En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Hollande boudé volontairement par les conservateurs européens ?


le 04 mars 2012 à 14h01 , mis à jour le 04 mars 2012 à 15h26.
Temps de lecture
5min
François Hollande, février 2012, image d'archives.

François Hollande, février 2012, image d'archives. / Crédits : AFP/ T. SAMSON

À lire aussi
Dossier Election présidentielleLes dirigeants allemand, espagnol, italien et britannique auraient passé un accord pour ne pas rencontrer le candidat socialiste, avance le magazine allemand Der Spiegel à paraître lundi. En cause : l'annonce du Français de renégocier le pacte budgétaire européen signé vendredi. Si Berlin a démenti, le PS fulmine.

"Scandalisés". Les dirigeants conservateurs de l'Allemagne, de l'Espagne, de l'Italie et du Royaume-Uni n'auraient pas goûté à l'intention de François Hollande de renégocier, s'il est élu, le pacte budgétaire signé vendredi. Une pièce centrale selon eux pour sauver la zone euro. Le magazine allemand Der Spiegel, à paraître lundi, rapporte que la chancelière Angela Merkel, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président du Conseil italien Mario Monti auraient décidé ensemble de boycotter le candidat socialiste et de ne pas le rencontrer. Une initiative qu'aurait également suivie le Premier ministre britanique David Cameron et qui pourrait expliquer pourquoi lors de ses récentes visites à Berlin, Rome et Londres, le candidat socialiste n'ait rencontré aucun dirigeant.

Premier à réagir, samedi soir, Jean-Christophe Cambadélis, un des secrétaires nationaux du PS, a fustigé l'attitude d'Angela Merkel qui "en fait trop!", lui reprochant de ne pas avoir "eu la même humeur pour monsieur [Viktor] Orban", le Premier ministre hongrois critiqué par l'Union européenne pour des lois controversées. Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, a dénoncé, dimanche sur RTL, une "pression conservatrice inédite dans l'histoire de l'Europe", "tout à fait fâcheuse et préoccupante". Il a rappelé qu'il "y avait des traditions, notamment entre la France et l'Allemagne, qui existaient depuis très longtemps", à savoir que "le chancelier, ou la chancelière, ou le président français quand c'était le cas inverse, recevait les principaux candidats des deux camps".

Une information qui "n'impressionne pas" Hollande

Principal responsable de ce pacte anti-Hollande selon lui? Le président-candidat. "Il faut se demander ce que Nicolas Sarkozy a fait pour que cette coalition se noue", a-t-il lancé. Car avant même l'annonce officielle de sa candidature, le candidat de l'UMP a reçu les soutiens de Mme Merkel et de Monsieur Cameron, à quelques jours d'intervalle. Le 6 février, la chancelière allemande avait déclaré soutenir "Nicolas Sarkozy sur tous les plans, car nous appartenons à des partis amis". Quant au Premier ministre britannique, il avait dit "avoir la chance de pouvoir souhaiter bonne chance à mon ami dans la bataille qu'il va livrer".

Une information qui a laissé de marbre François Hollande. "Elle ne m'impressionne pas", a-t-il affirmé sur France 3 dimanche. "C'est le peuple français qui va décider de son avenir. Ce ne sont pas des dirigeants européens, que je respecte par ailleurs, qui doivent peser sur la décision du peuple français", a-t-il ajouté. Le candidat socialiste a précisé qu'il aurait "à coeur de les convaincre d'ajouter une dimension de croissance aux traités européens". Et c'est en direct qu'il a appris que Berlin démentait l'accord avancé par Der Spiegel. "Chaque chef de gouvernement européen choisit indépendamment si et comment il souhaite recevoir M. Hollande. En Allemagne, il n'y a pour le moment aucun rendez-vous de prévu" avec la chancelière Merkel, selon un porte-parole du gouvernement allemand. Ce à quoi François Hollande a répondu : "j'ai l'impression que la position de Merkel très en soutien à Nicolas Sarkozy crée un débat y compris dans sa propre majorité".

À droite, on pointe du doigt la réaction du candidat socialiste. "Il est curieux que François Hollande s'étonne de l'attitude des grands dirigeants européens", a estimé Frédéric Lefebvre car il "est rare quand on crache à la figure de quelqu'un de récolter des sourires". Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole de Nicolas Sarkozy, a elle jugé "ridicule", sur Canal +, la riposte du PS. "Je crois qu'il essaie d'imaginer un complot, il y a tout simplement un manque de crédibilité", a-t-elle déclaré. Voir la vidéo :

 

 

 

 

 

Hollande demande aux dirigeants des clubs de football de "faire un peu le ménage"

Le candidat socialiste a défendu, dimanche, son projet de tranche d'imposition à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros annuels, qui a notamment inquiété le monde du football la semaine dernière. Le président de Lille, Michel Seydoux, ayant estimé qu'une telle mesure pouvait "tuer le foot français". Réponse de Hollande? "Que les dirigeants du football fassent aussi un peu le ménage: a-t-on un niveau de championnat qui justifie des salaires aussi astronomiques?", a-t-il lancé sur France 3, prenant en exemple le Paris Saint-Germain. "J'ai appris que l'entraîneur ou le directeur sportif du PSG touchait 6 millions d'euros par an : est-ce que le le PSG - bonne équipe pour laquelle j'ai de la sympathie - a des résultats tels que son entraîneur devrait être payé autant", a-t-il déclaré, faisant allusion à l'Italien Carlo Ancelotti, l'entraîneur le mieux payé de l'histoire de la L1.

Commenter cet article

  • michalowice : Une bonne nouvelle vient de tomber, Hollande 44% contre 30% pour Sarko !!! les Français commencent à bien raisonner, bravo!!!

    Le 05/03/2012 à 20h18
  • michalowice : Qui est en tête des sondages ?? Sarkozy ??

    Le 05/03/2012 à 19h28
  • michalowice : Sarkozy n'est pas en tête des sondages, donc qui est incompétent ??

    Le 05/03/2012 à 19h01
  • michalowice : Dites moi pourquoi Hollande est en tête des sondages ??

    Le 05/03/2012 à 17h30
  • mcg35 : @michalowice, @dom145 - J'aime votre façon de penser "franchouillarde" ... Donc, d'après vous, on érige des murailles imperméables aux frontières de l'Hexagone. A une époque de mondialisation et d'internationalisation, on ignore les pays de l'UE et de la Zone Euro, on fait fi des Etats-Unis et des Pays Emergents??? ...

    Le 05/03/2012 à 16h33
      Nous suivre :
      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      A la Fashion Week, il y avait aussi des mannequins de moins d'1m30

      logAudience