En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Recrutement d'enseignants, Smic, TVA sur le luxe : ce qu'a dit Hollande


le 17 avril 2012 à 11h44 , mis à jour le 17 avril 2012 à 14h44.
Temps de lecture
5min
hollande-rtl
A lire aussi
Dossier Election présidentielleFrançois Hollande a annoncé mardi sur RTL que s'il était élu, il affecterait en urgence 1.000 enseignants dès la rentrée 2012. Il a réaffirmé qu'il négocierait avec les syndicats un "coup de pouce" au Smic. Le candidat PS a aussi dit envisager la création d'une TVA sur le luxe.

1.000 postes d'enseignants créés en urgence à la rentrée 2012
François Hollande a confirmé, mardi matin sur RTL, comme l'avait indiqué la veille son responsable Education Vincent Peillon, qu'il affecterait en urgence 1.000 nouveaux enseignants dans les écoles dès la rentrée 2012. Jusqu'à présent, le candidat socialiste, qui appelle de ses vœux la création de 60.000 postes dans l'Education, réservait l'augmentation des effectifs à la rentrée suivante, en ouvrant le numerus clausus aux concours de l'enseignement. "La rentrée 2012 telle qu'elle se présente est très difficile, il y a des filières pour les enfants en difficulté, les 'Rased', qui ont été gravement mis en cause, et nous avons quelques fermetures de postes que nous ne pouvons pas accepter", a martelé le candidat. "Nous ne pouvons pas faire un concours exceptionnel, donc (avec) un certain nombre de jeunes qui ont été admissibles et qui ont un niveau qui pourrait les rendre admis, nous prendrons ces candidatures pour les affecter dès la rentrée dans ces classes", a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy, qui a fait supprimer 80.000 postes dans le secteur ces cinq dernières années, voit la proposition des 60.000 comme irresponsable dans le contexte budgétaire et propose, lui, de continuer à réduire les effectifs.

Actuel ministre de l'éducation nationale, Luc Châtel s'est déclaré "stupéfait" et "atterré". "Tenter de faire croire aux Français que les conditions d'une rentrée
réussie seront réunies en augmentant de moins de 0,3% (soit 1 professeur pour
60 écoles !) le nombre de professeurs des écoles relève d'un humour de très
mauvais goût"
a dénoncé le ministre.

Une hausse de la TVA sur le luxe a du sens
François Hollande a estimé que l'idée d'instaurer un taux supérieur de TVA sur les produits de luxe avait du sens, tout en refusant pour l'instant de reprendre explicitement à son compte cette proposition. La France a pour l'instant deux taux de TVA, un taux réduit à 7% et un taux normal à 19,6% que le gouvernement sortant a prévu de faire passer à 21,2% en octobre prochain. Le candidat à la présidentielle, qui a déjà proposé d'annuler cette hausse à 21,2%, n'a en revanche pas exclu sur RTL d'instaurer un autre taux particulier sur certains produits qui seraient classés dans une catégorie de "luxe". "Ce que je ne sais pas encore, c'est s'il est possible de créer un autre taux de TVA, un taux supérieur, ça existait autrefois. Donc je ferai l'étude pour savoir, si au plan européen, nous pouvons le faire", a-t-il dit. Les règles européennes prévoient que le taux normal de TVA peut osciller entre 15 et 25%. Au-dessus de 25%, il faudrait l'unanimité des 27 Etats membres de l'Union européenne. Mais il s'agit d'un taux unique et tous les produits, pas seulement ceux entrant dans la catégorie "de luxe", doivent être concernés. "Je ne veux pas ici faire d'annonce, parce que je n'ai pas du tout avancé cette proposition. Mais je regarderai cette proposition pour savoir surtout sa validité (...). Je vais regarder. Je ne peux pas du tout m'engager mais cette proposition a quand même du sens", a dit François Hollande.
 
"Coup de pouce" au Smic négocié avec les syndicats en juin
François Hollande a aussi confirmé que s'il était élu, il y  aurait une négociation avec les syndicats sur un éventuel "coup de pouce" au  Smic. Interrogé sur des propos de Jean-Luc Mélenchon assurant que l'augmentation du Smic faisait partie "des figures imposées" quand la gauche arrive au pouvoir, le candidat PS a affirmé : "Moi je ne suis pas dans les figures imposées, je suis dans une figure qui doit réussir et qui ne doit pas promettre ce qu'elle ne peut pas tenir". "Il y aura au-delà de l'indexation sur les prix, à regarder ce qu'il sera possible de faire, puisque le Smic n'a pas reçu de coup de pouce depuis au moins 3 ans", a-t-il ajouté. "Il y aura deux choses, a précisé le candidat PS. "Il y aura la concertation avec les partenaires sociaux (...) sur l'ensemble des sujets sociaux de la rentrée et notamment le coup de pouce sur le Smic puisqu'il doit intervenir au mois de juin, la date a changé mais c'était au mois de juin jusque-là". Depuis 2010, la revalorisation annuelle du Smic intervient le 1er janvier et non plus le 1er juillet, une hausse en cours d'année intervenant si l'inflation dépasse 2%. Le 14 février, le député de Corrèze avait expliqué qu'il appliquerait, s'il était élu cette "règle simple" de lien entre la croissance et le Smic. Il avait aussi indiqué qu'il réunirait "dès le lendemain de l'élection" une conférence avec les partenaires sociaux pour organiser le "quinquennat sur le plan social". "La question du Smic découlera de ces discussions", a-t-il ajouté.  
 
La "France n'est pas aujourd'hui exposée à la crise de l'euro
Le candidat socialiste a aussi déclaré "n'est pas aujourd'hui exposée" à la crise de l'euro et que le pays a les moyens de "maîtriser la finance". "Non, la crise (de l') euro n'est pas terminée (...) mais la France n'est pas aujourd'hui exposée", a dit François Hollande. "Ne laissons pas croire qu'elle pourrait être attaquée car ce serait la  meilleure façon d'alimenter en définitive les anticipations", a-t-il souligné. "Je ne vais pas chercher à effrayer", a-t-il insisté. "Je pense que les Français doivent faire leur choix en sérénité et en même temps le prochain président de la République aura à régler les questions qui n'ont pas été solutionnées par le précédent, c'est-à-dire la dette, les déficits, la croissance", a poursuivi le candidat socialiste. "C'est la raison pour laquelle j'ai été clair à la fois sur les disciplines et en même temps, j'ai dit aussi que la croissance devait être mise au coeur de l'orientation de l'Europe", a-t-il relevé. Interrogé sur l'inquiétude éventuelle des marchés financiers devant les mesures qu'il entend mettre en oeuvre, s'il est élu, notamment en matière de retraites, François Hollande a assuré que cela ne serait pas le cas. "Tout ce que je propose est financé", a-t-il souligné.Ainsi, le départ à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler tôt et qui ont 41 années de cotisations, "c'est financé à travers une augmentation de 0,1% par an des cotisations salariales", a-t-il dit à titre d'exemple.

Commenter cet article

  • stephany23 : Son temps de paroles est-il terminé, svp ?

    Le 17/04/2012 à 21h55
  • rose-marie54 : Hollande prépare son marché de fonctionnaires en sachant qu'ils sont en général de sensibilité de gauche rien pour la classe ouvrière,et pour la moyenne nous allons directement à l'abattoir avec nos impôts,pauvre de nous.

    Le 17/04/2012 à 19h41
  • nissaforever : Augmenter le smic ( 1700 net ? ) avec l'Europe qui recommande d'ouvrir le marché du travail aux pays de l'est, je vous laisse juge de la crédibilité du truc.

    Le 17/04/2012 à 19h30
  • michalowice : MATGER est jalouse !!

    Le 17/04/2012 à 18h34
  • centaur-55 : Sarkozy en 2007 faisait des promesses sans savoir qu'il y aurait une crise mondial ,Hollande fait des promesses en sachant qu'il y en a une et le plus choquant, c'est qu'il ne parle jamais de cette crise,les Français doivent se poser des questions ,est ce que Hollande n'est pas dangereux ?est il sérieux ?cette crise existe t elle pour lui ?et ou va t'il prendre l'argent pour financer tous c'est cadeaux?il n'y a rien de claire dans ses propositions et ça demande réflection.

    Le 17/04/2012 à 18h19
      Nous suivre :
      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      logAudience