obligation de respecter ces règles, en théorie, toutes les chaînes et radios. Mais le CSA s'intéresse en particulier aux chaînes généralistes et d'information, ou bien - comme Radio Classique par exemple - aux médias qui reçoivent des invités politiques. En revanche, la presse écrite et en ligne n'est pas concernée. En effet, le CSA considère que la ressource disponible sur ces supports est suffisamment vaste pour que le lecteur ou l'internaute fasse un choix libre. Et donc que sa liberté le jour du vote ne sera pas entravée.


 

La grogne des patrons de l'audiovisuel


Les règles ont été conçues à un moment où il n'existait que 7 établissements audiovisuels en France. Avec la multiplication des chaînes et radios d'info en continu, le respect de l'égalité devient un casse-tête pour les médias et fait l'objet de nombreuses protestations. Anticipant la période d'égalité, les dirigeants de neuf chaînes de télévision et de radio ont ainsi saisi sans succès début février le Conseil constitutionnel pour exiger un assouplissement de ces règles. "Cette situation n'existe pas chez nos grands partenaires européens qui ne sont pas moins démocratiques que la France, pas plus qu'elle ne concerne ni la presse ni internet, pourtant des vecteurs tout aussi importants d'information que l'audiovisuel", ont dit conjointement les patrons de RTL, France Inter, France Bleu, France Info, France Culture, Europe 1, RMC, BFM Business et BFM TV. D'autres redoutent que le traitement de la campagne soit réduit à la portion congrue. Régulièrement, la profession exige que l'égalité ne porte que sur la période allant du premier au second tour, soit quand il ne reste plus que deux candidats.

Commenter cet article

  • froggyb : C'est bizarre pour ce pays ou plein de gens veulent la proportionelle...Il me semblerait que le temps de parole devrait etre proportionel au pourcentage estimé dans les sondages. Pourquoi gaver les Francais avec un temps de parole equivalent pour un candidat qui est estimé a 1 pour cent de votes?

    Le 20/03/2012 à 16h47
  • jaktess : C'est bien ce que je pense aussi !!! la quantité ne fait pas la qualité...

    Le 20/03/2012 à 16h19
  • gabin250 : On attend le programme de l'UMP, vous avez une date non?? peut être après la présidentielle??

    Le 20/03/2012 à 14h21
  • gabin250 : L'important c'est de se débarrasser de Sarkozy, le reste on s'en fiche en fait.

    Le 20/03/2012 à 14h20
  • franky37 : Le problème est que Sarkozy est candidat ET encore président et qu'en tant que tel, on n'a pas fini de le voir. Le problème est que chacun de ses déplacements est médiatique et qu'il pourra toujours dire qu'il n'est pas en déplacement électoral, on le verra quand même. En cela, il a un gros avantage sur les autres.

    Le 20/03/2012 à 08h20
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience