En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Une dégradation de la note de la France le 12 mai ? Pas envisagée par Moody's


le 16 avril 2012 à 18h17 , mis à jour le 16 avril 2012 à 19h38.
Temps de lecture
3min
Le siège de l'agence de notation Moody's à New York

Le siège de l'agence de notation Moody's à New York / Crédits : ABACAPress

A lire aussi
Dossier Election présidentielleL'agence d'évaluation financière Moody's a affirmé lundi qu'elle n'envisageait pas de changement imminent de la note de la dette de la France, alors que le candidat socialiste à la présidentielle François Hollande a récemment évoqué une décision le 12 mai.

"Pas de changement imminent de la notation". L'agence Moody's, qui a placé la note française en perspective négative le 13 février dernier, ne s'apprête donc pas à dégrader la France au lendemain de l'élection présidentielle comme François Hollande l'a laissé entendre, lundi matin, sur France Info. L'agence estime ne pas avoir "de raison particulière" d'agir ou de communiquer sur la note française le 12 mai - date envisagée par le candidat socialiste -, a déclaré lundi une porte-parole à Reuters.

Mi-octobre, Moody's avait envisagé d'abaisser la note de la France dans les trois mois qui suivait. Mi-janvier, elle avait finalement précisé qu'elle ne toucherait pas à son Aaa, mais envisageait un changement de la perspective de la note. Changement effectué le 13 février, ce qui "ne signale pas un changement imminent de la notation mais constitue une indication de l'évolution probable dans les 12 à 18 mois", a précisé l'agence lundi. C'est là la principale différence entre les notions de perspective et de surveillance, que semble avoir confondu M. Hollande.

Les trois grandes agences de notation ont placé la note de la France sous perspective négative, Standard and Poor's l'ayant au préalable abaissée de AAA à AA+ mi-janvier, ce qui signifie que d'autres dégradations sont possibles à brève échéance.

Interrogé sur son annonce, François Hollande a déclaré lundi sur France Info : "Je ne sais pas ce que fera cette agence."  "Ce que je sais, c'est que quelle que soit la note qui sera mise, maintenue ou dégradée, ça ne sera pas sur l'événement qui se sera produit quelques jours avant, l'élection présidentielle, mais sur la gestion du candidat sortant."

Commenter cet article

  • drimup : De toute façon, si Hollande est président et que la note de la France est dégradée dans 2 ans, il dira encore que c'est de la faute de Sarkozy. Pendant tout son mandat il dira que tout est de la faute de Sarkozy, qu'il a hérité d'une situation pas terrible.

    Le 17/04/2012 à 08h55
  • lieubo : C'est déjà comme çà depuis 6 mois !................

    Le 17/04/2012 à 08h06
  • honfray2012 : Si , on peut ne plus l'entendre en le renvoyant dans sa Corrèze chérie....qu'il aille essayer de combler le déficit de sa région , record de France à battre !

    Le 17/04/2012 à 00h07
  • botticelli78 : J'ai l'impression que l'on n'a pas fini d'entendre F. Hollande dire n'importe quoi.

    Le 16/04/2012 à 21h21
  • francas12 : "C'est là la principale différence entre les notions de perspective et de surveillance, que semble avoir confondues M. Hollande". Et bien on est bien parti avec Hollande comme Président. Il confondra tout, se prendra les pieds dans le tapis et entrainera la France sur le chemin de la Grèce...combien de temps faudra t-il après pour s'en remettre!

    Le 16/04/2012 à 21h14
      Nous suivre :
      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      logAudience